Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Publié le par La Provence par Jérémy Prin-Derre

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Le mois dernier, plus d'un million de cinéphiles ont voté sur le site Ranker pour désigner qui était, selon eux, le meilleur acteur de toute l'histoire du cinéma. Si Tom Hanks, grand vainqueur, fait incontestablement partie des grands noms du 7e art, à LaProvence.com, on a regretté que parmi les 50 premiers il n'y ait eu... que des acteurs anglophones. L'écart entre les sexes était également conséquent, car on y retrouvait que 10 femmes pour 40 hommes.

La France peut pourtant revendiquer une grande importance dans l'Histoire du cinéma : de son invention par les frères Lumière à la Nouvelle Vague incarnée par des réalisateurs comme Jean-Luc Godard et François Truffaut... Mais de l'autre côté de la caméra, qui selon vous restera le plus dans l'Histoire ? Les internautes de LaProvence.com ont pu voter pour le meilleur acteur et la meilleure actrice en France, parmi un choix dans chaque catégorie entre 50 grands noms. Et pour commencer, honneur aux femmes, les gagnantes sont...

10e : Isabelle Adjani

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Après des débuts remarqués au théâtre, notamment auprès de Robert Hossein, Isabelle Adjani fait ses premiers pas au cinéma dans le film "La Gifle" sorti en 1974, entourée notamment de Lino Ventura, Francis Perrin, Annie Girardot ou encore Nathalie Baye. François Truffaut la remarque alors et lui offre le rôle principal de son film "L'Histoire d'Adèle H." pour lequel elle est nommée aux César et aux Oscars. Nommée à nouveau aux César en 1977 pour "Barocco", elle ne l'obtiendra finalement qu'en 1982 pour son rôle dans "Possession", puis à nouveau deux ans plus tard avec "L'Été meurtrier" de Jean Becker où elle donne la réplique à Alain Souchon. L'actrice est alors une habituée de ces nominations : elle obtiendra en tout 5 César de la meilleure actrice, deux prix d'interprétation à Cannes mais aussi une deuxième nomination à l'Oscar en 1990 pour son rôle dans "Camille Claudel".

Elle s'éloigne toutefois un temps du grand écran au milieu des années 90 où elle retrouve le théâtre avec Robert Hossein. Son retour au cinéma n'est pas tout de suite couronné d'un succès populaire, mais son rôle dans le téléfilm "La Journée de la jupe", qui est finalement projeté dans les salles, lui vaut son cinquième César de la meilleure actrice, catégorie où elle est largement leader devant Romy Schneider, Sabine Azéma, Catherine Deneuve, Yolande Moreau, Isabelle Huppert ou encore Nathalie Baye avec deux César chacune.

9e : Catherine Frot

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Formée au conservatoire, Catherine Frot se distingue avant tout au théâtre où elle reçoit la première récompense de sa carrière en 1980 pour son rôle dans "C'était comment déjà" de Jean Bouchaud. La même année, elle tourne son premier film dirigée par Alain Resnais, "Mon oncle d'Amérique" puis l'année suivante dans "Psy" de Philippe de Broca". Sa première nomination au César en 1986 et pour un second rôle dans "Escalier C" mais elle continue le théâtre également, ce qui lui vaut une nomination au Molière en 1990.

C'est d'ailleurs au théâtre, auprès de Jean-Pierre Bacri et Agnès Jaoui, qu'elle rencontrera son premier grand succès populaire dans "Un air de famille" qui lui vaudra son premier Molière, suivi du César en 1997 pour le film adapté de la pièce. Elle enchaîne alors les rôles à un rythme plus intense encore et apparaît dans huit films entre 1998 et 1999 dont Le Dîner de cons, Paparazzi et La Dilettante qui lui vaut le prix de la meilleure actrice au festival de Moscou et une nomination au César.

Nommée à nouveau en 2002 et en 2007, elle obtiendra enfin le prix en 2016 pour son rôle dans "Marguerite". Ces dernières années sont d'ailleurs prolifiques en prix puisque, toujours en 2016, elle obtient également le Molière pour Fleur de cactus et, l'année suivante, le Globe de cristal.

8e : Isabelle Huppert

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Remarquée pour son rôle dans Dupont Lajoie où elle rencontre notamment Jean-Pierre Marielle et Jean Carmet, ainsi que dans "Les Valseuses" de Bertrand Blier avec Gérard Depardieu, Miou-Miou et Patrick Dewaere, elle décroche sa première nomination au César en 1976 avec son rôle dans "Aloïse". Récompensée notamment à Londres en 1978 dans "La Dentellière" où elle tient le rôle principal, elle obtient la même année le prix d'interprétation à Cannes pour son rôle dans "Violette Nozière" de Claude Chabrol, ainsi que le César décerné l'année suivante.

