Administration Trump : Rex Tillerson fait un pas de plus vers le département d'État

Publié le par France24

Administration Trump : Rex Tillerson fait un pas de plus vers le département d'État

Soutenu par une partie de l'opposition démocrate, Mike Pompeo a été confirmé au poste de directeur de la CIA. Plus controversé, Rex Tillerson, l'ex-patron d'ExxonMobil jugé proche de Moscou, devrait être bientôt nommé à la tête de la diplomatie.

Ancien PDG d'ExxonMobil, Rex Tillerson ne fait pas l'unanimité au sein de la classe politique américaine.

Ancien PDG d'ExxonMobil, Rex Tillerson ne fait pas l'unanimité au sein de la classe politique américaine.

Le Sénat américain a confirmé, lundi 23 janvier, Mike Pompeo au poste de directeur de la CIA, tandis que le chef de la diplomatie choisi par le président américain, Donald Trump, devrait être validé prochainement.

Élu républicain, Mike Pompeo est seulement le troisième membre de la nouvelle administration à être confirmé à son poste. "Il sera un excellent directeur de la CIA", a salué Paul Ryan, l'homme fort du Congrès américain, qui a félicité son collègue de la chambre des représentants sur Twitter.

Suspense

En parallèle, la commission des Affaires étrangères du Sénat américain a approuvé la nomination par Donald Trump de Rex Tillerson, ancien PDG d'ExxonMobil, à la tête du département d'État. C'est désormais à l'ensemble des sénateurs de voter pour finaliser cette nomination, à une date qui n'a pas encore été programmée.

Les réserves de plusieurs élus conservateurs, comme John McCain et Marco Rubio, ont finalement été vaincues. Ils s'étaient émus des relations passées du patron du géant pétrolier avec les autorités de Russie, où ExxonMobil a des intérêts importants, et du refus de Rex Tillerson, lors de son audition au Sénat, d'accuser Vladimir Poutine de crimes de guerre en Syrie.

"Étant donnée l'incertitude existant dans notre pays et à l'étranger vis-à-vis de notre politique étrangère, retarder inutilement sa confirmation, ou l'entacher de controverses, desservirait nos intérêts nationaux", a déclaré Marco Rubio sur Facebook lundi, après avoir fait monter le suspense pendant des semaines.

"Probablement jamais amis"

Devant les sénateurs, Rex Tillerson s'était démarqué le 11 janvier du président républicain dans quelques dossiers géopolitiques, y compris la Russie, dont le président Trump veut se rapprocher.

"La Russie représente aujourd'hui un danger", avait-il jugé, estimant que Washington et Moscou ne seraient "probablement jamais amis" car leurs "systèmes de valeurs sont clairement différents". Il a condamné le fait que Moscou ait "envahi l'Ukraine en s'emparant de la Crimée et apporté son soutien aux forces syriennes", réclamant une "réponse vigoureuse" des États-Unis.

Avant Mike Pompeo, seuls deux ministres non controversés de Donald Trump avaient été confirmés à leurs postes, avec l'appui de très nombreux démocrates : les anciens généraux James Mattis à la Défense (98 contre 1) et John Kelly à la Sécurité intérieure (88 contre 11), vendredi. Jeff Sessions, un sénateur ultra-conservateur fidèle de Donald Trump nommé à la Justice, verra sa nomination examinée mardi en commission. Le vote en plénière n'a pas été programmé. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article