HHhH : la naissance d’un être sanguinaire

Publié le par L'Est Eclair

HHhH : la naissance d’un être sanguinaire

Comment une idéologie peut transformer un homme ordinaire en monstre.

Jason Clarke incarne Reinhard Heydrich qui mettra en oeuvre l’extermination des Juifs.

Jason Clarke incarne Reinhard Heydrich qui mettra en oeuvre l’extermination des Juifs.

Encouragé par son épouse Lina, Reinhard Heydrich, militaire déchu, se tourne vers le régime nazi. Il monte vite les échelons et devient le bras droit d’Himmler, chef de la Gestapo, puis prend le commandement de la Bohême-Moravie. Il se voit confier par Hitler la mission d’imaginer un plan d’extermination. Il sera l’architecte de la solution finale.

Face à lui, deux jeunes soldats, Jan Kubis et Jozef Gabcik. L’un est tchèque, l’autre slovaque. Tous deux se sont engagés aux côtés de la Résistance pour libérer leur pays de l’occupation allemande. Ils ont suivi un entraînement à Londres et se sont portés volontaires pour accomplir l’une des missions secrètes les plus importantes et l’une des plus risquées aussi : éliminer Heydrich.

Au cours de l’infiltration, Jan rencontre Anna Novak, tentant d’endiguer les sentiments qui montent en lui. Car les résistants le savent tous : leur cause passe avant leur vie. Le 27 mai 1942, les destins d’Heydrich, Jan et Jozef basculent, renversant le cours de l’histoire.

HHhH est adapté du premier roman de Laurent Binet, paru en 2010 qui a obtenu le prix Goncourt du premier roman la même année et a figuré dans la liste des romans majeurs du New York Times.

Dans son livre, Laurent Binet se pose la question de l’adaptation cinématographique de l’histoire d’Heydrich. L’écrivain avait deux réalisateurs en tête : «  D’abord, j’évoque Spielberg, pour des raisons évidentes, ensuite De Palma. En effet, celui-ci est un cinéaste qui se situe beaucoup dans la mise en scène de l’image et de la perception de l’image  ».

L’auteur n’a toutefois pas souhaité participer au scénario du film, après avoir passé dix ans à écrire son livre. Il a tout de même été consulté et a donné son avis sur différents points du scénario avec lesquels il pouvait être en désaccord. «  J’ai fait des remarques d’ordre indicatif dont certaines ont été prises en considération  », ajoute-t-il.

HHhH est l’occasion d’aborder à nouveau le thème du sacrifice après La French et l’histoire du juge Michel, interprété par Jean Dujardin. «  Il n’y a pas grand-chose de plus admirable que de se dire ma vie est moins importante que celle de milliers de gens qui vont souffrir si je ne fais rien  », déclare le réalisateur.

Trouver la bonne distance

Il avait à cœur de rendre le personnage de Reinhard Heydrich humain, sans pour autant l’humaniser. Il fallait montrer sa réalité et son existence, sans lui trouver d’excuses. Une distance difficile à trouver pour le réalisateur, qui déclare : «  Je voulais donc montrer que, aussi mauvais soit-il, on peut croiser des hommes comme lui dans la rue : il avait une femme et des enfants et il était face aux mêmes problèmes que tout un chacun. Ce n’est pas un personnage de conte ou un monstre issu de l’univers Marvel : il incarne la capacité qu’a l’être humain d’être dénué de toute morale.  »

On découvre une nouvelle page effrayante de l’histoire avec un Jason Clarke vraiment impressionnant dans le rôle du monstre sanguinaire.

Un film choc et saisissant qui ne devrait pas laisser indifférents les amateurs d’histoire contemporaine.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article