Elle joue ensuite pour Jean-Luc Godard, Maurice Pialat ou encore Bertrand Tavernier.

C'est finalement en 1996 qu'elle obtient le César de la meilleure actrice pour son rôle dans "La Cérémonie" de Claude Chabrol, après sept nominations infructueuses. Elle enchaînera à nouveau les nominations, notamment avec "La Pianiste" ou encore "Huit femmes", mais c'est à nouveau après sept tentatives infructueuses - dont l'une pour un second rôle dans "Amour" de Michael Haneke - qu'elle obtient son second César pour son rôle dans "Elle" de Paul Verhoeven qui lui vaudra également un Golden Globe et une nomination aux Oscars.

7e : Brigitte Bardot

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

D'abord connue pour avoir fait la couverture du magazine Elle à l'âge de 15 ans, Brigitte Bardot fait ses premiers pas dans le milieu du cinéma lors d'une audition pour un film de Marc Allégret, qui ne se fait finalement pas mais qui lui permet de rencontrer son assistant Roger Vadim qu'elle épousera à l'âge de 18 ans. Après quelques petits rôles, notamment pour Sacha Guitry, elle se distingue dans "Les Grandes Manoeuvres" où elle joue avec Michèle Morgan et Gérard Philipe. Son premier grand rôle lui sera finalement offert par Roger Vadim en 1956 avec "Et Dieu... créa la femme" qui sera tourné à Saint-Tropez. L'actrice accède alors au statut de star, notamment après le succès du film aux États-Unis. Deux ans après, elle donne la réplique à Jean Gabin dans "En cas de malheur". Divorcée en 1957 de Roger Vadim, elle rencontre son second époux Jacques Charrier lors du tournage de "Babette s'en va-t-en-guerre".

En 1960 elle vit le tournage de "La Vérité" comme à calvaire à cause de problèmes personnels et de conflits avec le réalisateur Henri-Georges Clouzot. Elle tourne ensuite à nouveau avec Roger Vadim dans "La Bride sur le cou" ou encore "Le Repos du guerrier", puis en 1963 avec Jean-Luc Godard dans "Le Mépris" ou encore l'année suivante dans "Viva Maria" de Louis Malle où elle partage l'affiche avec Jeanne Moreau.

Elle prend alors un peu de distance avec le cinéma pour débuter dans la chanson. Si elle tourne encore dans quelques films, elle arrête définitivement le cinéma en 1973 et s'engage dans la défense animale.

6e : Catherine Deneuve

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

D'une famille de comédiens, Catherine Deneuve suit vite les traces de sa soeur Françoise Dorléac en s'orientant vers une carrière d'actrice. Elle décroche son premier grand rôle en 1964 dans "Les Parapluies de Cherboug" réalisé par Jacques Demy qui obtient la Palme d'or. L'année suivante, elle joue pour Roman Polanski dans "Répulsion" avant de retrouver, deux ans après, Jacques Demy dans "Les Demoiselles de Rochefort" où elle partage l'affiche avec sa soeur qui décède peu après dans un accident de voiture.

Elle travaille l'année suivante avec François Truffaut dans "La Sirène du Mississipi", où joue également Jean-Paul Belmondo, et travaille une fois encore en 1970 avec Jacques Demy dans "Peau d'âne" qui rencontre un grand succès. Elle continue de travailler avec de grands noms comme Marcello Mastroianni, Jean-Paul Rappeneau ou encore Burt Reynolds. En 1981, elle obtient le César pour son rôle dans "Le Dernier métro". Elle enchaîne les tournages et les nominations les années suivantes et obtient son second César en 1993 avec "Indochine", film grâce auquel elle obtient également une nomination aux Oscars. Elle sera par la suite encore nommée à huit reprises aux César, sans jamais l'obtenir à nouveau.

5e : Annie Girardot

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Formée au Conservatoire, Annie Girardot intègre la Comédie-Française mais refuse d'en devenir sociétaire et fait ses débuts au cinéma. Elle joue d'abord auprès de Jean Gabin dans "Le Rouge est mis" et "Maigret tend un piège" puis rencontre un grand succès en 1960 dans "Rocco et ses frères" avec Alain Delon et Renato Salvatori. Après avoir tourné notamment pour Alexandre Astruc, Marcel Carné ou Roger Vadim, elle travaille avec Michel Audiard en 1969 dans "Elle boit pas, elle fume pas, elle drague pas mais elle cause" puis dans sa suite "Elle cause plus elle flingue".

