Anaya Elena

Publié le par Mémoires de Guerre

Elena Anaya est une actrice espagnole née à Palencia en Espagne le 17 juillet 1975. Elle débute dans le tourbillon débridé de la Movida espagnole déclinante. Son tempérament fougueux et son sourire malicieux l’oriente tout naturellement vers des films – thrillers ou comédies de mœurs – teintés d’érotisme. À l’image de sa vie sentimentale agitée qui passionne la presse à scandales espagnole. Son parcours parfois difficile (petits rôles, périodes d’inactivité) débouche, à 36 ans, sur un premier rôle dans La piel que habito de Pedro Almodóvar, qui lui vaut un goya de la meilleure actrice. En 2019, elle est à l'affiche de Rifkin's Festival, un film de Woody Allen dont la sortie est bloquée sine die. 

Anaya Elena
Anaya Elena
Anaya Elena
Anaya Elena
Anaya Elena

Jeunesse

Elena Anaya nait dans la province espagnole de Castille-et-León, dans la cité de Palencia. Son père, Juan José Gómez Anaya, est ingénieur dans l’industrie. Sa mère, qui se prénomme également Elena, est femme au foyer. La future actrice est la plus jeune de leurs trois enfants. Elle est encore petite quand ils divorcent, sa mère devient alors patronne d’une pension de famille. Elena Anaya est une enfant turbulente, au collège elle s’intéresse plus au karaté et à l’escalade qu’à ses cahiers. Elle abandonne ses études à 17 ans. Ce qu’elle veut faire dans la vie c’est être actrice. Elle prend des cours de comédie et joue dans des pièces de théâtre amateur. En 1996, à 21 ans, elle se présente au concours d'entrée de la Real Escuela Superior de Arte Dramático de Madrid. 

Débuts (1996 - 2003)

Elle doit s’y prendre à deux fois pour intégrer cette prestigieuse école d'art dramatique. Mais, là encore, elle est peu assidue aux cours et elle est renvoyée. Elle a préféré saisir l'opportunité d'un second rôle dans Familia, un film de Fernando León de Aranoa. Elle enchaine en endossant des rôles souvent sulfureux dans des films aux titres évocateurs : en 1997 ¿De qué se ríen las mujeres? (De quoi rient les femmes ?), en 2001 Sans nouvelles de Dieu (amené par Victoria Abril et Penélope Cruz) puis Lucia et le sexe la même année. Dans ce dernier film, émaillé des scènes d’amour très réalistes, elle joue une baby-sitter. Le mélange explosif d'innocence et de provocation qu'elle insuffle au rôle lui vaut une nomination au Goya de la meilleure actrice dans un second rôle en 2002. L'année suivante, à 27 ans, elle est au générique (à la 11e place) du film à succès de Pedro Almodovar, Parle avec elle. 

Quatre films à l’étranger (2004 - 2012)

En 2004, à 29 ans, l’actrice espagnole est enrôlée dans une production hollywoodienne à gros budget, Van Helsing, une parodie de film d’horreur. Elle s'évertue à séduire le public américain, un peu éclipsée toutefois par la vedette féminine du film, Kate Beckinsale. L’année suivante, elle fait une apparition dans un film sans relief ni public, In the Land of Women, ainsi qu'en 2006 dans le clip de Justin Timberlake, SexyBack (où elle n'est pas clairement identifiée). En 2008, à 33 ans, sa carrière à l'étranger redémarre en France. Le réalisateur Jean-François Richet lui propose un emploi dans le premier volet d’un diptyque sur Jacques Mesrine, L'Instinct de mort. 

C'est un succès critique et public, 2,3 millions d’entrées en France, un peu moins à l'étranger. Mais ce n’est, une fois de plus, qu’un second rôle, bien terne au regard du premier tenu par Cécile de France. Deux ans plus tard, en 2010, elle occupe le premier rôle féminin dans À bout portant, un film de Fred Cavayé qui, hélas, n’emporte pas l’adhésion de la critique ni celle du public. Elle profite de ses séjours dans l'hexagone pour se familiariser avec la langue française. Elle en a tout le loisir car, en fait, cette « carrière internationale » est un échec : elle ne tourne que dans quatre films étrangers en 8 ans, des seconds rôles qui plus est. 

Retour et récompenses en Espagne (2008 - 2011)

C’est en Espagne qu’elle va réussir à s’imposer. En 2008, elle obtient le premier rôle féminin du film en costume Capitaine Alatriste. Mal accueilli par la critique, il est apprécié par les Espagnols qui sont 3 millions à venir le voir dans les salles. En 2010, elle retrouve Julio Medem pour Room in Rome. Ce film, à la différence de Lucia et le sexe qu’elle avait tourné sous sa direction 9 ans plus tôt, passe inaperçu malgré le duo lesbien « torride » qu’elle interprète avec Natasha Yarovenko. La raison est simple : il ne sort pas dans les salles ; en France, il n’est visible qu’en DVD en version sous-titrée.

Alors, c’est finalement à 36 ans, grâce au thriller érotique de Pedro Almodovar La piel que habito, qu’elle obtient la consécration. Au coté d’Antonio Banderas, elle interprète le rôle d'une transsexuelle, qui lui vaut, le Goya de la meilleure actrice. Certes, en 2011, les films du grand réalisateur suscitent moins d’engouement qu’il y a 10 ans, les critiques sont moins dithyrambiques et surtout le public est moins nombreux dans les salles. Néanmoins le film est diffusé dans tous les grands pays d’Europe et même un peu aux États-Unis. Il est projeté en compétition officielle à Cannes. Au coté d'Almodovar, l'actrice est très sollicitée par les journalistes. 

