Ne ratez pas : "Nazis français, nazis allemands, de la fuite à la traque"

Publié le par Le Nouvel Observateur par Sylvie Veran

Ne ratez pas : "Nazis français, nazis allemands, de la fuite à la traque"

Retour sur ces milliers de Français qui ont choisi de servir Hitler sous l’uniforme de la SS ou de la Gestapo entre 1940 et 1945. Un doc riche en témoignages et images d’archives.

Nazis français, nazis allemands

Nazis français, nazis allemands

A la fin des années 1960, Christian de La Mazière était une personnalité du showbiz parisien. Ce sympathique bellâtre s’occupait de la promotion des films de Chaplin et Gabin, coachait Gréco et la jeune Dalida. En 1971, sort “le Chagrin et la pitié”, de Max Ophuls. Dans le film, La Mazière révèle, par remords ou par défi, que, durant la dernière guerre, il a soutenu Hitler et combattu avec la Waffen-SS sur le front de l’Est. Stupeur dans son entourage. L’homme a purgé deux ans et demi de prison. Mais le scandale est énorme.

Pourtant, ce cas est loin d’être isolé : entre 1940 et 1945, 30.000 Français ont servi le Führer sous l’uniforme de l’armée allemande ou de la Gestapo. Une zone d’ombre de notre histoire que Pierre Lescure raconte dans cet excellent documentaire riche en témoignages et images d’archives. Les grands procès des criminels nazis, tel celui de Nuremberg amorcé en novembre 1945, donnaient le sentiment que les artisans de la solution finale avaient été punis. En France, 7.000 condamnations à mort ont été prononcées à l’époque. Mais par contumace dans plus de la moitié des cas, les accusés s’étant envolés !

Ce film retrace la traque de bourreaux célèbres, comme Adolf Eichmann, mais aussi de dizaines d’anonymes dénoncés par les rescapés des camps de la mort, et poursuivis par des justiciers solitaires qui, à l'exemple de Simon Wiesenthal, y ont consacré leur vie.

Dimanche 29 mai à 21h00 sur D8. Histoire interdite, présenté par Guy Lagache. 2h10. (Disponible en replay). 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article