L'agence Associated Press soupçonnée d'avoir collaboré avec le régime nazi

Publié le par RTL par Caroline Brenière

L'agence Associated Press soupçonnée d'avoir collaboré avec le régime nazi

Une historienne allemande accuse l'agence Associated Press d'avoir collaboré avec le régime d'Hitler.

Adolf Hitler faisant le salut nazi, en Allemagne en mai 1939

Adolf Hitler faisant le salut nazi, en Allemagne en mai 1939

La célèbre agence de presse américaine Associated Press (AP), aurait-elle collaboré avec le régime nazi ? C'est ce que révèle Harriet Scharnberg, une historienne allemande, dans la revue d'histoire Studies in Contemporary History, en soulevant de nombreuses questions à propos de la présence de l'agence en Allemagne entre 1933 et 1941. 

Pendant cette période, l'agence se serait pliée à la loi sur l'édition du régime nazi (Schriftleitergesetz) afin de maintenir sa présence en Allemagne. Une règle prévalait : ne pas publier de contenus "destinés à affaiblir la puissance du Reich à l'étranger ou sur son territoire." Tenue à cette nouvelle ligne éditoriale, l'agence devait embaucher des journalistes travaillant au pôle propagande du parti nazi. Le photographe Franz Roth, par exemple, était membre des SS, et ses photos étaient personnellement sélectionnées par Hitler.

À partir de 1935, et jusqu'à la déclaration de guerre des États-Unis en 1941, AP était l'unique média étranger présent en Allemagne nazie. Le journal britannique The Guardian avait quitté le territoire en 1934, parce qu'il employait des journalistes juifs. Il en a été de même pour les agences Keystone et Wide World Photos en 1935. 

La propagande des massacres de Lviv

Après avoir appris les massacres des troupes soviétiques dans la ville de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, les troupes du régime nazi ont organisé des pogroms contre la population juive de la ville, faisant des milliers de victimes. Et pourtant, à ce moment-là, AP ne diffuse que les photos de tueries menées par les Soviétiques : les photographies de Franz Roth sélectionnées par Hitler. Comme l'explique Harriet Scharnberg au Guardian, "la presse américaine n'a eu accès qu'aux photos des victimes de la police soviétique et des criminels de guerre de l'Armée rouge". De quoi "masquer la vraie nature de la guerre menée par les Allemands". D'autres photos de l'agence ont été utilisées dans des publications antisémites nazies.

Associated Press dément toute collaboration

L'agence new-yorkaise a déclaré dans un communiqué que les personnes et activités décrites par l'historienne lui étaient inconnues. Elle précise notamment au New York Times que le nom du photographe Franz Roth est "inconnu des archivistes de l'agence".The Guardian a à son tour interrogé l'agence, qui part le biais de son porte-parole rejette toute "collaboration délibérée" avec le régime d'Hitler et souligne qu'il "serait plus juste de dire que AP, et d'autres médias étrangers, ont été soumis à une forte pression de la part du régime nazi, entre l'arrivée d'Hitler au pouvoir en 1933 et l'expulsion d'AP hors du pays en 1941." 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article