Aurait-on enfin retrouvé le trésor de la Chambre d'ambre, pillée par les Nazis en 1945 ?

Publié le par Atlantico

Aurait-on enfin retrouvé le trésor de la Chambre d'ambre, pillée par les Nazis en 1945 ?

Les Nazis ont pillé la fameuse "Chambre d'ambre" du palais Catherine de Saint-Petersbourg en 1945. Personne ne sait ce qui est arrivé aux ouvrages d'une valeur inestimable qu'elle contenait. Jusqu'à aujourd'hui ?

Aurait-on enfin retrouvé le trésor de la Chambre d'ambre, pillée par les Nazis en 1945 ?

Un trésor de guerre nazi, dont la trace a été perdue depuis 1945, aurait été découvert en Pologne. C'est en tout cas ce que pense une équipe du Musée Mamerki de Pologne, qui commence à effectuer des fouilles dans un complexe de bunkers nazis perdus dans la forêt polonaise, rapporte le Daily Mail.

La magnifique Chambre d'ambre

En 1716, le roi de Prusse Frédéric-Guillaume Ier offre au tsar de Russie Pierre le Grand une pièce aux murs recouverts d'éléments sculptés dans de l'ambre authentique, un cadeau hors de prix et un ouvrage magnifique.

Pendant des siècles, elle était installée au palais Catherine, près de Saint-Petersbourg.

Pendant la Seconde guerre mondiale, lorsque les Allemands arrivent à la porte de Saint-Petersbourg, les troupes soviétiques évacuent la plupart des trésors artistiques mais jugent la Chambre d'ambre intransportable. De fait, les Allemands la démontent en 36 heures et l'emportent en Allemagne dans des caisses. Depuis 1945, on ne sait pas ce qui lui est arrivée. Sa dernière trace est un décret d'Hitler du 24 janvier 1945 demandant son évacuation du château de Königsberg où elle était entreposée pour la mettre en sécurité, explique un reportage de la ZDF.

Aurait-on enfin retrouvé le trésor de la Chambre d'ambre, pillée par les Nazis en 1945 ?

Un témoignage d'un garde nazi, et un radar

Les scientifiques du Musée Mamerki ont été mis sur la trace par le témoignage d'un ancien garde nazi, qui a déclaré à une équipe de la police polonaise dans les années 1950 que, à l'hiver 1944, il avait vu des camions, sous forte garde, entreposer des caisses dans un des bunkers de ce complexe, puis sceller la pièce où elles étaient stockées.

Mamerki serait l'endroit logique où entreposer la Chambre d'ambre : c'était sur le chemin de Königsberg, il y avait un complexe de bunkers sécurisés—l'endroit avait été le quartier général de l'Armée allemande à l'Est—, et certains bunkers étaient encore en construction, ce qui permettait de cacher des trésors dans un faux site de construction.

Pendant les décennies précédentes, des équipes polonaises ont retourné le lieu sans rien trouver. Mais les équipes du Musée ont utilisé un radar spécial qui permet de voir à travers le sol, qui a montré la présence de chambres souterraines secrètes.

"Bien sûr, il n'y avait pas d'appareils comme un radar de sol dans les années 1950, donc on ne pouvait pas examiner ou trouver des espaces cachés. A l'intérieur, il y a peut-être des éléments de la Chambre d'ambre, mais aussi d'autres œuvres d'art pillées. Il ne fait aucun doute que la chambre a été créée pour entreposer des trésors," explique Bartlomiej Plebanczyk, le directeur du Musée.

Des équipes creusent jour et nuit. Pour l'instant elles n'ont encore rien trouvé. "Les relevés radar indiquent clairement qu'il y a quelque chose là-dessous", selon le directeur.

"Si la Chambre est ici, ce sera une des plus grandes trouvailles du siècle."

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article