L'Apprentie sorcière

Publié le par Robert Stevenson

L'Apprentie sorcière (Bedknobs and Broomsticks)NB 1 est un film musical américain réalisé par Robert Stevenson et sorti en 1971. Mêlant prises de vues réelles et animation comme Mary Poppins (1964) et adapté des romans de l'écrivaine britannique Mary Norton, il est considéré comme le 26e long-métrage d'animation des studios Disney. Souvent comparé à Mary Poppins de par leurs nombreuses ressemblances, L'Apprentie sorcière a rencontré contrairement au premier un faible succès tant critique que financier, que plusieurs spécialistes expliquent par l'absence de Walt Disney, mort 5 ans plus tôt. Le studio semble en effet à la recherche d'un nouveau souffle depuis la disparition de son fondateur, les animateurs et équipes techniques exploitant toujours les mêmes recettes. On note toutefois quelques changements, principalement associés à l'évolution de la société américaine, comme la morale du film ou la représentation de la femme. Le film marque aussi la dernière participation des frères Sherman à une production Disney après dix ans d'une fructueuse collaboration.

Août 1940. Afin d'échapper aux bombardements allemands, les enfants londoniens sont évacués de la capitale. C'est ainsi que Charlie, Carrie et Paul Rawlins se retrouvent placés chez une vieille demoiselle revêche, Églantine Price, dans le petit village de Pepperinge Eye, sur la côte sud de l'Angleterre. Miss Price accepte le trio d'enfants à condition qu'ils soient replacés plus tard dans une autre maison. La cohabitation s'avère difficile jusqu'à ce que les enfants percent, une nuit, le secret de leur hôtesse : Miss Price est une apprentie sorcière qui souhaite participer à l'effort de guerre au moyen de la magie. Pour cela, elle suit les cours par correspondance du célèbre professeur Émelius Browne. C'est lors du test de son balai magique qu'elle est découverte par les enfants. Elle tombe dans des buissons et casse son balai. Charlie défie la sorcière de le transformer en grenouille mais elle le transforme en lapin au grand plaisir de Paul. Le chat d'Églantine se lance à la poursuite du lapin dans toute la maison et le coince à l'étage avant que Charlie ne redevienne humain. Les enfants acceptent de garder le secret d'Églantine contre un sort. Elle les emmène dans son laboratoire pour choisir et demande si l'un d'eux a un objet que l'on peut tourner. Paul sort de sa poche un pommeau du grand lit de cuivre de leur chambre et le tend à la sorcière. Elle enchante le pommeau pour qu'une fois placé sur le lit il emporte celui-ci où la personne le désire. Carrie remercie la sorcière mais cette dernière précise que seul Paul peut énoncer le sort magique.

Églantine reçoit ensuite un courrier du directeur de l'école de magie par correspondance. Alors qu'elle a déjà appris à maîtriser le vol en balai et la transformation d'humains en lapins blancs, les cours sont brusquement interrompus à cause de la guerre à la veille de la dernière leçon : la révélation de la formule magique de « locomotion substitutive » permettant d'animer les objets. Bien décidée à compléter sa formation, elle demande à Paul d'utiliser le lit pour aller à Londres en compagnie des trois enfants et rencontrer le professeur. Ils s'envolent pour l'école mais ce dernier se révèle n'être qu'un vulgaire escroc qui s'est contenté de recopier ses cours dans un vieux livre sans penser que les formules magiques pourraient véritablement fonctionner. M. Browne est surpris qu'Églantine puisse utiliser les sorts magiques qu'il pensait être des phrases sans aucun sens. Pour le prouver, elle le transforme en lapin. Émelius les emmène dans la vieille maison qu'il occupe et, tandis que les enfants explorent la demeure dont la salle de jeu, il présente à Églantine un livre nommé Les Sorts d'Astaroth, un livre de magie incomplet, ce qui explique l'absence de la dernière leçon.

Sans se décourager pour autant, Églantine et les enfants entraînent Émelius à Portobello Road à la recherche des pages manquantes. Les enfants explorent le marché pendant que les adultes découvrent chez un vieux libraire l'autre moitié du livre. Après un échange des deux parties entre Émelius et le libraire, Églantine apprend que la fameuse formule de « locomotion substitutive » n'est pas dans le livre mais gravée sur l'Étoile d'Astaroth, que porte autour du cou le roi de l'île mystérieuse de Naboombu, peuplée exclusivement d'animaux anthropomorphes. Le libraire explique que le magicien Astaroth avait capturé des animaux dans des cages et les avait transformés pour ressembler à des humains mais qu'ils se sont révoltés. Ils ont tué le magicien, pris ses pouvoirs et embarqué sur un bateau. Un marin a par la suite révélé qu'il avait une fois accosté sur une île gouvernée par des animaux mais le libraire ne l'a jamais trouvée. Paul se souvient alors que l'île est décrite dans un livre pour enfant qu'il a trouvé dans la salle de jeu de la maison d'Émelius. Avant que le libraire ne réagisse, le groupe utilise le lit enchanté pour aller sur l'île.

