Zemmour Eric

Publié le par Roger Cousin

Éric Zemmour est un journaliste politique français, attaché aujourd'hui au quotidien Le Figaro. Il est né le 31 août 1958 à Montreuil-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Zemmour Eric

Fils de commerçant, il est marié à Mylène Chichportich. Après son diplôme de l'Institut d'études politiques de Paris, il fait deux tentatives infructueuses pour intégrer l'ÉNA. Éric Zemmour entre alors au Quotidien de Paris, sous la houlette de Philippe Tesson, où il devient journaliste au service politique (1986-94). Avec la disparition du journal en 1994, il devient éditorialiste à Info-Matin (1994-95). Il contribue également à Globe Hebdo, avant d'intégrer la rédaction du Figaro en 1996 comme journaliste politique.

Il est également l'auteur de portraits de Jacques Chirac et Édouard Balladur et d'essais politiques. Il a notamment publié en 2006 Le Premier sexe, un essai sur ce qu'il juge être une féminisation de la société et participé à l'élaboration des textes dans le film Dans la peau de Jacques Chirac de Karl Zéro et Michel Royer. Il participe toutes les semaines à l'émission Ça se dispute, animée par Victor Robert sur I-Télé en compagnie de Nicolas Domenach de Marianne (qui a remplacé Christophe Barbier en juillet 2006). A partir de septembre 2006, il rejoint France 2 pour participer à l'émission du samedi soir de Laurent Ruquier, On n'est pas couché, en compagnie de Michel Polac, puis d'Éric Naulleau. Il a participé à Vendredi pétantes, sur Canal+, animée par Stéphane Bern jusqu'en juin 2006.

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, il essaie par deux fois d'intégrer l'École nationale d'administration ; ces tentatives sont infructueuses. Éric Zemmour entre alors au Quotidien de Paris, sous la houlette de Philippe Tesson, où il devient journaliste au service politique de 1986 à 1994. Après la disparition de ce quotidien en 1994, il devient éditorialiste à Info-Matin où il restera un an. Il intègre ensuite la rédaction du Figaro en 1996 comme journaliste politique. Éric Zemmour est parallèlement pigiste pour Marianne en 1997, et pour Valeurs actuelles en 1999. Il est également chroniqueur politique au Spectacle du Monde. Malgré son propre échec à l'intégration de l'ENA, son statut de journaliste politique lui permet d'être membre du jury au concours d'entrée de cette école en 2006.

La Licra a décidé de poursuivre Éric Zemmour en justice pour ses propos à la suite de l'émission Salut les terriens présentée par Thierry Ardisson du 6 mars 2010 où il faisait la promotion de son livre Mélancolie française. Il a déclaré lors de cette émission que : « les Français issus de l'immigration étaient plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes... C'est un fait. » Le club Averroès et le MRAP ont saisi le CSA, après les poursuites engagées par la Licra. Éric Zemmour est soutenu par plusieurs personnalités, dont le magistrat Philippe Bilger, l'écrivain Finkielkraut.

Le 23 mars 2010, il adresse une lettre à la LICRA, explicitant ses propos. Dans cette lettre il cite notamment les propos de Christian Delorme devant une commission parlementaire du Sénat. Il cite également le livre L’Islam dans les prisons de Farhad Khosrokhavar, qui confirmerait les 70 et 80 % de « musulmans dans les prisons » estimé lors d'une enquête commandée par le ministère de la justice. La rédaction de L'Express rappelle que Farhad Khosrokhavar avait estimé entre 50 % et 80 % le nombre de détenus musulmans dans certaines prisons proches de quartiers dits sensibles et qu'il n'existe pas de statistiques officielles nationales sur le sujet. À la suite de cette lettre, la LICRA a accepté l'explication d'Éric Zemmour et a retiré sa plainte.

Le MRAP a déploré que "les origines (et non pas la situation sociale) sont mis en rapport avec le taux de délinquance, l’ensemble des personnes partageant les mêmes origines se voient exposées au soupçon d’être des délinquants potentiels. C’est leur origine commune qui est présentée comme « criminogène ». Le MRAP a décidé donc de porter l’affaire devant la justice car selon lui « en liant les méfaits de ces délinquants à leurs origines - et non pas à des processus de marginalisation sociale, de concentration de la misère dans certaines zones, de ce que certains appellent une « ghettoïsation » de fait -, le journaliste a injurié un groupe de personnes défini par leurs origines. » Benoist Hurel, secrétaire général adjoint du Syndicat de la magistrature, a qualifié les propos d'Eric Zemmour qu'il estime stigmatisant, proto-racistes et ne correspondant pas à la réalité car contredits par toutes les études sociologiques.

Dans Le premier sexe, il accuse les courants féministes de vouloir "castrer" les hommes et se pose comme défenseur d'une société patriarcale traditionnelle, accusant cette féminisation d'engendrer des conséquences néfastes pour la société. Déclarant que le père ne devait en aucun cas avoir le même rôle que la mère au sein de la famille, il s'est attiré, outre les foudres des féministes, celles d'hommes contestant sa vision des choses (Francis Huster, par exemple). Il accuse ces derniers d'être démagogues et de surfer sur le politiquement correct et en niant l'histoire de la société française ou les travaux sur la psychologie de Freud. Il a au contraire été félicité pour le courage de ses opinions par certains, comme Franz-Olivier Giesbert. 

Publié dans Journalistes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article