Mort de Pierre Grimblat, le parrain de la fiction populaire française

Publié le par Télérama

Mort de Pierre Grimblat, le parrain de la fiction populaire française

Père de “Navarro”, de “L'instit” et de nombreuses fictions françaises, le producteur Pierre Grimblat est mort à Paris à l'âge de 93 ans.

Pierre Grimblat, producteur de Navarro ou de L'Instit, en 2011

Pierre Grimblat, producteur de Navarro ou de L'Instit, en 2011

Pierre Grimblat est mort et, avec lui, c'est une page de notre histoire télévisuelle qui se tourne. L'expression pourra paraître pompeuse et galvaudée à force d'être utilisée à mauvais escient mais, le concernant, elle est juste tant ce producteur aura marqué des décennies de nos programmes de télévision.

Né à Paris en 1922, ce fils d'immigrés juifs s'engage dans la résistance, ce qui lui vaudra d'être arrêté et condamné à mort. L'écriture poétique, qu'il découvre en prison et dont le goût ne le quittera pas, le conduit après-guerre à faire la connaissance de Boris Vian et de Raymond Queneau, qui l'aident à entrer en 1947 à la Radio Télévision Française. Auteur de scénarios puis producteur au sein de la société Hamster qu'il fonde en 1969, cet « autodidarque », comme il se définit lui-même, produira jusqu'au milieu des années 1990 pas moins d'un demi-millier de fictions. Dont une centaine de Navarro, avec Roger Hanin, envisagé comme « un Kojak à la française ».

Parmi les autres héros récurrents sur le berceau desquels il s'est penché : L'instit (avec Gérard Klein) ou Le tuteur (avec Roland Magdane). Il est aussi à l'origine d'une collection d'unitaires inspirés de volumes de la Série Noire (parmi lesquels un film de Jean-Luc Godard, avec Jean-Pierre Mocky et Jean-Pierre Léaud), et d'adaptations de grands auteurs français (L'ami Maupassant, L'heure Simenon), sans oublier quelques séries de l'été (comme Le château des oliviers), qui ont contribué à le poser comme le parrain incontesté de la fiction populaire moderne.

Réalisateur à ses heures, il est notamment connu pour avoir fait se rencontrer Serge Gainsbourg et Jane Birkin sur le tournage de Slogan (en 1960). Il s'est raconté dans Mes vies de A à Z , aux éditions Chifflet, et a rassemblé ses poèmes dans Autodidarque, chez Léo Scheer.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article