Une étudiante israélienne reconnaît avoir volé des objets à Auschwitz

Publié le par L'Express

Une étudiante israélienne reconnaît avoir volé des objets à Auschwitz

La jeune femme a visité l'ancien camp de concentration à plusieurs reprises, emportant à chaque fois quelque chose. Ces objets, explique-t-elle, devaient servir à son projet de fin d'études.
 

L'entrée principale du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, ici lors de la visite du pape François, le 29 juillet 2016. afp.com/Filippo Monteforte

L'entrée principale du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau, ici lors de la visite du pape François, le 29 juillet 2016. afp.com/Filippo Monteforte

À chaque visite ses petits vols. Âgée de 27 ans, une étudiante en art israélienne a avoué avoir dérobé plusieurs objets au musée d'Auschwitz, en Pologne, pour son projet de fin d'études, rapporte le Guardian. La jeune femme, par ailleurs petite-fille de survivants de l'Holocauste, s'est rendue une demi-douzaine de fois au mémorial, emportant à chaque fois quelque chose. 

Selon le journal israélien Yedioth Ahronoth, la principale intéressée a même emmené avec elle un panneau demandant aux visiteurs du site de ne rien voler. "Je sentais que c'était quelque chose que je devais faire", confie l'étudiante, dont les propos sont relayés par le quotidien britannique. "Des millions de personnes ont été assassinées d'après les lois morales d'un certain pays, sous un certain régime. Et s'il y a des lois, je peux aller là-bas et agir en fonction de mes propres lois. Le message que je porte ici c'est que les lois sont déterminées par les humains, et que la moralité est quelque chose qui change d'époque en époque, de culture en culture". 

 "C'est douloureux et scandaleux"

Les objets dérobés à Auschwitz ont été présentés lors d'une exposition au Beit Berl College, l'université où étudie la jeune femme, avant d'être retirés.  

De son côté, le musée d'Auschwitz, peiné par cette affaire, a demandé à Israël d'intervenir pour s'assurer que tous les éléments dérobés soient bien retournés. L'établissement ne compte d'ailleurs pas en rester là. Il a d'ores et déjà annoncé que des poursuites vont être engagées contre l'étudiante en question. "C'est douloureux et scandaleux. Le mémorial d'Auschwitz-Birkenau est un site protégé qui témoigne de la tragédie de l'Holocauste et de la Seconde guerre mondiale, il devrait être protégé par les générations suivantes", regrette le musée dans un communiqué. 

Ce n'est malheureusement pas le premier vol au sein de l'ancien camp de concentration. Il y a huit ans, l'inscription "Arbeit macht frei" ("Le travail rend libre"), gravée sur un panneau en fer forgé à l'entrée du camp, avait été volée par des inconnus. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article