Etats-Unis: décès de l'écrivain Elie Wiesel

Publié le par Radio France Internationale

Etats-Unis: décès de l'écrivain Elie Wiesel

L'un des grands militants des droits de l'homme est mort. Elie Wiesel, écrivain américain issu d'une famille juive orthodoxe roumaine, est décédé ce samedi à l'âge de 87 ans. Rescapé de la Shoah et prix Nobel de la paix, ce docteur en philosophie a mené toute sa vie – à travers ses livres et ses pièces de théâtre – un combat contre le totalitarisme et pour plus d'humanité dans le monde.

Elie Wiesel le 4 mai 2010 à Washington

Elie Wiesel le 4 mai 2010 à Washington

Elie Wiesel a dû traverser la nuit pour devenir écrivain. A 15 ans, il est déporté avec sa famille à Auschwitz-Birkenau, puis à Buchenwald. Il sort de ces camps de la mort orphelin, seul deux de ses sœurs ont survécu avec lui.

Mais avant d'en témoigner, Elie Wiesel se lance dans des études de philosophie à la Sorbonne, en France, et il parcourt le monde en tant que journaliste pour un quotidien israélien. C'est l'auteur français François Mauriac qui le pousse à écrire son premier livre La Nuit, 800 pages de mémoires en yiddish. Il reste sur la liste des meilleures ventes du New York Times pendant neuf semaines d'affilée, un record pour un livre « non-fictif ».

En parallèle de sa carrière de romancier, d'essayiste et de dramaturge, Elie Wiesel crée avec sa femme une fondation à la mémoire de l'Holocauste. Il reçoit le prix Nobel de la paix en 1986 et, naturalisé américain, tente de sensibiliser le président des Etats-Unis à la guerre de Bosnie-Herzégovine, mais refuse, en 2006, la présidence de l’Etat hébreu en disant qu'il n'était « qu'un écrivain ».

« Une relation particulière avec la France »

En France, Elie Wiesel a été décoré en 1984 de la Légion d'honneur, avant d'être fait Grand-officier en 1990, puis Grand-croix en 2001. Dans un communiqué transmis par l'Elysée, le président français François Hollande a salué un « grand humaniste, inlassable défenseur de la paix ». « De cette expérience au bout de l'horreur qui l'a laissé orphelin, il a aidé à ouvrir les yeux du monde sur l'indicible blessure de l'extermination des juifs d'Europe », a souligné le chef de l'Etat au sujet d'Elie Wiesel, « homme universel » qui avait aussi « une relation particulière avec la France ».

Réactions politiques

L'ancien ministre français de la Culture, Jack Lang, a rendu hommage dans un communiqué à « un ami fidèle ».

La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, a également réagi sur Twitter.

Grande tristesse, Elie Wiesel nous a quittés. Une conscience universelle disparaît dont la voix ne s'éteindra jamais.

L'ex-ministre de la Justice, Christiane Taubira, a quant à elle salué « un esprit lumineux invaincu ».

Elie Wiesel, ou la défaite de l'horreur absolue : un esprit lumineux invaincu, une conscience vigilante au monde.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article