Le dictateur, Arte : Hitler a-t-il vu le film qui le parodie ? [Photos]

Publié le par Télé Star par Thomas Janua

Le dictateur, Arte : Hitler a-t-il vu le film qui le parodie ? [Photos]

Dans Le dictateur, diffusé sur Arte ce 3 avril 2016 à 20 h 45, Charlie Chaplin se paie la tête du tyran nazi Adolf Hitler. Et, fait peu connu, ce dernier a vu le film qui le faisait passer pour un parfait crétin...

Charlie Chaplin : Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, Charlie Chaplin dépeint le dictateur Hynkel, en fait Hitler, comme un parfait crétin. - Hitler en 1938 :  Le tyran nazi adore Charlie Chaplin. Il fait interdire "Le dictateur" dans tous les pays occupés mais s'arrange pour se procurer une copie du film. Il le verra deux fois. - Jack Oakie et Charlie Chaplin :  "Le dictateur" ne se paie pas seulement la tête d'Hitler : il dépeint le tyran italien Benito Mussolini comme groteste. Le personnage est incarné par Jack Oakie, sous le nom de Benzino Napoleoni. - Les deux dictateurs : Chaplin dépeint les deux tyrans comme deux êtres grotesque uniquement soucieux de savoir qui a le meilleur et le plus haut siège. - Hynkel : Hitler s'est paraît-il fait projeter deux fois le film, importé clandestinement en Allemagne.
Charlie Chaplin : Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, Charlie Chaplin dépeint le dictateur Hynkel, en fait Hitler, comme un parfait crétin. - Hitler en 1938 :  Le tyran nazi adore Charlie Chaplin. Il fait interdire "Le dictateur" dans tous les pays occupés mais s'arrange pour se procurer une copie du film. Il le verra deux fois. - Jack Oakie et Charlie Chaplin :  "Le dictateur" ne se paie pas seulement la tête d'Hitler : il dépeint le tyran italien Benito Mussolini comme groteste. Le personnage est incarné par Jack Oakie, sous le nom de Benzino Napoleoni. - Les deux dictateurs : Chaplin dépeint les deux tyrans comme deux êtres grotesque uniquement soucieux de savoir qui a le meilleur et le plus haut siège. - Hynkel : Hitler s'est paraît-il fait projeter deux fois le film, importé clandestinement en Allemagne.
Charlie Chaplin : Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, Charlie Chaplin dépeint le dictateur Hynkel, en fait Hitler, comme un parfait crétin. - Hitler en 1938 :  Le tyran nazi adore Charlie Chaplin. Il fait interdire "Le dictateur" dans tous les pays occupés mais s'arrange pour se procurer une copie du film. Il le verra deux fois. - Jack Oakie et Charlie Chaplin :  "Le dictateur" ne se paie pas seulement la tête d'Hitler : il dépeint le tyran italien Benito Mussolini comme groteste. Le personnage est incarné par Jack Oakie, sous le nom de Benzino Napoleoni. - Les deux dictateurs : Chaplin dépeint les deux tyrans comme deux êtres grotesque uniquement soucieux de savoir qui a le meilleur et le plus haut siège. - Hynkel : Hitler s'est paraît-il fait projeter deux fois le film, importé clandestinement en Allemagne.
Charlie Chaplin : Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, Charlie Chaplin dépeint le dictateur Hynkel, en fait Hitler, comme un parfait crétin. - Hitler en 1938 :  Le tyran nazi adore Charlie Chaplin. Il fait interdire "Le dictateur" dans tous les pays occupés mais s'arrange pour se procurer une copie du film. Il le verra deux fois. - Jack Oakie et Charlie Chaplin :  "Le dictateur" ne se paie pas seulement la tête d'Hitler : il dépeint le tyran italien Benito Mussolini comme groteste. Le personnage est incarné par Jack Oakie, sous le nom de Benzino Napoleoni. - Les deux dictateurs : Chaplin dépeint les deux tyrans comme deux êtres grotesque uniquement soucieux de savoir qui a le meilleur et le plus haut siège. - Hynkel : Hitler s'est paraît-il fait projeter deux fois le film, importé clandestinement en Allemagne.
Charlie Chaplin : Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, Charlie Chaplin dépeint le dictateur Hynkel, en fait Hitler, comme un parfait crétin. - Hitler en 1938 :  Le tyran nazi adore Charlie Chaplin. Il fait interdire "Le dictateur" dans tous les pays occupés mais s'arrange pour se procurer une copie du film. Il le verra deux fois. - Jack Oakie et Charlie Chaplin :  "Le dictateur" ne se paie pas seulement la tête d'Hitler : il dépeint le tyran italien Benito Mussolini comme groteste. Le personnage est incarné par Jack Oakie, sous le nom de Benzino Napoleoni. - Les deux dictateurs : Chaplin dépeint les deux tyrans comme deux êtres grotesque uniquement soucieux de savoir qui a le meilleur et le plus haut siège. - Hynkel : Hitler s'est paraît-il fait projeter deux fois le film, importé clandestinement en Allemagne.

