Adry de Carbuccia

Publié le par Mémoires de Guerre

Adry de Carbuccia est une personnalité mondaine et une productrice de cinéma française, née Adrienne Marie Turpin-Duval le 17 août 1900 à Paris, ville où elle est morte le 16 avril 1994.

Horace de Carbuccia

Horace de Carbuccia

Elle est élevée par sa mère et par le second mari de celle-ci, le futur préfet Jean Chiappe, ce qui la met au contact des milieux politiques. Jolie, indépendante, elle épouse l'éditeur de presse Horace de Carbuccia et passe pour être une des femmes les mieux habillées de Paris. Le salon des Carbuccia, avenue Foch, est pour longtemps l'un des plus courus de Paris. Les Carbuccia reçoivent aussi à la Grande Pointe, résidence située à Sainte-Maxime sur la Côte d'Azur. Les soubresauts de la vie politique l'amènent à côtoyer tant les milieux mondains que les gangsters corses. Parallèlement elle commence une activité d'adaptatrice de théâtre. À la fin de la guerre son mari qui a continué à publier Gringoire s'exile. Progressivement Adry rouvre son salon qui n'a plus l'importance d'antan et se trouve marqué à l'extrême droite. En même temps elle commence une activité de productrice de films destinés au grand public dont certains seront de grands succès.

Après le décès de son époux, Adry de Carbuccia a continué à recevoir d'innombrables célébrités, même durant les années quatre-vingt. Ainsi sur près de six décennies le salon des Carbuccia aura accueilli entre autres: André Tardieu, conseiller de Clemenceau; Pierre Drieu la Rochelle, Georges Mandel, ministre de l'Intérieur; Tino Rossi, le rossignol corse; Louis-Ferdinand Céline, Jean Cocteau, Maurice Clavel, Colette, André Maurois, François Mauriac, Édouard Herriot, Joseph Kessel, Raymond Poincaré, Florence Gould, Randolph Churchill, fils de Winston Churchill, Jean Prouvost, propriétaire de France-Soir, Lady Dasy Fellowes, Charles Verny, Bertrand de Jouvenel, Maxime Real del Sarte, Suzy Solidor, le docteur Robert Debré, Antonio Zuloaga auteur et fils du peintre Ignacio Zuloaga, la cinéaste attitrée du Troisième Reich, Leni Riefenstahl, l'ambassadeur d'Allemagne, Otto Abetz, Charles Maurras, le comédien Michel Simon, le peintre André Dunoyer de Segonzac. Témoin actif d'un monde disparu, elle écrit dans la préface de ses mémoires : « J'ai rencontré nombre d'écrivains, romanciers ou poètes, de soldats, caporaux ou maréchaux, d'hommes politiques de toutes tailles, quelques mauvais garçons, un fort contingent de princes, une poignée de dictateurs et même un roi. »

Filmographie

  • 1952 : Le Plus Heureux des hommes d'Yves Ciampi
  • 1954 : Ali Baba et les Quarante voleurs de Jacques Becker
  • 1955 : Don Juan (El amor de Don Juan) de John Berry
  • 1957 : L'Ami de la famille de Jacques Pinoteau
  • 1957 : Le Triporteur de Jacques Pinoteau
  • 1959 : Le Confident de ces dames (Psicanalista per signora) de Jean Boyer
  • 1959 : La Vache et le Prisonnier d'Henri Verneuil
  • 1960 : Le Saint mène la danse de Jacques Nahum
  • 1961 : Un nommé La Rocca de Jean Becker
  • 1961 : Le Caporal épinglé de Jean Renoir, uniquement associée aux prémisses de la préparation avec Guy Lefranc

Publications

  • Marie Madeleine, roman, éditions de La Table Ronde, 1969, (ISBN 2710314355)
  • Adry de Carbuccia, Du tango à Lily Marlène, Paris, Éditions de Paris, 2008 (ISBN 978-2-851-62220-4)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article