A Auschwitz il y a une vie après Auschwitz … On n'est pas obligé de la trouver belle !

Publié le par Atlantico

A Auschwitz il y a une vie après Auschwitz … On n'est pas obligé de la trouver belle !

C’est le plus grand cimetière du monde. Et ils sont nombreux là-bas à marcher sur les tombes, ce que révèle un documentaire diffusé cette semaine sur Arte. 

A Auschwitz il y a une vie après Auschwitz … On n'est pas obligé de la trouver belle !

Nous avons tous vu les images des baraquements. Nous avons tous vu l’entrée du camp avec son répugnant “Arbeit macht frei”. Nous avons vu les wagons. Les rails. Les vêtements d’enfants. Les tas de petites chaussures. Nous n’avons pas tout vu.

Dans le documentaire de Jonathan Hayoun* d’autres images font irruption dans ce décor tristement connu et répertorié. Celles des vivants venus s’installer non pas avec les morts mais sur les morts.

Des tombes qu’on piétine. Des morts qu’on assassine une deuxième fois. Certes on ne peut pas empêcher la vie d’être la vie et les vivants de vivre.

Comment interdire aux bouleaux de pousser en lisière du camp ? Peut-on dire “halte-là !” aux fleurs épanouies dans les champs qui jouxtent Auschwitz et même l’envahissent ? Mais les maisonnettes, les pavillons coquets avec leurs jardins ? Ils frôlent Auschwitz et pour une partie d’entre eux, sont dans le camp même, son périmètre initial ayant été mal délimité par les autorités polonaises.

Les gens qui les habitent se plaignent. Du va-et-vient des visiteurs du camp : ça nuit à leur tranquillité. Des cars remplis de touristes venus voir le plus grand cimetière du monde : ils ont réussi à les interdire. Ceux qui sont interviewés dans le documentaire ont tous bonne conscience. Ils ont construit ici. C’est à eux. C’est chez eux. Ils n’entendent pas les gémissements qui montent des entrailles de la terre. Ils mangent, ils dorment, font l’amour sur des fosses communes.

Est-ce ainsi que des hommes vivent ? Ici, une image d’un jardin avec une balançoire d’enfant à quelques mètres d’un wagon où s’entassaient les enfants juifs promis à la chambre à gaz. Là celle d’un coquet pavillon construit sur l'emplacement du Bunker 1, la première chambre à gaz du camp… Richard Prasquier, qui fut président du Crif, a bataillé pendant des années pour racheter ce pavillon, le faire détruire et rendre l’emplacement aux morts qui y sont enfouis… Un Juif plutôt riche mettant la main à la poche pour que les siens - dont toute l’humanité et en premier lieu la Pologne devrait s’occuper - puissent reposer en paix. Qui peut refuser de voir ce que cette image a de triste et de pathétique ?

Interrogé dans le documentaire, le maire d’Oswiecim (le nom polonais d’Auschwitz) relativise. L’occupation allemande, dit-il, n’a duré que quelques années : “un battement de cil dans l’histoire de notre pays”. Impossible de demander aux enfants juifs assassinés ce qu’ils ont pensé de ce “battement de cil”. Impossible non plus de ne pas avoir envie de vomir. Ce brave homme de maire prend soin de ses administrés. Il comprend qu’ils aient manifesté en nombre contre l’interdiction faite par l’Unesco (qui a placé Auschwitz au patrimoine de l’humanité) de construire un centre commercial dans la zone. C’est vrai ça : c’est quand même pénible d’être em…… par des cadavres juifs ! On ajoutera que, bien sûr, la Pologne n’est pas responsable du choix des nazis de placer Auschwitz sur son territoire. On se demandera aussi pourquoi le camp n’a pas été construit en France, en Belgique, en Grèce ou en Yougoslavie. La réponse à cette question tient en deux parties.

La première, c’est qu’en Pologne il y avait des millions de Juifs à tuer. La deuxième est que là-bas, les nazis étaient assurés de la neutralité d’une grande partie de la population locale. Le film montre qu’après la guerre, des centaines de Polonais se sont rués à Auschwitz pour y fouiller la terre et les cendres pour piller, pour récupérer quelques objets de valeur, des bijoux, des montres qui avaient échappé à la vigilance des SS. Car, selon une leçon apprise là-bas depuis des générations, “là où il y a des Juifs il y a de l’or”. Les pilleurs furent appelés “les hyènes”. Elles furent nombreuses. On s'arrêtera là.

*Sauver Auschwitz ?” diffusé le mardi 24 janvier à 22h35 sur Arte.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article