Kubrick Stanley

Publié le par Mémoires de Guerre

Stanley Kubrick est un réalisateur, photographe, scénariste et producteur américain né le 26 juillet 1928 dans la ville de New York à Manhattan, et mort le 7 mars 1999 dans son manoir de Childwickbury, entre St Albans et Harpenden (Hertfordshire, nord de Londres).

Kubrick StanleyKubrick Stanley

Dès l'âge de 13 ans, il se passionne pour le jazz, les échecs, et la photographie, par l’intermédiaire d’un cadeau de son père physicien : son premier appareil photo . A l'âge de 17 ans, alors lycéen, il vend des photos à des magazines américains, Look en particulier. Une fois sorti du lycée, ne pouvant pas aller à l'Université, il se fait embaucher par ce magazine comme photographe. Ce travail, qu'il garde jusqu'à l'âge de 21 ans, lui permit de voyager à travers les Etats-Unis, et de s'initier aux principes fondamentaux de son nouvel intérêt : la réalisation de films. En 1951, devenu alors photographe le plus célèbre des USA, il tourne son premier cours métrage avec ses économies : Day of the Fight. Il est à la fois réalisateur, scénariste, cameraman et éditeur. Deux ans plus tard, il en réalise deux autres : Flying Padre et The Searfers, jouant encore une fois tous ces rôles. En 1953, il réalise son premier long métrage, Fear and Desire, puis Killer's Kiss en 1955, réunissant à chaque fois les fonds grâces à des parents et des amis. L'année suivante, ayant fait la rencontre du richissime James B. Harris, il peut réaliser The Killing.

Malheureusement, ces trois premiers longs métrages connaissent un destin identique, en l’occurrence un échec commercial salué toutefois par la critique. Son film suivant, Paths of Glory, avec Kirk Douglas, qui démythifie les héros de la guerre de 14 bénéficie cette fois ci d’un grand succès commercial. Ce n’est qu’en France que le film sortira ultérieurement tant le sujet des mutineries est encore tabou au début des années 1960. Kubrick sera amené à retravailler avec Kirk Douglas pour spartacus, en 1959, une production à gros budget, initialement conçue par Anthony Mann. Ce dernier s’étant fâché avec la star, il est remplacé par Kubrick qui remporte de nouveau un immense succès avec ce péplum. En 1962, il part pour l'Angleterre où il achète les droits du roman de Vladimir Nabokov, Lolita, pour son film suivant, et lui fait écrire le scénario. L’Angleterre est alors une terre de prédilection pour le film afin d’éviter la censure américaine. C'est d'ailleurs au Royaume-Uni que sera tourné et produit par Kubrick lui-même, pour gagner plus de liberté sur les tournages, Dr Strangelove (1964) or how I learned to stop worrying and love the Bomb, qui dénonce l'instrument principal de la guerre froide : l'arme nucléaire.

Il enchaîne avec 2001 : A Space Odyssey, en 1968, qu'il a co-écrit avec l'écrivain de Science-Fiction Arthur C. Clarke. Ce film épique, véritable monument de la Science-Fiction retrace la confrontation de l'homme et d'une intelligence supérieure. Au début du film, les premiers hommes font la découverte d'un monolithe, suite à quoi ils se livrent à leurs premières actions proprement intelligentes. L'humanité vient de naître. La suite du film se passe immédiatement dans le futur (en 2001). Un autre monolithe est découvert sur la Lune, et un mystérieux signal provient de Jupiter. Une mission, Discovery, y est alors envoyée, avec une équipe comprenant Dave Bowman, Frank Pool et l'ordinateur humanisé Hal 9000. La production du métrage nécessite un an et demi de tournage, et l’emploi de maquettes de très grande qualité. Stanley Kubrick remportera l'Oscar des meilleurs effets spéciaux pour ce film (le seul de sa carrière), et sera seulement nominé pour le meilleur scénario et le meilleur réalisateur. Ce film revalorise le genre de la Science-Fiction (jusqu'alors méprisé). Il innove non seulement par la révolution des techniques employées, mais surtout par l'emploi de musiques immenses et grandioses telles que "Le Danube bleu" ou "Also Sprach Zarathustra" qui donnent une autre dimension à son oeuvre.

En 1971, il tourne l'un des plus grands films de sa carrière : A Clockwork Orange, d'après le roman d'Anthony Burgess. Ce film retrace l'histoire d'Alex, un jeune anglais passionné par l'extrême violence et la musique classique (Beethoven, 9ème Symphonie). Etre en perdition, il se livre à des actes de brutalité physique et sexuelle dans une ville de Londres futuriste, puis, arrêté, se voit appliquer un traitement inhumain par un gouvernement totalitaire, dans le but de se faire soigner - pour ne pas dire reprogrammer. Ce film a hautement choqué la société de l'époque, tant il montre à l'écran des scènes impressionnantes, et est considéré comme le plus controversé de Kubrick. Après ces deux films futuristes, Napoléon aurait dut être le suivant. Film autobiographique, d'après un scénario écrit par Kubrick, conservant les éléments de la vie de l'Empereur les plus proches de la sienne. Kubrick s'était en effet toujours identifié à lui, comme en attestent certaines de ces rares interviews. Jack Nicholson est retenu pour le rôle. Toutefois, le film n'aboutira pas, à cause d'un budget trop serré pour un film à hauts risques : le dernier film ayant pour personnage central Napoléon ayant été un échec. Finalement, il rabat ses espoirs sur Barry Lyndon, en 1975, un drame en costumes qui est aux antipodes d’Orange Mécanique, et qui retrace l'histoire de l'aventurier Redmund Barry (Ryan O'Neil), qui, par le biais de diverses aventures, épousa la comtesse de Lyndon (Marissa Berenson), pour devenir Barry Lyndon. Œuvre monumentale éclairée à la bougie pour certaines scènes d’intérieur, Barry Lyndon est une référence incontournable du film historique.

