La commémoration des 75 ans de la rafle du Vel d'Hiv

Publié le par CNEWS

La commémoration des 75 ans de la rafle du Vel d'Hiv

Les 16 et 17 juillet 1942, 13.152 juifs ont été arrêtés à la demande des nazis et sur l'ordre du gouvernement français. Avec Benjamin Netanyahu, Emmanuel Macron commémore cet épisode tragique de l'histoire de France.

La commémoration des 75 ans de la rafle du Vel d'Hiv

Il y a 75 ans, le 16 juillet 1942, pendant deux jours, près de 13 000 juifs ont été interpellés par 7000 hommes des autorités françaises à Paris, avant d'être déportés en Allemagne. Il s'agit de l'arrestation la plus massive organisée sur le territoire français.

Minute de silence 

Emmanuel Macron a invité le premier ministre israélien à participer à la commémoration du tragique événement.

Aux alentours de 9h40, une minute de silence a été observée suite au dépôt de gerbes de fleurs. 

Pour Serge Klarsfeld, historien franco-israélien interviewé par Le Parisien, «la France était complice de ce génocide».

L'arrivée de Netanyahu

Benjamin Netanyahu est arrivé sur place un peu avant 10h30 afin de rejoindre Serge Klarsfeld et Emmanuel Macron sous le chapiteau. 

Un jardin-mémorial sera inauguré portant les noms, les prénoms et les âges des enfants déportés.

La cérémonie

Le grand rabbin Olivier Kaufmann s'est exprimé en ouverture de cérémonie. 

Emmanuel Macron et Benjamin Netanyahu se sont recueillis devant les gerbes de fleurs alors qu'ont retentis, successivement, le champ militaire de la Sonnerie aux morts et la Marseillaise. 

Raphaël Esrail, président de l'Union des déportés d'Auschwitz, a pris la parole autour de 10h40. 

Des témoignages émouvants

Après un discours de Pierre-François Veil, des rescapés de la Shoah ont raconté leur histoire à travers récits émouvants.

L'allocution de Netanyahu

Francis Kalifat, le Président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), a pris la parole pour évoquer l'antisémitisme notamment. 

Benjamin Netanyahu a commencé son allocution par quelques mots de Français. 

Emmanuel Macron a clôturé la cérémonie par un discours. "Si je suis ici en ce jour tragique et solennel, c'est en effet pour que se perpétue le fil tendu par Jacques Chirac en 1995", a-t-il déclaré, au début de son allocution, avant de rendre hommage à l'ancien président de la République. 

"C'est bien la France qui organisa la rafle puis la déportation", a ensuite lancé Emmanuel Macron.

L'antisémitisme dénoncé

Sur le meurtre de Sarah Halimi, le Président a déclaré : "La justice doit faire toute la clarté" quant à un potentiel mobile antisémite.  

"Malgré les dénégations du meurtrier, la justice doit faire désormais toute la clarté sur la mort de Sarah Halimi", a dit le chef de l'Etat lors de la cérémonie de commémoration de la rafle du Vel d'Hiv, sous les applaudissements.

L'absence de qualification antisémite pour ce meurtre a suscité de l'indignation dans la communauté juive.

Macron: "nous ne cèderons rien à l'antisionisme", qui est la "forme réinventée de l'antisémitisme"

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article