Montreuil : Édouard Cavory,ce héros méconnu de la Seconde Guerre mondiale

Publié le par Le Réveil de Berck

Montreuil : Édouard Cavory,ce héros méconnu de la Seconde Guerre mondiale

L’association montreuilloise « Faire revivre l’histoire » veut rendre hommage à ce résistant mort en déportation à Dachau.

Edouard Cavory s’est fait remarquer en détournant des explosifs.

Edouard Cavory s’est fait remarquer en détournant des explosifs.

À Montreuil, très peu de personnes gardent un souvenir précis de ce résistant mort à l’âge de 41 ans dans le camp de concentration de Dachau. Certains de ses proches se souviennent d’un enfant intrépide, d’un brillant pilote de moto «  capable de remonter la cavée Saint-Firmin à toute allure sans trembler  ».

Pendant de nombreuses années, son parcours a échappé aux historiens. Jusqu’au moment où un membre de sa famille, Danièle Martel, a remué ciel et terre pour que soit reconnu son investissement dans la résistance et pour que soit porté sur son acte de naissance la mention « Mort pour la France ». Ce sera chose faite le 26 octobre 2005. Puis, quelques mois plus tard, son nom sera inscrit sur le monument aux morts. Édouard Cavory voit le jour le 10 septembre 1904 dans la maison familiale, le numéro 30 de la rue de l’église. Il quitte sa ville natale sans doute autour de sa vingtième année pour rejoindre la Lorraine. Il travaille alors dans des mines de fer en tant qu’artificier, un poste qui s’avérera déterminant lorsque la Seconde Guerre mondiale va éclater. Rapidement, l’homme se fait remarquer en détournant des explosifs et en participant à de nombreux actes de résistance. Recherché par la Gestapo, il quitte la Lorraine pour rejoindre le sud de la France et poursuivre son engagement auprès de la résistance. Il sera finalement arrêté fin 1944 puis déporté à Dachau où il meurt le 1er mai 1945. Soit sept jours avant la capitulation de l’Allemagne.

Une plaque commémorative

Ce résistant montreuillois sera mis à l’honneur l’an prochain par l’association « Faire revivre l’histoire ». «  Notre ambition est de poser le long de la promenade des remparts, à proximité de la citadelle, une plaque commémorative pour laisser une trace aux générations futures  » précise Serge Varlet, président de l’association « Faire revivre l’histoire ». 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article