Affaire Seznec, un rebondissement décisif ?

Publié le par Sylvain Rakotoarison

Affaire Seznec, un rebondissement décisif ?

« Cela pourrait être un os humain, peut-être une tête de fémur. » (Le procureur de Brest, le 24 février 2018 à Morlaix).

Affaire Seznec, un rebondissement décisif ?

Grands frissons dans un cellier obstrué depuis des décennies et dégagé et fouillé dans la journée de ce samedi 24 février 2018 à Morlaix : un morceau d’os apparemment, une tête de fémur humain, a été découvert dans l’ancienne demeure des Seznec par des bénévoles au cours de fouilles "privées". Les lieux ont été bouclés et les fouilles ont été mises sous le contrôle de la judtice. Le procureur de Brest, qui s’est déplacé sur les lieux, a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire confiée à la police judiciaire de Rennes pour déterminer les circonstances de la mort du propriétaire de cet os.

Il est encore beaucoup trop tôt pour être affirmatif, la prudence doit évidemment dominer, mais cet élément nouveau pourrait se révéler décisif dans la compréhension de l’affaire Seznec, près de 95 ans après les faits !

De quoi s’agit-il ? L’affaire Seznec a été beaucoup médiatisée dans les années 1980 et 1990 par un des petits-fils de Guillaume Seznec, Denis Le Her, qui a passé sa vie à vouloir réhabiliter son grand-père. Selon lui, Guillaume Seznec était innocent et a été injustement condamné du meurtre d’un notable de province dont on n’a jamais retrouvé le corps. Cet os, cela pourrait bien appartenir à cette personne disparue, justement.

Guillaume Seznec (1878-1954) et Pierre Quémeneur (1877-1923) furent deux hommes d’affaires plus ou moins honnêtes qui s’appréciaient et étaient devenus des amis. Les deux étaient issus d’un milieu paysan assez pauvre et tous les deux avaient la volonté de monter dans l’échelle sociale en s’occupant de diverses entreprises.

Guillaume Seznec n’a cependant jamais réussi à bâtir une fortune, au contraire de Pierre Quémeneur qui profita de la Première Guerre mondiale pour faire fortune (il a fourni des poteaux en bois pour les tranchées). Pierre Quémeneur a même entamé une carrière politique, élu conseiller municipal en 1914, puis élu conseiller général du Finistère en 1919. Ce dernier était très chaleureux et savait convaincre ses électeurs en leur promettant de s’occuper de leurs problèmes personnels, tandis que Guillaume Seznec était plus réservé.

J’ai écrit "plus ou moins honnêtes" car leurs affaires étaient parfois à la limite de la légalité sans forcément que cela fût prouvé. Ainsi, Guillaume Seznec a bénéficié deux fois d’un remboursement d’assurances à la suite de deux incendies qui ont ravagé ses entreprises (l’un des incendies l’a d’ailleurs blessé avant la guerre, le brûlant au visage et aux mains). En mai 1923, il était question d’une affaire de voitures Cadillac provenant d’un stock de guerre américain revendu à des Russes que les deux hommes d’affaires voulaient racheter et les revendre avec une forte plus-value. À cette occasion, Guillaume Seznec avait remis la quasi-totalité de sa fortune en espèces à son compagnon d’affaires.

Ils devaient se rejoindre le 24 mai 1923 à Rennes, l’un en train et l’autre en voiture. Puis faire la route ensemble jusqu’à Paris. Mais la voiture de Guillaume Seznec était tellement pourrie qu’ils sont tombés souvent de pannes. Dans la nuit du 25 au 26 mai 1923, ils décidèrent de se séparer à Dreux : Pierre Quémeneur reprendrait le train pour Paris afin de ne pas rater leur important rendez-vous d’affaires et Guillaume Seznec repartirait à Morlaix pour faire réparer la voiture. Il y arriva effictivement le 27 mai 1923.

Mais Pierre Quémeneur, qui avait prévenu sa famille qu’il reviendrait le 28 mai 1923, n’a jamais été plus revu après ce 25 mai 1923 et Guillaume Seznec fut la dernière personne connue à l’avoir vu. Ce dernier retourna à Paris le 1er juin 1923 mais n’a pas retrouvé Pierre Quémeneur, qui, pourtant, envoya un télégramme à sa famille (il était célibataire et sans enfant) daté du 13 juin 1923 depuis Le Havre. Ce télégramme suffisamment louche a été suspecté d’être un faux et la famille a averti la police sur sa disparition qui a ouvert une instruction judiciaire le 22 juin 1923 à Brest.

Affaire Seznec, un rebondissement décisif ?