Après un amerrissage mouvementé dans le lagon de Naboombu, les cinq héros font la rencontre de Mr Merlu et d'un night-club sous-marin avant d'être attrapés par l'hameçon d'un ours pêcheur qui les tire en dehors du lagon. L'ours informe qu'aucun humain n'est autorisé sur l'île par décision du roi. Il conduit le groupe vers un oiseau secrétaire, dans un camp de tente où se trouve le lion Leonidas, roi de l'île. Le roi est en colère de n'avoir aucun volontaire pour être l'arbitre lors d'un match de football. Émelius, qui découvre l'étoile d'Astaroth au cou du lion, se propose d'être l'arbitre. Miss Price et sa troupe réussissent à s'emparer de l'Étoile, après un match de football mouvementé dont Émelius se retrouve l'arbitre malchanceux. Ils reviennent à Pepperinge Eye juste à temps pour constater avec effroi que le village a été choisi comme lieu de débarquement secret par les troupes allemandes. Mais, grâce à la formule magique (« Treguna mekoides trecorum satis dee ») désormais en sa possession, Églantine enfourche son balai et prend la tête d'un bataillon d'armures médiévales conservées au château voisin. Tels les fantômes de l'armée de Guillaume le Conquérant, ces armures rejettent à la mer l'ennemi nazi.

L'Apprentie sorcière de Robert StevensonL'Apprentie sorcière de Robert Stevenson

L'Apprentie sorcière de Robert Stevenson

Fiche technique

  • Titre original : Bedknobs and Broomsticks
  • Titre français : L'Apprentie sorcière
  • Réalisation : Robert Stevenson, assisté de Christopher Hibler ; Arthur J. Vitarelli (deuxième équipe)
  • Scénario : Bill Walsh et Don DaGradi d'après The Magic Bed Knob or How to Become a Witch in Ten Easy LessonsNB 2 (1943) et Bonfires and BroomsticksNB 3 (1947) de Mary Norton ; Ralph Wright et Ted Berman (séquences d'animation)
  • Direction artistique : John B. Mansbridge et Peter Ellenshaw
  • Décors : Emile Kuri et Hal Gausman
  • Costumes : Bill Thomas (conception) assisté de Shelby Anderson, Chuck Keehne et Emily Sundby
  • Maquillage : Robert J. Schiffer
  • Coiffures : La Rue Matheron
  • Photographie : Franck Phillips
  • Effets spéciaux : Alan Maley, Eustace Lycett et Danny Lee
  • Conception graphique :
  • Relation animation/prise de vue réelle : McLaren Stewart
  • Cadrage (Layout) : Don Griffith et Joe Hale
  • Décors d'animation : Al Dempster, Dick Kelsey, Ralph Hulett et Bill Layne
  • Animation :
  • Supervision : Ward Kimball
  • Animation des personnages : Milt Kahl, Art Stevens, Julius Svendsen, John Lounsbery, Hal King, Eric Larson, Fred Hellmich, Jack Buckley et Jack Boyd
  • Son : Robert O. Cook (supervision), Dean Thomas (mixage)
  • Montage : Cotton Warburton (prises de vues réelles), James W. Swain (séquences d'animation), Evelyn Kennedy (musique)
  • Musique : Irwin Kostal (non crédité)
  • Chansons : Richard M. Sherman et Robert B. Sherman
  • Orchestrations : Irwin Kostal, assisté de James MacDonald
  • Chorégraphie : Donald McKayle, assisté de Carolyn Dyer
  • Production délégué : Bill Walsh
  • Société de production : Walt Disney Pictures
  • Société de distribution : Buena Vista Pictures Distribution
  • Budget : env. 20 millions USD
  • Format : Couleurs - 35 mm - 1,66:1 (1,37:1 négatif) - Dolby stéréo (Mono d'origine)
  • Durée : 117 minutes (première version) ; 98 minutes (1979) ; 134 minutes (ressortie 2003)
  • Dates de sortie : États-Unis : 11 novembre 1971 ; France : 13 décembre 1972

Distribution

  • Angela Lansbury : Eglantine Price
  • David Tomlinson : Pr. Emelius Browne
  • Roddy McDowall : Mr. Jelk
  • Cindy O'Callaghan : Carrie Rawlins
  • Roy Snart : Paul Rawlins
  • Ian Weighill : Charlie Rawlins
  • Sam Jaffe : Bookman (le libraire)
  • John Ericson : Colonel Heller
  • Bruce Forsyth : Swinburne
  • Tessie O'Shea : Mrs. Jessica Hobday
  • Arthur Gould-Porter : Captain Ainsley Greer (le capitaine Greer)
  • Reginald Owen : General Sir Brian Teagler (le général Teagler)
  • Ben Wrigley : Portobello Road Workman (ouvrier à Portobello Road)
  • Cyril Delevanti : Elderly Farmer (vieux fermier)
  • Rick Traeger : German Sergeant (sergent allemand)
  • Manfred Lating : German Sergeant (sergent allemand)
  • John Orchard : Vendor (vendeur de peintures)
  • Arthur Space : Old Home Guardsman (gardien de la vieille demeure)

et les voix de

  • Bob Holt : Mr. Codfish (M. Le Merlu)
  • Lennie Weinrib : Secretary Bird (l'oiseau-secrétaire) / King Leonidas (le roi Léonidas)
  • Dallas McKennon : Bear (l'ours)

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

voyance serieuse gratuite 25/03/2015 11:34

Je suis vraiment fier de vous découvrir, votre blog est vraiment super ! J’aime bien son interface, et j’ai trop adoré le contenu aussi. Surtout continuez ainsi !