Pisier Évelyne

Publié le par Mémoires de Guerre

Évelyne Pisier, parfois Pisier-Kouchner, née le 18 octobre 1941 à Hanoï et morte le 9 février 2017 à Sanary-sur-Mer, est une écrivaine et politologue française. 

Pisier Évelyne

Jeunesse

Fille d'un haut fonctionnaire français, Georges Pisier (30 juin 1910 - 13 mars 1986), maurrassien partisan du régime de Vichy en poste à Hanoï, elle est internée à l’âge de 4 ans dans un camp de concentration japonais, à la suite de l'invasion japonaise de l'Indochine. Elle vit ensuite à Nouméa, où son père est muté et où naît son frère le mathématicien Gilles Pisier puis, ses parents s'étant séparés, s'installe à Nice avec sa mère et sa sœur, Marie-France Pisier. Sa mère se donne la mort par empoisonnement en 1988, à l'âge de 64 ans, deux ans après le suicide de son père par arme à feu, alors qu’il a près de 76 ans.

Carrière

En 1964, militante féministe et engagée à gauche, elle embarque avec d'autres étudiants (dont Marcel-Francis Kahn) à Cuba où elle a une liaison de quatre ans avec Fidel Castro. Elle épouse ensuite Bernard Kouchner avec qui elle a trois enfants, dont Camille Kouchner. Sans cesser de militer, Évelyne Pisier soutient sa thèse de droit public en 19702 à l'université Panthéon-Assas, sous la direction de Georges Lavau et intitulée Le Service public dans la théorie de l'État de Léon Duguit. Elle devient l'une des premières femmes agrégées de droit public et de science politique. En 1972, elle est nommée enseignante à l'Institut d'études politiques de Paris.

Son ami le philosophe Pierre Bouretz dit d'Évelyne Pisier qu'elle eut « une enfance à la Marguerite Duras, loin du milieu universitaire et de ses codes. Ce qu’elle a obtenu, elle l’a gagné par son intelligence et sa détermination. » Elle se remarie avec le politologue Olivier Duhamel, et ils adoptent ensemble deux enfants chiliens. Elle relate cette expérience dans Une question d'âge, une « autobiographie fictionnée », livre publié en 2005. Nommée directrice du Livre et de la Lecture au ministère de la Culture par Jack Lang en 1989, elle est démise de ses fonctions par Jacques Toubon en 1993. En 1994, elle devient professeur émérite à l'université Panthéon-Sorbonne. 

Décorations

  • Chevalier de la Légion d'honneur (1998)
  • Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres

Publications

Personnels

  • La Dernière Fois, 1994
  • Une question d'âge, 2005
  • On ne corrige pas les fautes, 2006

En collaboration

  • Avec François Châtelet, Les Conceptions politiques du XXe siècle : histoire de la pensée politique, 1981
  • Avec Olivier Duhamel et François Châtelet, Histoire des idées politiques, 1982, rééd. PUF, « Quadrige », 2004
  • Direction d'ouvrage, Les Interprétations du stalinisme, PUF, coll. « Recherches politiques », 1983
  • Avec Pierre Bouretz, Le Paradoxe du fonctionnaire, PUF
  • Avec Françoise Barret-Ducrocq, Femmes en tête, 1989
  • Avec Marin Karmitz et Jean-François Chougnet, La Création face aux systèmes de diffusion : rapport du groupe création culturelle, compétitivité et cohésion sociale, 1993
  • Avec Carmen Castillo, Sonia Rykiel : quand elle n'a pas de rouge elle met du noir
  • Avec Françoise Collin et Eleni Varikas, Les femmes, de Platon à Derrida : Anthologie critique, Paris, Dalloz, 2011
  • Avec Olivier Duhamel et François Châtelet, Dictionnaire des œuvres politiques, PUF, coll. « Quadrige dicos poche », 2001 (ISBN 9782130393627)
  • Avec Caroline Laurent, Et soudain, la liberté, 2017 — Prix Marguerite Duras 2017

Scénarios

  • Avec Yves Belaubre, Nadine et Marie Trintignant, Victoire, ou La douleur des femmes, film de Nadine Trintignant, 2000
  • Avec Chantal de Rudder, Les Amants du Flore, film de Ilan Duran Cohen, 2006
  • Vital Désir, film de Jérôme Boivin, 2010
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article