Très vite, Guillaume Seznec fut suspecté d’avoir tué Pierre Quémeneur. Il fut arrêté le 1er juillet 1923 et inculpé d’assassinat le 7 juillet 1923. Les expertises judiciaires ont prouvé qu’il avait réalisé plusieurs faux en écriture, après la disparition de Quémeneur, en particulier le télégramme du Havre (on l’a même aperçu au Havre à la date d’envoi) et une promesse de vente d’une propriété luxueuse de Pierre Quémeneur signée de Guillaume Seznec mais dont la signature de Quémeneur semblait être un faux.

Le procès s’est déroulé du 24 octobre 1924 au 4 novembre 1924 à Quimper, pour juger un assassinat sans cadavre. Guillaume Seznec fut reconnu coupable du meurtre sans préméditation de Pierre Quémeneur, par la majorité des douze jurés, et a évité de justesse la peine de mort, condamné aux travaux forcés à perpétuité. Il quitta la métropole le 7 avril 1927 pour être interné dans un bagne en Guyane.

Pendant tout le restant de sa vie, Guillaume Seznec a toujours proclamé son innocence dans cette affaire. Marie-Jeanne, qu’il a épousée le 18 juillet 1906, l’a toujours soutenu pour faire reconnaître son innocence. Elle est morte de maladie à Paris le 14 mai 1931.

Le 18 février 1934, six des jurés ont regretté leur décision et ont demandé la révision du procès. Il faut se rappeler qu’il n’était pas possible, jusqu’à récemment, de faire appel à un verdict des assises, et la cour de cassation avait rejeté le pourvoi le 8 janvier 1925 (par ailleurs, les députés ont voté à l’unanimité, le 23 juin 1989, une loi pour faciliter la révision d’un procès, puis une autre loi adoptée le 20 juin 2014). En 1938, la peine de Guillaume Seznec fut commuée en détention pour encore vingt ans (à partir de cette date).

Affaire Seznec, un rebondissement décisif ?

Le 2 février 1946, il fut gracié (on a expliqué que c’était De Gaulle qui l’aurait gracié, mais De Gaulle venait de démissionner de la Présidence du Conseil quelques jours auparavant). Guillaume Seznec fut finalement libéré le 14 mai 1947, et quitta la Guyane le 20 juin 1947 pour arriver au Havre le 1er juillet 1947, après vingt-quatre ans d’incarcération. La plupart des Français l’ont traité comme un héros. Il a pu revoir sa famille (il avait quatre enfants et beaucoup de petits-enfants). Il est mort des suites d’un accident de la circulation le 13 février 1954 à l’âge de 75 ans (il est né le 1er mai 1878).

La lutte n’est pas interrompue par la mort de Guillaume Seznec. Sa fille Jeanne (troisième enfant, née le 8 novembre 1912), puis un des fils de celle-ci, Denis Le Her, ont poursuivi la cause pour réhabiliter leur père et grand-père, en ayant déposé quatorze requêtes en révision qui furent, toutes, rejetées par la justice jusqu’à maintenant, notamment : le 7 décembre 1926, le 9 avril 1935, le 7 juillet 1949, en 1951, en 1956, le 28 juin 1996 et le 14 décembre 2006 (la dernière).

Pourtant, le portrait d’un homme qui a consacré sa vie (né le 26 décembre 1946) à demander la réhabilitation de son grand-père n’est pas si "idyllique" que cela. En effet, selon Denis Le Her (qui s’est fait appeler Denis Seznec à partir des années 1990 et qui est passé de l’extrême gauche en mai 1968 au soutien à la candidature de Marine Le Pen en 2012), son grand-père était totalement innocent, y compris des faux en écriture, et aurait été victime d’une machination de l’inspecteur de police Pierre Bonny (1895-1944), qui fut parmi les chargés de l’enquête, futur révoqué de la police en 1935 pour une affaire de corruption liée à l’affaire Stavisky, proche de la Cagoule et futur responsable de la gestapo en 1942, fusillé en 1944 lors de l’épuration.

Le problème, c’est que Pierre Bonny n’a effectué que 5 actes sur les 500 relevant de l’enquête, il n’a donc été impliqué qu’à la marge (cette hypothèse de machination a été définitivement écartée par la cour de révision le 14 décembre 2006). Plus grave, Denis Le Her aurait mal étudié le dossier judiciaire car les faux en écriture ont été scientifiquement établis.

Denis Langlois fut l’avocat de la famille Seznec de 1976 à 1990, à titre bénévole. Mais il fut congédié par Denis Le Her qui n’a pas apprécié la dénonciation par l’avocat de la stratégie adoptée (innocence totale et médiatisation) qui a toujours abouti au rejet des requêtes en révision.

Denis Le Her a intensifié sa campagne médiatique. Un livre à 200 000 exemplaires vendus, des milliers de conférences un peu partout en France, un dépôt de plainte contre la République française le 20 décembre 1996 auprès de la Cour européenne de justice, un appel solennel au Président Jacques Chirac le 28 janvier 1997 et même une Ministre de la Justice, bretonne, Marilyse Lebranchu, touchée par son combat, qui voudrait rouvrir le procès le 3 avril 2001.