Traversée du désert et renaissance (2012 - 2020)

Sa célébrité est éphémère, les années qui suivent sont loin d’être fastes pour elle. Elle court le cachet (souvent sans résultat), de films médiocres en second rôles transparents. De 2012 à 2016, elle ne tourne que trois films. Citons par mi ceux-ci Swung, en 2015, film érotique britannique dont elle est la tête d'affiche, qui sort pour le moins discrètement en DVD, au Royaume-Unis et en Allemagne. En 2017, elle joue un petit rôle dans Wonder woman, un contre-emploi : elle est méconnaissable en Dr Poison, le visage déformé par une balafre. Après la sortie dans l’indifférence générale, en 2018, de El Presidente où elle joue les utilités, sa carrière semble au point mort.

On la trouve plus souvent dans la presse à scandale que sur les plateaux de tournage. Elle évoque, lors d’interviews, les difficultés des acteurs espagnols à trouver des engagements dans un cinéma national à l’agonie depuis la fin de la movida. Elle décide de faire un enfant et, après son accouchement en 2018, elle déclare au quotidien El Mundo, qu’elle met un terme à sa carrière et qu’elle va vivre désormais de ses contrats publicitaires et de la gestion de son patrimoine immobilier.

Mais il est des propositions qui ne se refusent pas : quelques mois après cette déclaration, elle se voit offrir par Woody Allen un premier rôle dans Rifkin's Festival, Malheureusement ce film, voit sa date de sortie repoussée sine die car les maisons de production et de distribution (dont Amazon) impliqués dans le projet redoutent la nouvelle offensive d'associations féministes contre celui qu’elles qualifient de « pédo-criminel » et contre ses soutiens artistiques et financiers. Par ailleurs, en 2019 et en 2020, elle est présente au générique de quatre séries télévisées, dont Jett et Professionals, dans lesquelles elle joue des rôles de premier plan. 

Vie privée

À la fin des années 1990, elle entretient une relation très médiatique avec l’acteur Gustavo Salmerón. En août 2011, le tabloïd espagnol Cuore publie des photos d'Elena Anaya nue, embrassant la réalisatrice Beatriz Sanchis sur une plage nudiste de Minorque. Précédemment, à l'occasion de la gay pride de Madrid, ses penchants saphiques avaient été évoqués par le quotidien El Mundo, qui avait fait figurer l'actrice dans son classement des 50 membres de la communauté LGBT les plus influents d'Espagne. Sa relation avec Beatriz Sanchis dure de 2008 à 2013. En 2016, elle rencontre la styliste Tina Afugu Cordero et, en 2017, elle donne naissance à un fils, Lorenzo, qui devient aussi celui de sa compagne. 

Filmographie

  • 1995 : Adiós Naboelk (court-métrage) : Amiga
  • 1996 : África : Africa
  • 1996 : Familia : Luna
  • 1997 : ¿De qué se ríen las mujeres? : Catalina Bayarri
  • 1998 : Grandes ocasiones : Susy
  • 1998 : Lágrimas negras : Alicia
  • 1998 : Finisterre, donde termina el mundo : Laura
  • 1999 : Las Huellas borradas : Rosa
  • 2000 : El Árbol del penitente : Sonsoles
  • 2000 : El Invierno de las anjanas : Adelaida
  • 2001 : Lucia et le Sexe (Lucía y el sexo) : Belén
  • 2001 : Sans nouvelles de Dieu (Sin noticias de Dios) : Pili
  • 2002 : Parle avec elle (Hable con ella) : Angela
  • 2002 : Rencor : Esther
  • 2002 : La Habitación azul : Ana
  • 2003 : Dos tipos duros : Tatiana
  • 2004 : Dead Fish : Mimi
  • 2004 : Ana y Manuel : Ana
  • 2004 : Van Helsing : Aleera
  • 2005 : In the Land of Women : Sofia Bunuel
  • 2005 : Fragile : Helen Perez
  • 2006 : Stage Kiss : Natalia
  • 2006 : Capitaine Alatriste : Angélica de Alquézar
  • 2007 : Miguel and William : Leonor
  • 2008 : Savage Grace de Tom Kalin : Blanca
  • 2008 : L'Instinct de mort de Jean-François Richet : Sofia
  • 2008 : Sólo quiero caminar  : Ana
  • 2009 : Cairo Time : Kathryn
  • 2009 : Hierro : María
  • 2010 : À bout portant : Nadia Pierret
  • 2010 : Habitación en Roma (Room in Rome) de Julio Medem : Alba (VF : Barbara Delsol)
  • 2011 : La piel que habito de Pedro Almodóvar : Vera
  • 2014 : Géographie du cœur malchanceux (Geography of the Heart), de David Allain et Alexandra Billington : Angela (segment « New York »)
  • 2016 : Infiltrator (The Infiltrator) de Brad Furman : Gloria Alcaino
  • 2017 : Wonder Woman : Isabel Maru, Dr Poison 
  • 2017 : El Presidente (La cordillera) de Santiago Mitre
  • 2020 : Rifkin's Festival de Woody Allen

Télévision

  • 2003 : Petits Mythes urbains (série télé) : une infirmière
  • 2019 : Trois noëls (série télé) : Esther Joven
  • 2019 : Jett (série télé) : Maria
  • 2019 : MotherFatherSon (série télé) : Sofia
  • 2020 : Professionals (série télé) : Graciela Davila

Publié dans Acteurs et Actrices

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article