Deviers-Joncour Christine

Publié le par Mémoires de Guerre

Christine Deviers-Joncour, née le 28 juin 1947 à La Cassagne, est connue dans le cadre de l'affaire Elf. Surnommée « la Putain de la République » ou « la Mata-hari du Périgord », elle a reçu d'importantes commissions de ce groupe chimique et pétrolier public ainsi que du groupe d'armement Thomson pour obtenir de Roland Dumas, alors ami et surtout ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand, l'autorisation de vendre des frégates militaires à Taïwan. 

Deviers-Joncour Christine
Deviers-Joncour Christine

Parcours

Fille unique de Marcel et Paulette Deviers, instituteurs, Anne-Marie Christine Deviers est élève au lycée La Boétie de Sarlat-la-Canéda quand elle rencontre Jean-Jacques de Peretti, élève au collège jésuite Saint-Joseph de la même ville. En 1965, Anne-Marie tombe enceinte. Le couple se marie rapidement puis quitte la Dordogne pour Paris, où Anne-Marie n'utilise plus que le prénom Christine. Séparés en 1970, ils divorcent en 1972. Leur fils se prénomme Frédéric. En 1976, Christine se remarie avec Claude Joncour, directeur général chez CGR Thomson dont elle a un second fils, prénommé Philippe. 

Par l'intermédiaire de Claude passé chez Rhône-Poulenc, Christine rencontre Alfred Sirven. En 1988, elle rencontre Roland Dumas par l'intermédiaire de la famille Dayan proche de François Mitterrand. En 1989-1993, elle est recrutée chez Elf par André Tarallo à la demande d'Alfred Sirven. En 1990, elle divorce de Claude Joncour. En 1997, Christine Deviers-Joncour est incarcérée provisoirement pendant cinq mois et demi à la prison de Fleury-Mérogis. Entre 1998 et 2005, elle intervient dans l'affaire des frégates de Taïwan. En 2006, elle épouse Alf Emil Eik, musicien, compositeur et producteur norvégien. 

Affaire Dumas

Employée par la société Elf-Aquitaine en qualité de relations publiques, de 1989 à 1993, elle est impliquée dans l'affaire Dumas, survenue en marge de l'affaire Elf et l'affaire des frégates de Taiwan et le scandale des 4 milliards de francs de rétrocommissions. Christine Deviers-Joncour, ancienne amie de Roland Dumas, est condamnée à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis, et 1,5 million de francs d'amende pour « recel d'abus de biens sociaux ». Dumas, lui, est relaxé.

Le dossier de la vente des Frégates de Taiwan par Thomson qui l'impliquait ne fut jamais ouvert par la magistrate Eva Joly. Le secret défense fut opposé par deux ministres de la Défense. Le juge Van Ruymbecke l'ouvrira en 2002. En 2002, Jean-Pierre Thiollet écrit dans son livre Les Dessous d'une présidence : « Que cela plaise ou non, Christine Deviers-Joncour est l'une des femmes clefs de notre époque qu'elle incarne ». 

Ecrivain et bénévole dans les années 2010

Elle est désormais écrivain inspirée de mythologie nordique, corrige et relit les manuscrits d'autres auteurs et participe à des actions caritatives, notamment auprès de l'association Novopole, au profit des ukrainiens russophones du Donbass en zone de guerre. 

Publications

  • La Putain de la République, J'ai lu, 1999 (ISBN 2290052418)
  • Opération Bravo, Pocket, 2000 (ISBN 2266106333)
  • Relation publique, LGF, 2000 (ISBN 225314939X)
  • Trio, Pauvert, 2001 (ISBN 2720214213)
  • Toi masculin mon féminin, Éditions du Rocher, 2004 (ISBN 2268050238)
  • Corruption : une affaire d'États, Éditions du Rocher, 2005 (ISBN 2268052621)
  • Les Amants maudits de la République, Pharos, 2005 (ISBN 2756900001)
  • Nuits blanches, Jacques Marie Laffont Éditeur, 2010 (ISBN 978-2-36124-004-2)
  • Ces messieurs d'en-haut..., Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2012 (ISBN 2350133397)
  • Lorgwyn le jeune alchimiste, Ennead Publishing, 2015
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article