Charlie Chaplin : Au tout début de la Seconde Guerre mondiale, Charlie Chaplin dépeint le dictateur Hynkel, en fait Hitler, comme un parfait crétin. - Hitler en 1938 : Le tyran nazi adore Charlie Chaplin. Il fait interdire "Le dictateur" dans tous les pays occupés mais s'arrange pour se procurer une copie du film. Il le verra deux fois. - Jack Oakie et Charlie Chaplin : "Le dictateur" ne se paie pas seulement la tête d'Hitler : il dépeint le tyran italien Benito Mussolini comme groteste. Le personnage est incarné par Jack Oakie, sous le nom de Benzino Napoleoni. - Les deux dictateurs : Chaplin dépeint les deux tyrans comme deux êtres grotesque uniquement soucieux de savoir qui a le meilleur et le plus haut siège. - Hynkel : Hitler s'est paraît-il fait projeter deux fois le film, importé clandestinement en Allemagne.

Le film Le dictateur, diffusé par Arte ce 3 avril 2016 à 20 h 45 , chef-d'œuvre écrit joué et réalisé par Charlie Chaplin a eu une étrange histoire avec le tyran nazi Adolf Hitler. Le film se paie, de manière évidente, la tête non seulement d' Hitler — rebaptisé dans le film Adenoïd Hynkel — qu'il fait passer pour un parfait crétin, mais aussi de ses ministres laquais et de son allié le tyran italien Mussolini, rebaptisé Napoleoni.

Charlie Chaplin s'est décidé à réaliser son film après avoir vu les films de propagande nazie réalisés par Leni Riefenstahl . Le tournage a démarré dans ses studios en septembre 1939, une semaine avant le démarrage de la Seconde Guerre mondiale, pour s'achever six mois plus tard. Pour l'une des plus célèbres séquences du film, un discours haineux proféré par le dictateur/Chaplin dans une langue imaginaire , mais pourtant bien compréhensible, Charlie Chaplin fait une géniale improvisation qu'il a longuement préparée... en visionnant en boucle les harangues d'Hitler relayées par les bandes d'actualité.

Tout naturellement, Le dictateur, parodie cinglante, va être interdit en Allemagne et dans tous les pays sous la botte nazie. Pourtant Adolf Hitler adore les films de Charlie Chaplin même si le dictateur se lamente, à tort, que Chaplin soit de confession juive. Et Hitler va, en secret, faire acheter par des agents, via le Portugal, une copie du film qu'il se fera projeter chez lui. Selon plusieurs témoins oculaires retrouvés par les historiens, Hitler aurait même vu le film à deux reprises. A noter que Albert Speer , le second du tyran, a quant a lui démenti l'anecdote dans ses mémoires.

Malgré l'interdiction formelle de projection du Dictateur dans les pays sous coupe des nazis, le film a bel et bien été projeté en partie devant un public allemand. Dans les Balkans, un groupe de résistants a substitué la comédie qui devait être projetée aux troupes d'occupation par une copie du Dictateur, importée clandestinement de Grèce. La projection n'est pas allée à son terme, certains soldats ayant décidé d'ouvrir le feu sur l'écran du cinéma.

L'évolution du conflit a beaucoup perturbé Charlie Chaplin. L'acteur a même intégralement réécrit le final de son film — le fameux discours de paix — après que les nazis aient envahi la France. Plus tard, quand les crimes de Hitler et ses sbires seront connus, Charlie Chaplin expliquera que, s'il avait connu la magnitude réelle des atrocités des nazis, il n'aurait "jamais pu se moquer de leur folie homicide."

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article