La Dame du vendredi

Publié le par Howard Hawks

La Dame du vendredi (His Girl Friday) est un film américain réalisé par Howard Hawks, sorti en 1940 et appartenant au genre de la « screwball comedy ». Hildy Johnson ne souhaite plus partager les jours et les nuits de Walter Burns, le rédacteur en chef du journal qui l'emploie. Elle le quitte, lui présente sa démission et lui annonce dans la foulée qu'elle souhaite se marier avec Bruce Baldwin, un assureur. Walter, qui n'en a cure, se met en tête de reconquérir la jeune femme par tous les moyens, même les plus loufoques. Passionnée par son travail, Hildy accepte cependant de couvrir un dernier événement pour Walter, l'exécution d'un condamné à mort qui clame depuis toujours son innocence. Ce dernier parvient à s'évader et se réfugie dans les locaux du journal. La police retrouve sa trace...

La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall
La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall
La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall
La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall
La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall
La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall
La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall

La Dame du vendredi de Howard Hawks avec Cary Grant - Rosalind Russell - Ralph Bellamy - Gene Lockhart - Porter Hall

Fiche technique

  • Titre original : His Girl Friday
  • Titre français : La Dame du vendredi
  • Réalisateur : Howard Hawks
  • Scénario : Charles Lederer d'après la pièce The Front Page de Ben Hecht et Charles MacArthur
  • Production : Howard Hawks
  • Studio de production : Columbia Pictures
  • Distribution : Columbia Pictures
  • Musique : Sidney Cutner et Felix Mills (non crédités)
  • Photo : Joseph Walker
  • Montage : Gene Havlick
  • Direction artistique : Lionel Banks
  • Costumes : Robert Kalloch
  • Pays d'origine : États-Unis
  • Format : Noir et blanc - Son : Mono (Western Electric Mirrophonic Recording)
  • Langue : anglais
  • Genre : comédie
  • Durée : 92 minutes
  • Dates de sortie : États-Unis : 11 janvier 1940 (première à New York), 18 janvier 1940 (sortie nationale), Royaume-Uni : 21 septembre 1940, France : 12 janvier 1945

Distribution

  • Cary Grant : Walter Burns
  • Rosalind Russell : Hildegaard « Hildy » Johnson
  • Ralph Bellamy : Bruce Baldwin
  • Gene Lockhart : Shérif Peter B. « Pinky » Hartwell
  • Porter Hall : Murphy, reporter
  • Ernest Truex : Roy V. Bensinger, reporter
  • Cliff Edwards : Endicott, reporter
  • Clarence Kolb : 'Fred', le maire
  • Roscoe Karns : McCue, reporter
  • Frank Jenks : Wilson, reporter
  • Regis Toomey : Sanders, reporter
  • Abner Biberman : Louis « Diamond Louie » Palutso
  • Frank Orth : 'Duffy', le rédacteur en chef
  • John Qualen : Earl Williams
  • Helen Mack : Mollie Malloy
  • Alma Kruger : Mme Baldwin
  • Billy Gilbert : Joe Pettibone
  • Pat West : Warden Cooley
  • Edwin Maxwell : Dr. Max J. Egelhoffer

Et, parmi les acteurs non crédités

  • Irving Bacon : Gus, le serveur
  • Wade Boteler : Mike, le gardien de prison
  • Ann Doran : Une secrétaire du journal
  • Earl Dwire : Pete Davis
  • Pat Flaherty : Frank, un policier

Critique lors de la sortie en salle le 11/05/2013 Par Marine Landrot

Genre : comédie.

Hildy a la voix très grave et un sens critique très aigu. Malgré sa délicieuse fossette et ses déclarations répétées, son mari, Walter, ne trouve plus grâce à ses yeux. Le hic, c'est qu'ils sont tous les deux employés du même journal...

« Toute dissemblance avec les journalistes d'aujourd'hui est purement involontaire », précise Howard Hawks dans le générique. D'un cynisme à toute épreuve, le cinéaste épingle les travers de ses compatriotes, assoiffés de gloire et de reconnaissance, menteurs invétérés, d'une profonde immatu­rité affective. Comme dans tous ses films, il mise entièrement sur les dialogues à tiroirs, drôles et acérés, pleins de piques et de caresses. Très en verve, le couple Grant-Russell n'a rien à envier au couple Tracy-Hepburn. Pourtant, cette comédie fonc­tionne souvent au ralenti. Il lui manque une caméra virtuose et frénétique capable d'épouser les revirements intellectuels des personnages, au lieu de se tenir à distance, timide et figée. — Marine Landrot

Publié dans Films

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article