Décès du critique d’art britannique John Berger

Publié le par Connaissance des Arts par Chirine Hammouch

Décès du critique d’art britannique John Berger

L’écrivain John Berger est décédé le 2 janvier, à l’âge de 90 ans. Il était une personnalité reconnue dans le milieu littéraire et artistique britannique.

Décès du critique d’art britannique John Berger

Né à Londres en 1926, John Berger était à la fois poète, scénariste et critique d’art. Après s’être engagé au sein de l’armée anglaise en 1944-1945, John Berger étudia l’art et se mit à la peinture durant une trentaine d’années. Il s’installa par la suite en France, en Haute-Savoie à partir de 1973, et écrivit plusieurs ouvrages dont « La Cocadrille » (1981) et « Joue-moi quelque-chose » (1990). Deux romans qu’il publia après le succès de son roman « G. » qui remporta en 1972 le Booker Prize et le fit connaître dans les cercles littéraires londoniens. Engagé, féministe et avant-gardiste, John Berger décrivait dans ses livres la réalité de son époque, la misère sociale et les travers de la société, défendant les plus démunis, les prisonniers et les exilés politiques.

« Il avait une capacité à lire les problématiques économiques, sociales et politiques contemporaines à travers les grands peintres du passé », explique le romancier Gérard Mordillat. La littérature devait selon John Berger, « nettoyer les mots et s’insurger contre le laminage généralisé ». Parallèlement à ses écrits, l’écrivain marxiste se fit également connaître en tant que critique d’art dont les recherches étaient étudiées au sein des universités anglo-saxonnes. L’initiative qu’il menait, tentait de vulgariser l’Histoire de l’art par le biais de publications, et d’une série télévisée diffusée sur la chaîne britannique BBC en 1972, intitulée « Ways of Seeing ».

Connaisseur de l’art moderne, il avait également écrit plusieurs ouvrages sur Cézanne, Courbet, Titien ou encore Dürer. « Dans la littérature contemporaine anglaise, John Berger est sans égal. Aucun écrivain depuis Lawrence n’avait été aussi attentif au monde des sens tout en répondant aux impératifs de la conscience », affirme l’essayiste Susan Sontag. John Berger était une personnalité éminemment respectée qui manquera au monde de l’art.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article