Trump songe à rétablir la torture et les prisons secrètes de la CIA

Publié le par Le Nouvel Observateur

Trump songe à rétablir la torture et les prisons secrètes de la CIA

Le président américain préparerait un nouveau décret qui pourrait mener à la réouverture des prisons secrètes de la CIA et ne serait pas contre le retour de la technique de la "simulation de noyade".

Trump songe à rétablir la torture et les prisons secrètes de la CIA

La torture est interdite aux Etats-Unis depuis 2015 et le vote d'une loi par le Congrès américain. Mais Donald Trump ne serait pas contre son retour, notamment la technique de la "simulation de noyade".

"J'ai parlé il y a 24 heures avec des personnes au plus haut niveau du renseignement. Et je leur ai demandé 'Est-ce que cela marche ? Est-ce que la torture marche ?' Et la réponse a été 'oui, absolument'", a-t-il assuré mercredi 25 janvier lors d'un entretien télévisé à ABC. 

Mais finalement, le président américain dit s'en remettre au chef de la CIA Mike Pompeo et au ministre de la Défense James Mattis, ainsi qu'à son équipe.

"Combattre le feu par le feu" 

"Quand l'Etat islamique fait des choses que personne n'a faites depuis le Moyen Age, est-ce que je peux m'opposer à la simulation de noyade ? Il faut combattre le feu par le feu", estime toutefois le nouveau président américain.

Le secrétaire à la Défense, le général James Mattis, n'est pas favorable aux pratiques d'"interrogatoires renforcés" comme la simulation de noyade, croyant davantage en la mise en confiance des prisonniers pour obtenir des informations.

Les Etats-Unis ne peuvent avoir recours qu'aux techniques d'interrogatoire stipulées dans le manuel de l'armée, ce qui exclut légalement la "simulation de noyade", utilisée quelques temps sous George W. Bush et formellement interdite par Barack Obama

"Le président peut signer tous les décrets qu'il veut, mais la loi est la loi", a mis en garde le sénateur républicain John McCain dans un communiqué. "Nous ne ramènerons pas la torture aux Etats-Unis."

Vers une réouverture des prisons secrètes ? 

Le président américain Donald Trump préparait justement un décret dans lequel il réitérerait l'interdiction du recours à la torture, tout en appelant à envisager une modification du manuel d'interrogatoire utilisé par l'armée américaine et la CIA.

Ce document pourrait surtout ouvrir la voie à la réouverture des contestées prisons secrètes de la CIA à l'étranger, fermées par Barack Obama, selon des journaux américains, mais la Maison-Blanche a contesté être l'auteur du texte publié.

"Ce n'est pas un document de la Maison-Blanche", a déclaré le porte-parole Sean Spicer. "Je ne sais pas du tout d'où il vient", a-t-il ajouté, sans dire s'il s'agissait ou non d'un texte préparé pour le président.

Pas de fermeture de Guantanamo 

Le projet de décret de trois pages, publié par le "New York Times" et le "Washington Post", révoquerait des décrets signés par Barack Obama en janvier 2009, qui avaient ordonné la fermeture de la prison de Guantanamo (une fermeture bloquée par le Congrès) et des "sites noirs" de la CIA en dehors du pays, permis l'accès de la Croix-Rouge à tous les détenus des Etats-Unis dans le monde, et mis fin à des techniques d'interrogatoires assimilées à de la torture.

Trump songe à rétablir la torture et les prisons secrètes de la CIA

Ce projet de décret de Donald Trump ne déclencherait pas, à lui seul, la réouverture des prisons de la CIA créées en secret sous la présidence de George W. Bush au début de la "guerre contre le terrorisme" dans plusieurs pays (Pologne, Lituanie, Roumanie, Afghanistan, Thaïlande).

Mais il ouvrirait la voie à leur réouverture en demandant au directeur du Renseignement national de soumettre ses recommandations quant à leur utilité.

Quant à Guantanamo, selon le document publié par le "Washington Post", le texte demanderait au Pentagone de continuer à y envoyer des prisonniers d'Al-Qaida et du groupe Etat islamique. Il n'y reste actuellement que 41 prisonniers.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article