Décès de Nicole Bricq: l'hommage unanime de la classe politique

Publié le par Esther Paolini

Décès de Nicole Bricq: l'hommage unanime de la classe politique

«Femme libre», «de conviction», «sa compétence» comme «son franc-parler»... De tout bord politique, les élus rendent hommage à la sénatrice LREM de Seine-et-Marne disparue brutalement ce dimanche.

Nicole Bricq, ancienne ministre sous Hollande, était sénatrice LREM de la Seine-et-Marne

Nicole Bricq, ancienne ministre sous Hollande, était sénatrice LREM de la Seine-et-Marne

Le personnel politique a unanimement salué ce dimanche soir la mémoire de Nicole Bricq, sénatrice LREM décédée à l'âge de 70 ans. L'ancienne ministre du Commerce extérieur a succombé des suites d'une chute accidentelle dans un escalier alors qu'elle se trouvait en vacances. Désignée tête de liste LREM en Seine-et-Marne pour les prochaines sénatoriales, elle avait annoncé fin juillet le retrait de sa candidature, en raison de la constitution d'une liste concurrente.

Le président de la République, Emmanuel Macron a salué «une femme libre, au grand sens de l'État (...)» et «une amie engagée». Elle avait été l'une des premières parlementaires socialistes à rejoindre le mouvement En Marche!. Un communiqué du parti LREM a d'ailleurs rappelé qu'«elle fut de tous les premiers combats et a participé activement aux premières victoires du mouvement. Présente dès la naissance d'En Marche, elle a largement contribué à la réussite de ce dernier».

Alors qu'Édouard Philippe a fait part de sa «grande tristesse» sur Twitter, plusieurs ministres ont également témoigné leur émotion.

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail a évoqué «une femme forte, de conviction, engagée et qui manquera à la France», sur Twitter. Dans un communiqué, Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes Publics a quant à lui rendu hommage à «son exigence, sa compétence, mais aussi son franc-parler manqueront indubitablement au débat public. Chacune de ses actions était emprunte de ce pragmatisme qui fait avancer la France».

Sur Facebook, Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire a rappelé l'action de Nicole Bricq en matière de climat: «Nicole Bricq a longtemps défendu avec exigence et détermination la cause de la planète, aussi bien à l'Assemblée nationale, au gouvernement qu'au Sénat, notamment en s'opposant à l'exploitation des gaz de schistes ou en se mobilisant pour la biodiversité. Son combat pour le développement de la fiscalité environnementale, le basculement de la fiscalité du travail vers les ressources et sa volonté de dénoncer les subventions aux secteurs polluants tout en veillant à l'application plus stricte du principe pollueur-payeur ont permis d'ouvrir en France un débat essentiel pour la transition écologique et solidaire».

Le parti socialiste salue «sa compétence, la défense de ses convictions et son intelligence»

Dans un communiqué, c'est la «militante, ancienne Première fédérale de Paris, longtemps proche de Jean-Pierre Chevènement et de Dominique Strauss-Kahn, députée, sénatrice, plusieurs fois ministre, spécialiste des finances publiques, d'économie et d'écologie» qui a été saluée. Le parti a également évoqué «sa compétence, la défense de ses convictions et son intelligence», qui ont constitué selon lui, «trois traits majeurs de sa personnalité reconnus tant par ses ami-e-s que par ses adversaires politiques. 

Une «femme politique respectée» également par l'opposition

Gérard Larcher, président LR du Sénat, a témoigné sur Twitter de sa «grande tristesse». Alors que Nicole Bricq était sénatrice depuis 2004, il a estimé que le Sénat perdait «une parlementaire unanimement reconnue». Valérie Pécresse a également tweeté dans la soirée: «Triste d'apprendre le décès brutal de Nicole Bricq, femme politique respectée en Seine-et-Marne et au Sénat».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article