Mireille Darc, la dame de cœur

Publié le par E. M.

Mireille Darc, la dame de cœur

L’actrice, décédée dans la nuit de dimanche à lundi, à Paris, à 79 ans, n’a cessé d’aider et d’accompagner les enfants souffrant, principalement, de troubles cardiaques pendant ses quinze dernières années. Récit.

Mireille Darc en 2005LP/Aurélie Audureau

Mireille Darc en 2005LP/Aurélie Audureau

Ses amis de la Chaîne de l’espoir l’appelaient la Dame de cœur. Alain Deloche, fondateur de l’association humanitaire et chirurgien, n’oubliera jamais son ambassadrice dévouée, terrienne, grande pragmatique.

Il y a quinze ans, il voit Mireille Darc dans une émission de télé. Fonce, à scooter, pour la rencontrer dans sa loge. Il a le sentiment qu’elle peut l’aider. Son association soigne, tous les ans, 5 000 enfants dans le monde, principalement cardiaques. L’actrice est forcément concernée : elle a connu des complications médicales après une angine à l’adolescence, les valves de son cœur ont été abîmées. Elle a dû être opérée en 1980. Il l’interpelle, un peu brutalement. « Vous avez connu des problèmes cardiaques. Moi, j’ai des enfants qui en souffrent aussi », lance-t-il. « D’accord, j’ai compris », reprend-elle.

Depuis un an, elle enchaînait les hospitalisations

C’est le début d’un engagement sans faille. « Ça, c’est Mireille », répète-t-il à l’envi : directe, sans chichi. Elle devient marraine de l’association, suit le chirurgien dans plusieurs pays comme au Cambodge, trouve des financements. Un jour, Alain doute. Faut-il prendre le risque de faire venir des bébés siamois de Guinée-Conakry en France pour les opérer. « C’est quoi votre métier si ce n’est de les sauver ? » l’interroge l’actrice. Elle mêle le destin à l’humanitaire. Et répète souvent à Alain Deloche : « Ces enfants sont sur ta route ». Jamais elle ne cessera de les aider. Solaire et altruiste. Pourtant, elle n’en a pas fini avec ses ennuis de santé et subit, à nouveau, une opération à cœur ouvert, en 2013, dans le service d’Alain, à Georges-Pompidou, à Paris.

Depuis un an, elle enchaînait les hospitalisations, victime d’hémorragies cérébrales. Mais, il y a un mois, elle dit à Alain : « Il faut aller au Sénégal voir les enfants ». Oui, lui répond-il, dès tu es rétablie, on y va. Au cours de sa vie, Mireille Darc est aussi passée derrière la caméra. Pour mettre en lumière les sujets invisibles avec des documentaires sur l’ostéoporose, le cancer, le don d’organes. La dame de cœur n’a jamais cessé de parler des femmes. « Elle est irremplaçable, conclut le patron de la Chaîne de l’espoir. Ce sera toujours un maillon manquant. »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article