En 1971, son rôle dans "Mourir d'aimer", qui raconte une histoire d'amour entre une enseignante et un lycéen rencontre un grand succès, d'autant qu'elle s'inspire d'une véritable affaire survenue deux ans plus tôt. Trois ans après, son rôle dans "La Gifle" - film où elle rencontre la jeune Isabelle Adjani - lui offre un nouveau grand succès. En 1977, elle remporte son premier César pour son rôle dans "Docteur Françoise Gailland" de Jean-Louis Bertuccelli, et joue l'année suivante avec Louis de Funès dans "La Zizanie" de Claude Zidi.

En 1987, elle a le rôle principal de la saga de l'été "Le Vent des moissons" sur TF1. Récompensée en 1996 d'un César pour un second rôle dans "Les Misérables" de Claude Lelouch, elle déclare "Je ne sais pas si j'ai manqué au cinéma français, mais à moi le cinéma français a manqué follement". Comme une réponse, elle est présidente de la cérémonie l'année suivante. En 2000, elle obtient un nouveau César pour un second rôle dans "La Pianiste" de Michael Haneke.

Atteinte de la maladie d'Alzheimer, elle s'éteint en 2011.

4e : Marion Cotillard

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Plus jeune actrice de ce top 10, Marion Cotillard est fille de comédiens et s'oriente donc naturellement vers cette carrière. C'est dans le film "Taxi", écrit par Luc Besson et réalisé par Gérard Pirès, qu'elle rencontre son premier grand succès et qui lui permet d'obtenir une première nomination aux César. En 2002, elle obtient sa deuxième nomination, toujours en tant qu'espoir féminin, pour "Les Jolies Choses". En 2003, elle fait ses premiers pas à Hollywood en interprétant un rôle dans "Big Fish", de Tim Burton, et joue la même année dans "Jeux d'enfants" où elle rencontre son futur époux Guillaume Canet.

L'année suivante, elle est récompensée d'un César pour un second rôle dans "Un long dimanche de fiançailles" réalisé par Jean-Pierre Jeunet. C'est en 2007 que sa carrière fait un pas de géant avec "La Môme" où elle interprète le rôle d'Édith Piaf : le film lui vaut une avalanche de récompenses comme le César de la meilleure actrice, un Golden Globe et même un Oscar.

Elle tourne alors davantage de films aux États-Unis, dont "Nine" avec Daniel Day-Lewis et Nicole Kidman, ou encore "Inception" avec Leonardo DiCaprio. En 2011, elle obtient un rôle dans le dernier film de la trilogie "Batman" de Christopher Nolan et tourne en parallèle dans "De rouille et d'os" de Jacques Audiard qui lui vaut une nouvelle nomination aux César. En 2015, elle joue pour les frères Dardenne dans "Deux jours, une nuit" grâce auquel elle est une nouvelle fois nommée aux César et aux Oscars. En 2017 enfin, elle joue dans "Mal de pierres" de Nicole Garcia et est, cette fois encore, nommée aux César.

3e : Sophie Marceau

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

La carrière de Sophie Marceau démarre en flèche après son interprétation du personnage de Vic dans "La Boum", de Claude Pinoteau, en 1980. La jeune adolescente retrouve le rôle dans la suite en 1982 grâce auquel elle obtiendra même le César du meilleur espoir féminin. Elle enchaîne alors les rôles et joue l'année suivante dans "Fort Saganne" d'Alain Corneau ainsi que dans "Joyeuses Pâques". En 1988, elle retrouve Claude Pinoteau dans "L'Étudiante".

Récompensée d'un Molière pour son rôle au théâtre dans "Eurydice", elle reste toutefois attachée au cinéma et joue dans "La Fille de d'Artagnan" de Bertrand Tavernier avec Philippe Noiret.

En 1995, elle débute une carrière internationale avec "Braveheart" de Mel Gibson. Deux ans après, elle joue une antagoniste dans le "James Bond - Le Monde ne suffit pas", sans délaisser pour autant le cinéma français. En 2009, elle joue dans "LOL" de Lisa Azuelos, son troisième plus gros succès en nombre d'entrées après les deux "Boum".

2e : Simone Signoret

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Si Simone Signoret effectue ses premières apparitions au cinéma dans des films de Jean Boyer dès 1941, sa carrière débute réellement en 1946 avec le film "Macadam", de Marcel Blistène. Elle joue l'année suivante dans "Fantomas" ainsi que dans "Dédée d'Anvers", réalisé par son époux Yves Allégret. Son rôle en 1951 dans le film "Casque d'or" de Jacques Becker, inspiré d'un fait divers du début du siècle, la consacre.

