Keeler Christine

Publié le par Mémoires de Guerre

Christine Keeler (née le 22 février 1942), mannequin et danseuse anglaise, est surtout connue pour avoir provoqué par sa liaison avec John Profumo un scandale dans le gouvernement de Harold Macmillan en 1963 au Royaume-Uni, connu comme « The Profumo Affair ».

Keeler Christine
Keeler Christine
Keeler Christine
Keeler Christine
Keeler Christine
Keeler Christine

Née à Uxbridge (Middlesex, Angleterre), elle a vécu avec sa mère et son beau-père dans deux wagons aménagés dans le village de Wraysbury (Berkshire). À quinze ans, elle trouve du travail comme mannequin dans un magasin de vêtements dans le quartier de Soho à Londres. Elle quitte alors la région, résidant brièvement à Slough avec un ami, avant de se rendre de nouveau à Londres, où elle trouve une place de serveuse dans un restaurant de Baker Street. Là elle rencontre Maureen O’Connor, qui travaillait au Murray’s Cabaret Club de Soho. Celle-ci présente Christine Keeler au propriétaire, Percy Murray, qui lui donne une place de danseuse seins-nus. Là, alors âgée de seize ans, elle rencontre Stephen Ward 46 ans, avec lequel elle décide d'habiter. À dix-sept ans, elle accouche d'un fils, après une relation avec 'Jim', un sergent afro-américain de la base de l'USAF à Laleham. N'ayant découvert sa grossesse qu'après le retour du père aux États-Unis, elle affronte de sérieuses difficultés et tente d'avorter elle-même, ce qui provoque la naissance prématurée du bébé le 17 avril 1959. L'enfant ne survivra que six jours.

En juillet 1961, Ward la présente comme une call-girl à John Profumo, secrétaire d'État à la Guerre du gouvernement britannique, au cours d'une réception autour d'une piscine à Cliveden, la demeure de Lord William Waldorf Astor, dans le Buckinghamshire. Profumo entretient dès lors une relation avec elle, sans prendre garde au fait qu'elle est liée également à Yevgeny Ivanov, attaché militaire de l'ambassade d'Union soviétique. Un terme est rapidement mis à cette imprudence du fait de Sir Norman Brooke, informé par Sir Roger Hollis, chef du MI5. Dès le 9 août 1961, Profumo écrivit à sa maîtresse qu'il ne pourrait plus la voir. Mais en pleine Guerre froide, l'affaire fit alors grand bruit. Christine Keeler continua une carrière mouvementée de danseuse de cabaret. Elle fut impliquée dans une fusillade avec Aloysius ‘Lucky’ Gordon et Johnny Edgecombe. Elle fut condamnée à neuf mois de prison pour faux témoignage dans le procès relatif à cette affaire, tandis que Ward fut accusé de proxénétisme impliquant Christine Keeler et Mandy Rice-Davies. Ward se suicida vers la fin du procès en avalant des somnifères. Christine Keeler, longtemps considérée comme une paria, finie par être reconnue comme victime de l'establishment. En 2001, après avoir écrit divers livres sur l'affaire Profumo, elle collabore avec l'éditeur Douglas Thompson à son autobiographie : The Truth at Last: My Story.

Adaptations et utilisations de l'affaire Profumo

  • Dans le film Scandal de Michael Caton-Jones en 1989 à propos de l'affaire Profumo, le rôle de Christine Keeler est interprété par Joanne Whalley.
  • Dans le monde de la musique, Phil Ochs et les Glaxo Babies ont chanté Christine Keeler ; elle est citée dans Piano Lessons de Porcupine Tree, dans Street Songs de Hamish Imlach et dans Post World War II Blues de Al Stewart.
  • Avec son amie Mandy Smith, elle apparaît encore dans le clip de publicité de Kiss and tell de Bryan Ferry en 1987. On peut citer aussi un morceau instrumental par The Skatalites nommé Christine Keeler en 1965 (disponible dans l'album Foundation Ska), basé sur le succès de Mel Tormé Comin' Home Baby.

Profitant de la célébrité due à l'affaire Profumo, Lewis Morley l'invita à poser nue d'une façon qui respecterait les critères de la censure, et le cliché eut un succès certain, ce qui n'empêcha pas cependant le film The Keeler Affair auquel elle devait servir de tremplin, de n'être jamais distribué. En revanche, c'est le modèle de chaise de la photo qui profita de la publicité ainsi faite (chaise 3107 d'Arne Jacobsen).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article