Modigliani Amedeo

Publié le par Mémoires de Guerre

Amedeo Clemente Modigliani, né le 12 juillet 1884 à Livourne (Royaume d'Italie) et mort le 24 janvier 1920 à Paris, est un peintre et sculpteur italien rattaché à l'École de Paris. De santé fragile, Amedeo Modigliani grandit dans une famille juive bourgeoise mais désargentée qui, du côté maternel en tout cas, soutient sa précoce vocation d'artiste. Ses années de formation le conduisent de la Toscane à Venise en passant par le Mezzogiorno, avant de le fixer en 1906 à Paris, alors capitale européenne des avant-gardes artistiques. Entre Montmartre et Montparnasse, très lié à Maurice Utrillo, Max Jacob, Manuel Ortiz de Zárate, Jacques Lipchitz, Moïse Kisling ou Chaïm Soutine, « Modi » devient une des figures de la bohème. Passé vers 1909 à la sculpture — son idéal —, il l'abandonne vers 1914 du fait notamment de ses problèmes pulmonaires : il se remet exclusivement à peindre, produit beaucoup, vend peu, et meurt à 35 ans d'une tuberculose contractée dans sa jeunesse.

Il incarne dès lors l'artiste maudit qui s'est abîmé dans l'alcool, la drogue et les liaisons orageuses pour noyer son mal-être et son infortune. S'ils ne sont pas sans fondement, ces clichés — renforcés par le suicide de sa compagne Jeanne Hébuterne (1898-1920), enceinte, au lendemain de sa mort — se substituent longtemps à une réalité biographique difficile à établir ainsi qu'à une étude objective de l'œuvre. Jeanne Modigliani (1918-1984), fille du couple, est dans les années 1950 l'une des premières à montrer que la création de son père n'a pas été marquée par sa vie tragique et a même évolué à rebours, vers une forme de sérénité. Modigliani laisse quelque 25 sculptures en pierre, essentiellement des têtes de femme, exécutées en taille directe peut-être au contact de Constantin Brâncuși et évoquant les arts premiers que l'Occident découvrait alors. Un aspect stylisé sculptural se retrouve justement dans ses toiles, infiniment plus nombreuses (environ 400) bien qu'il en ait détruit beaucoup et que leur authentification soit parfois délicate. Il s'est essentiellement limité à deux genres majeurs de la peinture figurative : le nu féminin et surtout le portrait.

Marqué par la Renaissance italienne et le classicisme, Modigliani n'en puise pas moins dans les courants issus du postimpressionnisme (fauvisme, cubisme, début de l'art abstrait) des moyens formels pour concilier tradition et modernité, poursuivant dans une indépendance foncière sa quête d'harmonie intemporelle. Son travail continu d'épuration des lignes, des volumes et des couleurs a rendu reconnaissables entre tous son trait ample et sûr, tout en courbes, ses dessins de cariatides, ses nus sensuels aux tons chauds, ses portraits frontaux aux formes étirées jusqu'à la déformation et au regard souvent absent, comme tourné vers l'intérieur. Centrée sur la représentation de la figure humaine, son esthétique d'un lyrisme contenu a fait de Modigliani, post mortem, l'un des peintres du XXe siècle les plus appréciés du public. Considérant qu'elle ne marquait pas l'histoire de l'art de façon décisive, la critique et l'université ont davantage tardé à reconnaître en lui un artiste de premier plan. 

Modigliani Amedeo
Modigliani Amedeo

Les débuts en Italie

Amadeo Modigliani naît à Livourne le 12 juillet 1884, quatrième enfant de Flaminnio Modigliani et d'Eugénie Garsin. Enfant de santé fragile il est atteint d'une pleurésie en 1895 et malgré tout fait ses études secondaires au lycée de Livourne. En 1898, Modigliani est atteint d'une typhoïde, avec complications pulmonaires qui l'oblige à rester alité, il obtient son bac et s'inscrit à l'atelier du peintre Guglielmo Micheli à l'école des Beaux-Arts et doit interrompre ses études après une rechute de tuberculose.

En 1901, Modigliani part en voyage de convalescence avec sa mère. Il découvre Naples, Amalfi, Capri, Rome et Florence. En 1902, Modigliani devient élève à l'Académie des Beaux-Arts de Florence sous la direction du peintre Giovanni Fattori et découvre la peinture impressionniste italienne dite Macchiaiola. En 1903, l'artiste fréquente la Scuola Libera del Nudo à Venise et fait la rencontre de l'artiste Ortiz de Zàrate avec qui il découvre la Biennale de Venise. Modigliani voyage également en Angleterre.