Proche avec son nouvel époux Yves Montand de nombreux intellectuels de gauche comme Jean-Paul Sartre, le couple part toutefois aux États-Unis en 1959. L'année suivante, Simone Signoret obtient un Oscar - le premier pour une actrice française - pour son rôle dans "Les Chemins de la haute ville" de Jack Clayton. En 1970, elle joue aux côtés d'Yves Montand dans "L'Aveu de Costa-Gavras" mais aussi avec Jean Gabin dans "Le Chat" ou encore dans "La Veuve Couderc" avec Alain Delon.

C'est en 1978, avec le film "La Vie devant soi" réalisé par Moshé Mizrahi, adaptation d'un roman de Romain Gary, que Simone Signoret obtient le César de la meilleure actrice. En 1981, l'actrice souffre de problèmes de santé et perd progressivement la vue même si elle continue encore à tourner. Elle décède finalement en 1985 d'un cancer du pancréas.

1ère : Romy Schneider

Si si, c'est bien elle que vous avez élue meilleure actrice du cinéma français

Née en 1938 à Vienne, aujourd'hui en Autriche mais alors dans le Reich allemand, Romy Schneider est fille et petite-fille de comédiens. C'est à 15 ans qu'elle effectue ses premiers pas de comédienne en interprétant la fille du personnage interprété par sa mère dans le film "Lilas blancs". Deux ans plus tard, sa carrière explose avec le rôle de l'impératrice d'Autriche Élisabeth de Wittelsbach dans le film "Sissi", dans lequel sa mère jouera également la mère du personnage.

Le succès du film est tel qu'un second volet sort l'année suivante, "Sissi impératrice". Celui-ci rencontre également un énorme succès et c'est sans surprise que l'année d'après sort un troisième et dernier film, "Sissi face à son destin". Romy Schneider après cela refuse toutes les propositions pour réinterpréter ce rôle.

En 1958, elle joue dans "Christine", de Pierre Gaspard-Huit. Le film est un remake d'une oeuvre allemande où le rôle principal était tenu par la mère de Romy Schneider. Lors du tournage, elle rencontre Alain Delon avec qui elle se fiance. Partie avec lui à Paris, elle tournera à deux reprises avec Jean-Louis Trintignant dans "Combat dans l'île" et "Le Train". En 1962, elle part pour Hollywood où elle tournera notamment "Le Cardinal" d'Otto Preminger et "Prête-moi ton mari" avec Jack Lemmon, mais elle reviendra vite en France.

Séparée d'Alain Delon, elle épousera l'acteur allemand Harry Meyen. En 1969 pourtant, elle tournera avec le Français dans "La Piscine" de Jacques Deray, puis un an après jouera avec Michel Piccoli dans le film de Claude Sautet "Les Choses de la vie". Les années 70 sont pourtant marquées par les problèmes de santé pour Romy Schneider : après le tournage de "L'Important c'est d'aimer", qui lui vaudra le premier César de la meilleure actrice, elle souffre d'une grave dépression face à laquelle elle se réfugie dans la consommation de médicaments. En 1975, elle effectue une fausse couche puis, deux ans après, accouche prématurément dans des conditions difficiles. Si en 1978 elle tourne dans "Une histoire simple" de Claude Sautet qui lui vaudra son second César, en 1981, on lui retire un rein en raison d'une tumeur. Peu après, son fils meurt dans un accident. Elle décèdera à son tour peu après d'un excès de barbituriques.

En 2008, à titre posthume, l'académie des César lui décernera un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. 

Le reste du classement

11e Juliette Binoche ; 12e Michèle Morgan ; 13e Josiane Balasko ; 14e Nathalie Baye ; 15e Jeanne Moreau ; 16e Audrey Tautou ; 17e Valérie Benguigui ; 18e Mireille Darc ; 19e Eva Green ; 20e Mélanie Laurent ; 21e Charlotte Gainsbourg ; 22e Mathilde Seigner ; 23e Karin Viard ; 24e Vanessa Paradis ; 25e Arletty ; 26e Carole Bouquet ; 27e Marina Foïs ; 28e Fanny Ardant ; 29e Adèle Exarchopoulos ; 30e Danielle Darrieux ; 31e Emmanuelle Béart ; 32e Sandrine Bonnaire ; 33e Miou-Miou ; 34e Bérénice Béjo ; 35e Sandrine Kiberlain ; 36e Léa Seydoux ; 37e Yolande Moreau ; 38e Ariane Ascaride ; 39e Agnès Jaoui ; 40e Françoise Dorléac ; 41e Virginie Ledoyen ; 42e Sabine Azéma ; 43e Marlène Jobert ; 44e Sylvie Testud ; 45e Ludivine Sagnier ; 46e Géraldine Pailhas ; 47e Béatrice Dalle ; 48e Anouk Aimée ; 49e Chiara Mastroianni ; 50e Dominique Blanc.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article