Procès d'Amédeo Troiano, accusé du triple assassinat de Visé: comme sa compagne, les parents de l'accusé assurent qu'il est innocent

Publié le par La Meuse

Procès d'Amédeo Troiano, accusé du triple assassinat de Visé: comme sa compagne, les parents de l'accusé assurent qu'il est innocent

Les parents d’Amédeo Troiano ont témoigné lundi devant la cour d’assises de Liège et ont affirmé être certains que leur fils est innocent du triple assassinat qui lui est reproché. Ces témoins ont soutenu que l’accusé a du cœur et qu’il est incapable de commettre des faits aussi graves.

Amédeo Troiano est suspecté d’avoir commis les assassinats de Benoît Philippens (36 ans), de son épouse Carol Haid (38 ans) et du filleul de cette dernière Esteban Counet (9 ans) le 18 avril 2014 à Visé.

Amédeo Troiano est suspecté d’avoir commis les assassinats de Benoît Philippens (36 ans), de son épouse Carol Haid (38 ans) et du filleul de cette dernière Esteban Counet (9 ans) le 18 avril 2014 à Visé.

La maman de l’accusé a décrit son fils comme un garçon incapable de commettre les faits qui lui sont reprochés. « On prend mon fils pour un monstre. Je comprends la réaction des proches des victimes. Mais mon fils n’est pas comme cela. Ce n’est pas un garçon qui peut faire de telles choses. Il est un enfant qui a du cœur », a-t-elle affirmé.

La maman d’Amédeo Troiano est aussi revenue sur les faits de car-jacking qui avaient entraîné une condamnation en 2005. Elle estime que cette condamnation était disproportionnée en rapport à ce qu’elle qualifie d’erreur de jeunesse. La maman de l’accusé a également rappelé que des individus avaient tiré dans la façade de leur maison, ce qui avait entraîné le départ de la famille de Liège vers Stembert. Selon le père de l’accusé, il s’agissait de représailles liées au fait qu’Amédeo Troiano était considéré comme « une balance », même s’il avait porté le chapeau pour ses complices. Le père a ajouté qu’il avait été obligé de payer un dédommagement pour se libérer de ce type de menace.

« Il serait incapable de me cacher qu’il a tué trois personnes »

Le papa de l’accusé a confirmé que son fils avait reçu un accord verbal au sujet de la demande de prêt adressée auprès de la banque BNP Fortis Paribas. Les dépenses avaient été engagées sur base de cet accord verbal mais le refus officiel est intervenu ensuite. Le père a confirmé qu’il a vendu sa maison de Stembert pour payer les dettes et pour investir dans la société Mondo Style Privilège de son fils et de sa belle-fille.

Le père d’Amédeo Troiano a confirmé que son fils était parti en Allemagne le soir des faits. À son retour, il a questionné son fils pour savoir s’il avait commis les faits. Amédeo Troiano lui a répondu qu’il n’était pas fou. « Même si j’ai douté, je suis désormais convaincu de son innocence. Il serait incapable de me cacher qu’il a tué trois personnes », a exposé le père de l’accusé.

Le frère d’Amédeo Troiano a confirmé que l’ouverture d’un salon de coiffure associé à un centre de bronzage et d’esthétisme à Waremme était un projet d’envergure familiale. Le frère devait être engagé en qualité d’ouvrier dans cette société.

Un avocat qui avait assisté Amédeo Troiano et son épouse dans le cadre des difficultés financières de leur société a confirmé que cette société était sous le coup d’une réorganisation judiciaire homologuée par le tribunal de commerce. Il s’agissait d’une alternative à la faillite. Par contre, à la date des faits, la décision du tribunal de commerce n’était pas encore intervenue. Le plan financier envers les différents créanciers a été homologué en mai 2014. Au jour des faits, la société Mondo Style Privilège était encore en pleine procédure de réorganisation judiciaire.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article