Affaire Seznec. Le petit-fils a recueilli le témoignage d’une centenaire

Publié le par Ouest France

Affaire Seznec. Le petit-fils a recueilli le témoignage d’une centenaire

Recueillis ce samedi après-midi à Plourivo mais de plus en plus maigres et fragiles, les souvenirs de la centenaire sur la nuit du 27 mai 1923 peuvent-ils faire rebondir l’affaire Guillaume Seznec ? C’est l’objectif de Denis Seznec qui clame toujours l’innocence de son grand-père, condamné aux travaux forcés à perpétuité (4 novembre 1924) par la Cour d’assises du Finistère pour le meurtre, sans préméditation, de Pierre Quéméneur, le conseiller général du Finistère.

Denis Seznec ( à gauche) en compagnie de Gabrielle Dauphin, cet après-midi à Plourivo. | Ouest-France

Denis Seznec ( à gauche) en compagnie de Gabrielle Dauphin, cet après-midi à Plourivo. | Ouest-France

En novembre dernier, Denis Seznec avait vainement tenté de recueillir « officiellement » le témoignage de Gabrielle Dauphin mais, elle avait pris peur et s’était refermée devant micros et objectifs. Pas cette fois !

Devant Benjamin Gaillard, huissier de justice, elle a répondu aux questions ce samedi après-midi avec les moyens et la force de son âge.

Denis Seznec, qui clame toujours l’innocence de son grand-père condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1924 pour le meurtre du conseiller général Pierre Quéméneur, s’accroche à cette piste évoquée déjà en 1931 dans Ouest-Eclair, l’ancêtre d’Ouest-France.

« J’ai vu un monsieur courir »

Elle est loin d’être nouvelle mais il considère qu’elle n’a pas été assez creusée. « J’ai vu un monsieur courir et longer la lande du côté de la rivière. Oui, j’ai eu peur. Je crois qu’il y a eu des coups de feu », a notamment expliqué Gabrielle Dauphin.

La centenaire avait 9 ans en mai 1923 et participait à la noce de sa marraine. Cet homme aux abois était-il Pierre Quéméneur ? D’autres éléments troublants déjà évoqués dans le passé lui sont revenus au fils des échanges.

Alors qu’entre 1927 et 2006, les neuf précédentes demandes de révision du procès n’ont pas abouti, Denis Seznec aimerait que les souvenirs de la centenaire soient pris en compte mais craint que ce témoignage soit jugé trop juste.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article