Des gens sans importance

Publié le par Henri Verneuil

Des gens sans importance est un film français d'Henri Verneuil sorti en 1956. Routier, Jean Viard ne trouve aucune compréhension auprès de sa famille avec laquelle il ne s'entend guère. Il lui est reproché ses longues absences, ses retours souvent retardés, le peu de temps à séjourner dans sa famille entre deux missions. Avec son fidèle coéquipier Berty, il s'arrête souvent au relais « La Caravane » où il rencontre Clotilde, une petite bonne d'une vingtaine d'années. Lassitude, solitude des deux êtres qui, irrésistiblement attirés l'un vers l'autre, se rapprochent. Un amour solide naît. De multiples contretemps vont empêcher Jean et Clotilde de former un couple durable. Jean perd momentanément son emploi. Clotilde, enceinte, n'osera lui avouer son état et se fera avorter. Elle meurt dans le camion de Jean, d'une septicémie consécutive à l'avortement réalisé dans la clandestinité quelques jours plus tôt, alors qu'ils avaient enfin décidé de se retrouver et partir refaire leur vie ensemble...

Des gens sans importance d'Henri VerneuilDes gens sans importance d'Henri Verneuil

Des gens sans importance d'Henri Verneuil

Fiche technique

  • Réalisation : Henri Verneuil
  • Scénario : D'après le roman de Serge Groussard
  • Adaptation : Henri Verneuil, François Boyer
  • Dialogue : François Boyer
  • Assistants réalisateur : Fabien Collin, Jacques Rouffio, Jean Vigne
  • Photographie : Louis Page
  • Opérateur : Jean Lalier, Louis Stein, assistés de Jacques Duhamel et Marc Champion
  • Son : Jean Rieul, assisté de Marcel Corvaisier et Jean Bareille
  • Décors : Robert Clavel, assisté de Jean Forestier, Marc Desage
  • Musique : Joseph Kosma
  • Montage : Christian Gaudin, assisté de Jacqueline Bredillon
  • Tournage : Paris Studio Cinéma de Boulogne-Billancourt du 19 septembre au 30 novembre 1955
  • Chef de production : René Lafuite, Ignace Morgenstern, Marcel Berbert
  • Sociétés de production : Cocinor, Chaillot Films, Ardennes Films
  • Société de distribution : Cocinor
  • Format : noir et blanc — 35 mm — 1.37:1 — son monophonique
  • Genre : drame
  • Durée : 101 minutes
  • Visa d'exploitation : 16553
  • Date de sortie : 15 février 1956 en France

Distribution

  • Jean Gabin : Jean Viard, routier, amant de Clotilde
  • Françoise Arnoul : Clotilde Brachet « Clo », serveuse
  • Paul Frankeur : Émile Barchandeau, restaurateur
  • Pierre Mondy : Pierrot Berty, coéquipier de Jean
  • Yvette Etiévant : Solange Viard, l'épouse de Jean
  • Dany Carrel : Jacqueline Viard, la fille ainée
  • Lila Kedrova : Mme Vacopoulos, la tenancière
  • Robert Dalban : Gilier, le contremaître de la société
  • Charles Humbert : Max Viard (non crédité)
  • Christian Loiseau : Loulou Viard (non crédité)
  • Nane Germon : Mme Cussac, la mère de Clotilde
  • Pierre Fromont : Brégier, un routier
  • Max Mégy : Philippe, l'ami de Jacqueline
  • Héléna Manson : Germaine Constantin, l'avorteuse
  • Marcelle Arnold : la concierge des Viard
  • Gabriel Gobin : l'homme de « La croix de Briac »
  • Edmond Ardisson : le routier qui reçoit la gifle
  • Jacques Ary : un routier
  • Charles Bouillaud : un voisin des Viard
  • Alain Bouvette : le chauffeur qui s'endort
  • André Dalibert : un routier
  • Jean Daurand : un infirmier
  • Gérard Darrieu : le routier ramenant un lapin
  • Emile Genevois : un routier au garage
  • Harold Kay : l'officier américain
  • Raoul Marco : le propriétaire magasin de meubles
  • Jacques Marin : le routier qui fesse Clotilde
  • Germaine Michel : la voisine de Bordeaux
  • Nina Myral : une employée chez Barchandeau
  • Philippe Clair : un joueur de baby foot
  • Henri Coutet : un employé du garage
  • Edouard Francomme : le bistrotier
  • Robert Mercier : un routier
  • Jimmy Perrys : un routier danseur
  • Jean Blancheur : Monsieur Constantin, le mari de l'avorteuse
  • Monique Delcour
  • Marcel Rouzé
  • Annick Bertrand
  • Marcel Roche
  • Raymond Waskroff

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article