Refah Partisi (RP)

Publié le par Mémoires de Guerre

Le Refah Partisi ou RP (Parti du bien-être, plus souvent traduit en français par Parti de la prospérité), est un parti politique islamiste de Turquie. Il est le successeur du Parti du Salut National dissous par la cour constitutionnelle en 1980.

Refah Partisi (RP)

Il fut fondé avec le soutien de Necmettin Erbakan (alors en prison) en 1983, après le retrait de l'armée. Il remporte immédiatement un grand succès, de par son discours porté sur l’instauration d'un État respectueux des valeurs de l'islam, et surtout de la synthèse turco-islamique initiée par l'armée turque après le coup d'État du 12 septembre 1980. Erbakan, de retour dans la vie politique, en prend la tête en 1987 et prône le retour à une sorte de califat (dissous depuis 1924 par Atatürk) et souhaite faire de la Turquie une grande puissance islamique. Après le succès des élections municipales de 1990 (où le jeune Recep Tayyip Erdogan prend la mairie d'Istanbul), le parti arrive en force au parlement turc (17 % des voix) et, allié aux nationalistes du MHP, obtient la majorité absolue.

Necmettin Erbakan devient alors premier ministre de Turquie. Il met alors en place une série de réformes sur le port des vêtements religieux (suppression de la neutralité religieuse dans administration) et engage des fonds pour le développement des radios et télévisions islamistes ou la construction de mosquées. Cette politique créée de nombreuses tensions avec les milieux laïques turcs, notamment l'armée. En 1997, le Conseil de Sécurité Nationale prend un mémorandum qui garantit la sauvegarde les principes d’Atatürk (notamment la laïcité), contraignant Erbakan à la démission. Le Refah est dissous par la Cour constitutionnelle le 16 janvier 1998, pour activités anti laïques. De cette dissolution naît le Parti pour la justice et le développement (AKP), crée par Erdogan, et le Saadet Partisi (SP), à l'existence éphémère.

Erbakan Necmettin

Erbakan Necmettin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article