Décès du cardinal Cottier, théologien émérite de la Maison pontificale

Publié le par Radio Vatican

Décès du cardinal Cottier, théologien émérite de la Maison pontificale
Le cardinal Georges-Marie Cottier en 2010

Le cardinal Georges-Marie Cottier en 2010

(RV) Le cardinal Georges Marie Cottier, théologien émérite de la Maison pontificale, est décédé jeudi 31 mars 2016 au Vatican où il résidait depuis 26 ans. Dominicain suisse, appelé à Rome par le Pape Jean-Paul II en 1990, le père Cottier a travaillé comme secrétaire général à la Commission Théologique Internationale, auprès du cardinal Ratzinger. Nommé théologien de la Maison pontificale, il était chargé de relire les discours du Pape pour s’assurer qu’ils ne contiennent aucun contre-sens théologique. Le cardinal Cottier était également consulteur de plusieurs dicastères. 

A l’occasion de la célébration de l'Année jubilaire, circonstance singulière pour profiter du grand don des indulgences, Hélène Destombes avait interrogé le cardinal Cottier en janvier 2016 sur cette tradition de l’Église, difficile à expliquer, et qui semble ignorée des fidèles.

Appelé à Rome par Jean-Paul II, nommé théologien de la Maison pontificale et créé cardinal en 2003 par le Pape polonais auprès duquel il a passé 15 ans de sa vie, le cardinal Cottier évoquait cet homme de prière à l’occasion de sa canonisation par le Pape François, le 27 avril 2014.

Autre témoignage du cardinal Cottier sur Jean-Paul II, recueilli par Marie-Agnès Georges, à l'occasion de la béatification de Karol Wojtyla le 1er mai 2011, en présence d'un demi-million de personnes à Rome.

Une vie passée au Vatican. Le cardinal Cottier assistait également le 11 février 2013 à la renonciation de Benoît XVI. Il réagissait à ce choix de vie monastique du pape émérite au micro de Manuella Affejee.

Né le 25 avril 1922 à Carouge en Suisse, spécialiste de Marx et Hegel, considéré comme l’un des grands experts du dialogue avec les non-croyants Georges Cottier a enseigné la philosophie et la théologie dans plusieurs universités du monde, avant d’être nommé à la Commission théologique internationale à Rome. Il a participé en qualité d’expert au Concile Vatican II, tout comme Joseph Ratzinger, futur Benoît XVI. Il a par la suite participé à de nombreux colloques pour le compte du Conseil pontifical pour le Dialogue avec les non-croyants.

À l’occasion du Jubilé de l’an 2000, il avait été nommé président la Commission historique et théologique instituée par le Comité central et avait organisé la Journée du pardon voulue par Jean-Paul II. Nommé théologien de la Maison pontificale en 1990 par le pape polonais, il a occupé cette charge jusqu’au 1er décembre 2005. En tant que théologien du pape il a organisé en 1997 au Vatican un symposium sans précédent sur les origines chrétiennes de l’antisémitisme. Un an plus tard, il a participé, toujours au Vatican, à un congrès historique sur la responsabilité de l’Église catholique durant l’Inquisition.

Très ouvert aux problématiques d’une époque de mutations complexes, il témoignait souvent devant les journalistes de la continuité entre les papes dans la volonté de renouveau de l’Eglise de Jean XXIII au Pape François, en dépit des différences de tempéraments. Cet intellectuel brillant et discret était également attentif  aux nombreux défis posés à l’Eglise par le monde contemporain. 

Saint Jean-Paul II l'avait nommé archevêque titulaire ("in partibus") de Tullia le 7 octobre 2003 et l'avait créé cardinal le 21 octobre 2003.

La réaction du Pape François

Le Pape François a envoyé un télégramme de condoléances à la sœur du cardinal, Madame Marie-Emmanuelle Pastore Cottier : «Apprenant avec émotion la triste nouvelle de la disparition de votre frère, le Cardinal Georges Marie Martin COTTIER, o.p. , je désire vous exprimer ma vive participation au deuil qui touche toutes les personnes qui ont connu et estimé ce zélé serviteur de l’Évangile. Avec une profonde gratitude, je fais mémoire de sa foi solide, de son amabilité paternelle et de son intense activité culturelle et ecclésiale, notamment au service des Papes saint Jean-Paul II et Benoît XVI, comme théologien de la Maison pontificale. J’adresse une fervente prière au Seigneur, afin que, par l’intercession de la Vierge Marie et de saint Dominique, il accorde au Cardinal défunt la récompense promise à ses fidèles disciples et, en signe de réconfort, je vous adresse de grand cœur la Bénédiction Apostolique, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont apprécié son zèle sacerdotal et son dévouement envers l’Église et envers le Souverain Pontife.»

La messe de funérailles sera célébrée ce samedi 2 avril, à 8h30 à la basilique Saint-Pierre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article