Paris

Début 1906, Modigliani s'installe à Paris, rue Caulaincourt près du Bateau-Lavoir et loue un atelier à Montmartre. Il s'inscrit aux cours de dessin de l'Académie Colarossi et fréquentera, Pablo Picasso, Jean Cocteau et Max Jacob. Ses premières toiles sont très influencées de Toulouse-Lautrec, des fauves, de Cézanne et de Picasso. En 1907, le peintre fait la connaissance du docteur Alexandre, qui est son premier acheteur, il s'installe au sein du phalanstère créé par celui-ci, à Montmartre, pour travailler en compagnie des autres peintres. Modigliani peint principalement des portraits et des nus féminins et crée son style très personnel caractérisé par des formes allongées et déformées, il débuta au Salon des Indépendants en 1908, dans la salle des peintres Fauves, avec sa toile, La Juive et quatre autres oeuvres. Modigliani s'installe Cité Falguière à Montparnasse et se lie d'amitié avec le sculpteur Constantin Brancusi. En automne le peintre séjourne dans sa ville natale et travaille à la sculpture à Carrare. Brancusi vient sculpter avec lui dans son atelier parisien.

Premier succès

En 1910, au Salon des Indépendants, Modigliani est accueilli favorablement par la critique officielle où il présente ses toiles, La Mendiante, Le Joueur de violoncelle et Le Mendiant de Livourne. Modigliani se consacre presque uniquement à la sculpture, inspiré de l'art africain et Grec. En 1911, l'artiste expose à Montparnasse dans l'atelier de Souza Cardoso un ensemble de sculptures et dessins. En 1913, le marchand d'art Chéron lui propose un premier contrat de travail rémunéré pour ses peintures, Modigliani fait la rencontre du peintre Chaim Soutine, dont il exécute le portrait et travaille à l'atelier du 216, boulevard Raspail, il brosse également le portrait de Diego Rivera, de Juan Gris, Léopold Survage, Max Jacob, Blaise Cendrars, Foujita, Jean Cocteau et Raymond Radiguet. Modigliani a une liaison avec la journaliste et poétesse anglaise, Béatrice Hastings de 1915 à 1916.

La sculpture

Pendant la guerre, l'artiste est réformé pour ses problèmes de santé, Modigliani cesse la sculpture et s'isole de ses amis peintres, il s'adonne uniquement à la peinture. Max Jacob lui présente, Paul Guillaume qui devient son marchand jusqu'en 1916, année où il expose dans l'atelier d'Émile Lejeune à Paris, 15 peintures et trois sculptures, il rencontre Léopold Zborowsky, poète polonais en exil, qui s'occupe de la diffusion de son oeuvre.

Jeanne Hébuterne, sa muse

En 1917, Modigliani se lie avec Jeanne Hébuterne, jeune élève de l'Académie Colarossi avec laquelle il s'installe à Montparnasse dans un atelier que leur loue Zborowsky, qui en décembre organise la première exposition personnelle de Modigliani, à la Galerie Berthe Weill, l'exposition est fermée par ordre de la préfecture, pour outrage à la pudeur. L'aggravation de son état de santé en 1918 lui impose un séjour pendant l'été à Nice avec sa femme enceinte. Par la suite, le couple séjourne également à Cagnes avec Foujita et sa femme Fernande Barrey, Soutine, Survage, Cendrars et Osterlind, Modigliani y peint quatre paysages de Cagnes, les seuls de toute sa carrière. Le 29 novembre 1918, Jeanne accouche à la maternité de Nice d'une petite fille prénommée Jeanne.

A partir de 1919, ses oeuvres commencent à bien se vendre, mais la santé de l'artiste décline rapidement Modigliani est atteint d'une grave maladie rénale. La Galerie Paul Guillaume à Paris présente une exposition collective d'oeuvres de la jeune peinture : Matisse, Picasso et Modigliani. Zborowsky organise avec les frères Sitwels une exposition collective à Londres, nommée Modern French Art qui obtient des articles élogieux. Le 22 janvier 1920, Modigliani inconscient est transporté à l'hôpital de la Charité et succombe à une méningite tuberculeuse, le samedi 24 janvier, sans avoir repris connaissance, à seulement 36 ans, sa femme enceinte de huit mois, se suicide le jour suivant en se jetant par la fenêtre. 

Modigliani Amedeo
Modigliani Amedeo
Modigliani Amedeo
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article