Décès du cardinal genevois Georges Marie Cottier

Publié le par Tribune de Genève

Décès du cardinal genevois Georges Marie Cottier

Carnet noir Radio Vatican a annoncé la mort du cardinal né à Carouge, ex-théologien de la maison pontificale, à l'âge de 93 ans.

Georges Marie Cottier, ici sur une photo datant de 2004

Georges Marie Cottier, ici sur une photo datant de 2004

Le cardinal suisse Georges Marie Cottier est décédé jeudi à l'âge de 93 ans, a annoncé vendredi Radio Vatican. Le dominicain genevois avait été théologien de la maison pontificale de 1990 à 2005.

Natif de Carouge, le père Cottier avait été créé cardinal en 2003 par le pape Jean-Paul II. Il était alors devenu le huitième cardinal suisse de l'histoire et le troisième genevois.

La messe de funérailles sera célébrée samedi à la basilique Saint Pierre au Vatican, précise le diocèse de LGF dans un communiqué. Une veillée de prière sera organisée dans le diocèse à une date qui sera communiquée ultérieurement, précisent les services de l'évêque Charles Morerod, qui a exprimé sa «tristesse».

Expert à Vatican II

Père dominicain depuis 1945, Georges Cottier a obtenu un doctorat ès lettres à l'Université de Genève. Il a par la suite enseigné la théologie dans plusieurs universités du monde. Il est l'auteur de nombreux ouvrages de théologie et de philosophie, avec comme spécialités Marx et Hegel.

Il avait participé au concile Vatican II comme expert, notamment en tant que consulteur du conseil pur le dialogue avec les non-croyants, rappelle Radio Vatican.

Théologien du pape

En mars 1989, il est nommé Secrétaire général de la Commission Théologique internationale puis, neuf mois plus tard, théologien de la Maison pontificale. A ce titre, il est notamment chargé de relire les discours du pape pour s«assurer qu«ils ne contiennent aucun contre-sens théologique.

En tant que théologien du pape, il a organisé en 1997 au Vatican un symposium sans précédent sur les origines chrétiennes de l'antisémitisme. Un an plus tard, il a participé à un congrès d'historiens au Vatican pour analyser la responsabilité de l'Eglise catholique durant l'Inquisition.

Après le décès du père Cottier, la Suisse compte encore trois cardinaux: Henri Schwery, Kurt Koch et Gilberto Agustoni. (ats/nxp)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article