Décès d’Alain Gérard, ancien maire de Quimper : les réactions

Publié le par Actu

Décès d’Alain Gérard, ancien maire de Quimper : les réactions

Ancien maire de Quimper, Alain Gérard est décédé lundi 26 février 2018, à l'âge de 80 ans. Plusieurs personnalités politiques ont réagi à sa disparition. 

Alain Gérard est décédé lundi 26 février. (Côté Quimper)

Alain Gérard est décédé lundi 26 février. (Côté Quimper)

Alain Gérard, ancien maire de Quimper, de 2001 à 2008, est décédé lundi 26 février, à l’âge de 80 ans. 

Il a également été député de la 1re circonscription du Finistère de 1978 à 1981, sénateur de 1986 à 2008. 

Plusieurs personnalités politiques ont réagi à sa disparition. 

« J’ai connu Alain Gérard à l’occasion des élections municipales de mars 1977. Je conduisais une liste d’union de la gauche. Il était le second de la liste de Marc Bécam et devint son premier adjoint. Depuis lors nous ne nous sommes plus quittés, raconte Bernard Poignant, ancien maire de la Ville. À plusieurs reprises nous nous sommes trouvés en compétition électorale toujours dans le respect réciproque. Tantôt l’un gagnait, tantôt l’autre. Il appartenait à la tradition du gaullisme social et moi à celle du socialisme démocratique. » 

Et de continuer : 

    Ces dernières années nous nous croisions soit en ville autour des halles soit sur le halage. Nous aimions échanger quelques mots sur la vie politique locale avec un regard de complicité et le recul que l’expérience permet.

« Un côté visionnaire »

Ludovic Jolivet, maire actuel de Quimper, estime que la disparition d’Alain Gérard « constitue une grande perte pour notre ville et notre communauté ».

« C’était un homme discret, d’une grande retenue. […]  Il avait un côté visionnaire.

    Alain Gérard avait compris et interprété avant beaucoup d’autres un certain nombre d’enjeux et de problématiques essentielles qui conditionnent aujourd’hui le destin de notre société.

« Notamment, les développements du web et du télétravail, qui paraissent aujourd’hui constituer une évidence absolue mais qui étaient pourtant, dans les années 90, au mieux considérés comme des utopies, au pire perçus comme des gadgets. Nous pensons ici, entre autres initiatives impulsées par lui, au développement du réseau Herminéo qui couvre à présent une grande partie du territoire de Quimper Bretagne Occidentale. »

« Celui qui m’a poussé en politique »

Guillaume Menguy, adjoint chargé de l’urbanisme, a également réagi, via sa page Facebook : « J’éprouve bien sûr une très grande tristesse à l’annonce de la disparition de celui qui m’a poussé en politique. Alain était un exemple pour le petit jeune en politique que j’étais quand je l’ai connu en même temps qu’André Angot. Après être entré dans cette famille RPR, « ce clan », il m’avait proposé d’être le benjamin de sa liste en 2001 car il poussait toujours les jeunes. Du coup, on avait développé une certaine complicité, mais malgré ses demandes je n’ai jamais réussi à le tutoyer, j’avais trop de respect pour lui. »

Il ajoute : 

    Il était extrêmement rigoureux, discret et humble, qualités qui se font rares dans la sphère politique actuelle, mais qu’on retrouve souvent chez les personnes qui, comme lui, ont des liens étroits avec la terre.

Guillaume Menguy cite aussi ce qu’Alain Gérard a accompli pour Quimper : le Cinéville sur pilotis au centre-ville, le prieuré de Locmaria, la médiathèque des Ursulines, Herminéo…

Dans un communiqué, la Ville indique que « nos drapeaux seront en berne et un registre de condoléances sera proposé aux citoyens à l’hôtel de ville et d’agglomération ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article