Chancellerie du Reich

Publié le par Mémoires de Guerre

La chancellerie du Reich (Reichskanzlei) est l’administration du Reich allemand rassemblant les services du chancelier impérial de 1871 à 1918, du chancelier du Reich de 1919 à 1933. La nouvelle chancellerie du Reich a été construite en 1939 et détruite en 1945 par l'Armée rouge.

Chancellerie du Reich
Chancellerie du Reich
Chancellerie du Reich

Chancellerie du Reich

Historique

Elle est remplacée en 1949 par la chancellerie fédérale (Bundeskanzleramt) en RFA. Une fête est par exemple organisée à la chancellerie le 1er mai 1937 pour la remise du Prix allemand de la Nation pour les Arts et les Sciences. Le cinéaste Veit Harlan, qui assiste à la cérémonie relève la foule de centaines de milliers de femme réunies autour du palais, qu’Hitler saluait régulièrement d'un balcon. Étaient invités autant de dignitaires nazis que de personnalités du monde du spectacle et des arts. Un banquet avait lieu dans les jardins, et des pièces montées ornées de croix gammées en chocolat furent servies. Il y a une salle de fête, prolongée dans les jardins par une terrasse.

En 1937, le chancelier Hitler fait déraciner des chênes se trouvant déjà dans le parc du temps du chancelier Bismarck, afin de bâtir « un immeuble tout en hauteur pour y loger [des] SS », qui permettra notamment de prévenir des attentats liés à des tireurs embusqués. Il prévoit également d’orner la chancellerie de statues d’Arno Breker. Le terme Reichskanzlei se rapporte également aux divers bâtiments qui ont logé les personnes importantes du gouvernement allemand situé notamment à Berlin comme le Palais Schulenburg (ou « Palais Radziwill ») situé sur la Wilhelmplatz. Cependant, le plus connu de ces bâtiments est celui de la Neue Reichskanzlei construite sur les ordres d'Hitler et dans laquelle il se suicide (plus précisément dans le Führerbunker) le 30 avril 1945. Sérieusement endommagé lors de la bataille de Berlin, ce bâtiment fut rasé quelque temps après.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article