Libération. Le plus Paimpolais des Américains raconte le 17 août

Publié le par Actu

Libération. Le plus Paimpolais des Américains raconte le 17 août

L'Américain Richard Berong, spécialiste de Pierre Loti, s'est penché sur la Libération de Paimpol et en a tiré un documentaire passionnant à partir de témoignages directs

Richard Berrong (à gauche) en compagnie d’Eric Vandenbroucke, vice-président du Ciné Breiz. (©La Presse d’Armor)

Richard Berrong (à gauche) en compagnie d’Eric Vandenbroucke, vice-président du Ciné Breiz. (©La Presse d’Armor)

Jeudi 17 août, à 14 h, en marge des cérémonies marquant l’anniversaire de la Libération de Paimpol, Richard Berrong, prof de français dans une université de l’Ohio (USA) et spécialiste de l’œuvre de Pierre Loti, présentera au Ciné Breiz un film documentaire retraçant la Libération de Paimpol selon des témoignages recueillis au gré de ses visites.

Richard Berrong est probablement le plus paimpolais des Américains. Au point de s’intéresser de près à la première rencontre notable entre la Cité des Islandais et ses compatriotes. Elle eut lieu un certain 17 août 1944.

    « Dès que je suis venu à Paimpol, sur les traces de Pierre Loti, raconte-t-il, des amis m’ont parlé de la libération de la ville. Et puis, au fur et à mesure, un réseau s’est créé et j’ai pu rencontrer une quarantaine de témoins directs de cette période. »

Images d’époque

De quoi tirer trois films de témoignages, entrecoupés d’images d’époque. Sur la libération, bien sûr, mais aussi sur l’occupation et sur les années qui ont suivi la guerre : « La libération a duré 2 semaines et demie, rappelle-t-il, mais l’occupation a duré 4 ans et la vie a été difficile après la libération jusqu’à l’installation du Plan Marshall. »

De ces trois films, ce sont des Paimpolais et des gens des alentours qui sont les héros. Ce sont eux qui racontent, avec joie parfois, avec tristesse, avec émotion toujours : « Je n’aurais jamais pu trouver d’acteurs capables de jouer leur rôle. Ils savent si bien raconter leur histoire. Ils revivent leurs souvenirs.

« Je vois ces scènes comme je vous vois »

Ils me disent : « je revois ces scènes comme je vous vois ». C’était tellement émouvant que, par respect, j’ai même choisi de supprimer quelques scènes. »

Ce 17 août 1944, l’arrivée des Américains met fin à quatre années d’occupation pénible et lourde.

« C’était compliqué, insiste Richard Berrong. Il y avait 2 000 Allemands et Russes très bien implantés. Les gens avaient peur. Des Russes surtout. »

Alors, comme l’indique le titre du film, « C’était la Joie » ainsi que le dit un des témoins Ange Le Bars qui, à 14 ans à l’époque, pleure encore la mort de son frère de 17 ans, Armand, abattu par les nazis un mois plus tôt.

Le film de Richard Berrong n’est pas juste une série d’interviews. Il est accompagné de musique, d’actualités et d’images d’époque. Richard Berrong cherche encore des témoins de toute la région de Paimpol.

    « J’ai à peu près, compte-t-il, 50 heures de films et de quoi faire deux nouveaux films sur l’occupation et l’après-libération. »

Le film sera projeté jeudi 17 août à 14 h et dure 90 minutes. La séance est gratuite. On peut voir la bande-annonce du film sur Internet.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article