A la fin des années 1970, Kubrick reprend contact avec Jack Nicholson pour Shining, un film d'horreur basé sur le roman de Stephen King. Puis, il tourne Full Metal Jacket, en 1987, un film de guerre, qui dénonce à la fois l’intervention au Vietnam ainsi que l'entraînement des soldats visant à les transformer en machines à tuer. Stanley Kubrick est mort le 7 mars 1999, deux jours après avoir achevé son dernier film, Eyes Wide Shut, avec Tom Cruise et Nicole Kidman, une sorte de thriller psychologique et érotique, à propos de la jalousie et de l'obsession sexuelle, avec en vedette le couple Cruise-Kidman. Bouclant une carrière exceptionnelle avec ce film, on peut observer que Kubrick s’est illustré dans quasiment tous les genres que connaît le 7è Art dont il fut un admirable serviteur. Ces films se recoupent bel et bien. On reconnaît régulièrement le schéma kubrickien, d'un homme qui se croit maître de sa vie et de lui-même, mais qui, suite à une petite erreur par rapport à ce qui était prévu, se rend compte qu'il n'en est rien, et se livre aux conséquences catastrophiques de cette découverte, qui peuvent parfois être le renoncement de l'humanité. Sauf dans 2001, où c'est la minuscule erreur qui au contraire conduit l'homme à dépasser l'humanité. Parallèlement, plusieurs thèmes se recoupent d'un film à l'autre, comme la robotisation de l'homme ( Clockwork Orange - Full Metal Jacket), en opposition à l'humanisation de la machine (2001). A cette thématique, s’ajoute une maîtrise technique inégalable sauf par quelques géants en activité comme Steven Spielberg. Il fait régulièrement usage d'effets de caméra similaires dont les lents travellings. Kubrick a véritablement dépassé l'Art cinématographique et est devenu, à tout jamais, une icône de la mise en scène.

Filmographie

Longs métrages

  • 1953 Fear and Desire Réalisation
  • 1955 Le Baiser du tueur - Killer's Kiss Réalisateur, directeur de la photo, cadreur, monteur
  • 1956 L'Ultime Razzia - The Killing Proposition pour le BAFTA Réalisation
  • 1957 Les Sentiers de la gloire - Paths of Glory Proposition pour le BAFTA, le prix Chevalier de la Barre Réalisation, scénario
  • 1960 Spartacus 4 Oscars en 1961, Meilleur second rôle pour Peter Ustinov, Meilleurs costumes pour un film en couleur pour Valles et Bill Thomas, Meilleure photographie pour un film en couleur pour Russell Metty, Meilleure direction artistique pour un film en couleur pour Alexander Golitzen, Eric Orbom, Russel A. Gausman et Julia Heron Réalisation
  • 1962 Lolita Oscar du meilleur scénario adapté : Vladimir Nabokov. Golden Globes: Meilleur acteur : James Mason; Meilleure actrice : Shelley Winters; Meilleur acteur dans un second rôle : Peter Sellers; Meilleur réalisateur : Stanley Kubrick. BAFTA du meilleur acteur : James Mason. L'association des réalisateurs américains (Directors Guild of America) a nommé Stanley Kubrick pour le prix du meilleur réalisateur. Stanley Kubrick a été nommé au Festival de Venise pour le prix du meilleur réalisateur. Réalisation, coscénariste
  • 1964 Docteur Folamour - Dr. Strangelove or: How I Learned to Stop Worrying and Love the Bomb BAFTA du meilleur film. Oscars du cinéma 1964 : quatre nominations dans les catégories meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur acteur (Peter Sellers). Réalisation, scénario
  • 1968 2001, l'Odyssée de l'espace - 2001: A Space Odyssey Oscar du cinéma 1968 : une récompense dans la catégorie meilleurs effets spéciaux et trois autres nominations : meilleur réalisateur, meilleur scénariste, meilleure direction artistique Réalisation, coscénariste
  • 1971 Orange mécanique-  A Clockwork Orange Oscar du cinéma 1972 : quatre nominations : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleur montage Réalisation, scénario
  • 1975 Barry Lyndon 4 Oscars : meilleure direction artistique et décors, meilleure photographie, meilleurs costumes, meilleur arrangement musical. Réalisation, scénario
  • 1980 Shining - The Shining Réalisation, coscénariste
  • 1987 Full Metal Jacket Réalisation, coscénariste
  • 1999 Eyes Wide Shut Réalisation, coscénariste

Courts métrages documentaires

  • 1951 : Day of the Fight
  • 1951 : Flying Padre
  • 1953 : The Seafarers

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article