Décès du ministre Boulin : de nouveaux témoignages accréditent la thèse de l'assassinat

Publié le par L'Union

Décès du ministre Boulin : de nouveaux témoignages accréditent la thèse de l'assassinat

Trente-six ans après la mort du ministre du Travail, des témoignages inédits viennent renforcer l’hypothèse d’une mort volontaire.

Décès du ministre Boulin : de nouveaux témoignages accréditent la thèse de l'assassinat

La mort de Robert Boulin est un des grands mystères du siècle dernier. Le ministre du Travail avait été retrouvé le 30 octobre 1979 dans cinquante centimètres d’eau d’un étang de la forêt de Rambouillet. La thèse du suicide privilégiée par les pouvoirs publics avait été confirmée par la justice en 1991. Une décision qui n’avait pas fait taire les rumeurs. L’hypothèse d’un meurtre est encore très présente au sein de la famille de la victime. Selon elle, Robert Boulin aurait été tué car il menaçait de révéler des informations compromettantes.

Trente-six ans après les faits, une juge d’instruction de Versailles rouvre le dossier. Dans le bureau d’Aude Montrieux, un médecin réanimateur présent le jour du drame témoigne et ébranle un peu plus la thèse du suicide. Des propos révélés par nos confrères de France inter et 20 minutes. « Tout de suite, ce qui nous a sauté à l’idée, c’est qu’il était dans l’eau, mais pas dans la position d’un noyé, explique-t-il. Il était à quatre pattes, un bras en l’air et un autre vers le bas. Les autres pompiers se sont fait aussi cette réflexion. (…) On avait l’impression qu’il avait été placé mort dans l’eau, parce qu’il n’avait pas la position d’un noyé dans l’eau. À priori, il devait être mort avant. Un pompier a même fait la remarque : « Tiens, on a l’impression qu’on l’a apporté dans une malle. » (…) Il était presque à genoux. On aurait dit qu’on le sortait d’une malle. (…) Il était comme assis, c’est à dire qu’il était comme dans une position assise mais penchant vers le bas. Ça, c’était très bizarre. Un noyé aurait été à plat sur l’eau. »

La tête hors de l’eau

Dans le procès-verbal, ce même témoin s’étonne d’avoir trouvé le ministre le visage « hors de l’eau » : « Normalement, les noyés ont le visage dans l’eau. Son visage n’était pas totalement hors de l’eau, mais aux quatre cinquièmes hors de l’eau. ».

Une observation corroborée à l’époque par le gendarme Francis Deswarte, aujourd’hui décédé. En 2011, il avait affirmé publiquement ne pas croire au suicide du ministre : « Robert Boulin n’est pas mort noyé. Il avait la tête hors de l’eau. Il regardait vers sa voiture. »

Décès du ministre Boulin : de nouveaux témoignages accréditent la thèse de l'assassinat

Boulin n’était pas seul

Aude Montrieux a reçu le 17 décembre dernier un habitant de la région. Ce dernier affirme avoir vu Robert Boulin accompagné le jour de sa mort. « Nous étions dans deux voitures qui se sont retrouvé en face, l’une de l’autre. Je voyais directement l’intérieur du véhicule. Il n’y avait pas de pare-brise fumé comme on en voit maintenant. (…) Je me suis trouvé face à face avec une voiture, c’était une Peugeot 305 [ndlr, le véhicule de Robert Boulin, à l’époque]. (…) J’ai nettement reconnu le passager qui était M. Boulin. (…) Il y avait le chauffeur. M. Boulin, à la droite du chauffeur et une autre personne à l’arrière, que je voyais distinctement parce qu’il était placé entre les deux sièges avant. (…) Ce n’étaient pas des personnes détendues et gaies. Ils avaient des visages assez fermés. (…) [Les deux personnes dans le véhicule du ministre] étaient plus jeunes que M. Boulin. Ils avaient des cheveux plutôt foncés, pas blancs. » Une scène qui se serait déroulée à 17h soit trois heures avant la mort clinique de Robert Boulin.

La fille du défunt se félicite de ces nouveaux témoignages « c’est une avancée très importante dans l’enquête ». Toutefois, Fabienne Boulin, s’étonne que ces témoins n’aient pas été entendus plus tôt. Et de nouvelles révélations pourraient encore suivre. D’autres témoins doivent encore être entendus par la juge. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article