Denis Langlois a écrit en 2015 : « L’échec survient logiquement en 1996, et là, il est difficile de comprendre que la stratégie reste imperturbablement la même. Des révélations ont montré pourquoi les magistrats de la commission [de révision] ont rejeté la demande. Ils ont été heurtés essentiellement par la médiatisation excessive de l’affaire et l’affirmation de l’innocence pleine et entière de Guillaume Seznec, alors que sa participation aux faux leur paraît indiscutable. ». En d’autres termes, les magistrats refusent la pression des médias et l’officialisation de la thèse peu défendable de Denis Le Her.

Parmi les faits troublants, le procureur général de la République près la Cour de cassation a révélé le 13 janvier 1997 que le dossier criminel de Guillaume Seznec avait été détruit dans l’incendie du Parlement de Bretagne, à Rennes, en 1994.

Pourtant, ce petit-fils n’est pas forcément le seul représentant de cette famille qui est divisée. Son frère aîné, Bernard Le Her, a considéré qu’il y avait une autre version que l’innocence complète de son grand-père.

Ce fut dans un livre qui est sorti le 12 février 2015 ("Pour en finir avec l’affaire Seznec", Éditions de la Différence) que l’ancien avocat Denis Langlois a finalement "lâché le morceau", ayant peur de mourir avec ce "secret". En effet, en 1978, Bernard Le Her lui a appris que son oncle Petit-Guillaume, le fils aîné (et deuxième enfant né le 14 mars 1910) de Guillaume Seznec, avait entendu sa mère crier chez eux.

L’hypothèse proposée est donc la suivante : Pierre Quémeneur serait revenu chez les Seznec le 27 mai 1923 en absence de Guillaume Seznec, aurait fait des avances à son épouse Marie-Jeanne qui, pour se défendre, l’aurait frappé avec un chandelier, il serait tombé et serait accidentellement mort. Quand Guillaume Seznec est arrivé, il aurait enterré le corps dans un cellier qu’il a ensuite muré. Petit-Guillaume et une employée de maison furent témoins de cette scène et s’engagèrent à garder le silence. Bernard Le Her a enregistré à son insu le témoignage de Petit-Guillaume qui est mort en 1982.

Affaire Seznec, un rebondissement décisif ?

Pour Denis Langlois, le corps de Pierre Quémeneur devrait donc toujours être dans cette maison à Morlaix. La justice ayant refusé d’effectuer des fouilles (refus de l’ancien procureur de Brest le 26 mai 2015), l’avocat à la retraite a réussi en décembre 2017 à convaincre le propriétaire de la maison d’accepter des fouilles dans sa propriété. Après un appel à des dons et la mobilisation des volontaires, il a pu constituer une équipe d’une dizaine de bénévoles, dont un archéologue qui a pu apporter sa caution scientifique et surtout, la manière de procéder selon les règles de l’art (avec numérotation des objets découverts, etc.).

Ces fouilles ont commencé ce 24 février 2018 et comme un os d’origine apparemment humaine a été trouvé immédiatement, la justice a pris le relais : enfin, la vérité sur Pierre Quémeneur pourra peut-être sortir, près d’un siècle après sa disparition. Ce fut une stratégie donc fort habile pour remettre la justice dans la boucle, elle qui a toujours refusé, depuis 1924, de revenir sur le jugement de culpabilité.

Pour Denis Langlois, la découverte du corps de Pierre Quémeneur serait un élément décisif dans la validation de cette nouvelle hypothèse, qui innocenterait Guillaume Seznec du meurtre, au moins au bénéfice du doute (puisque sa femme aurait pu aussi l’avoir tué). En revanche, la validation de cette hypothèse laisserait un goût assez amer sur la moralité et l’honnêteté de Guillaume Seznec puisque les faux en écriture avaient pour but de récupérer l’argent transmis au noir à Quémeneur qu’il n’aurait jamais pu reprendre s’il avait alerté la police au moment de l’accident.

La réaction de Denis Le Her, interrogé à chaud par "Le Télégramme", fut la suivante, emprunt d’une grande lucidité : « Je suis perplexe. (…) Si c’était effectivement Quémeneur, cela remettrait beaucoup de choses en question. Ce serait quand même vraiment étonnant. Mais c’est assez facile de savoir si c’est lui. Il avait un nez cassé et une dent en or (…). Si c’est le cas, ça prouve que la police n’a pas fait son travail. La piste des fouilles n’a jamais été explorée par la justice. Cela prouverait que mon grand-père est innocent. Mais ça voudrait dire qu’il a quand même fait une erreur, celle de couvrir sa femme. » (24 février 2018).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article