Mort de Venantino Venantini, second rôle des "Tontons flingueurs" et du "Corniaud"

Publié le par Aymeric Parthonnaud

Mort de Venantino Venantini, second rôle des "Tontons flingueurs" et du "Corniaud"

L'acteur italien a joué dans plus d'une centaine de films, dont des monuments du cinéma de Georges Lautner ou Gérard Oury.

Mort de Venantino Venantini, second rôle des "Tontons flingueurs" et du "Corniaud"

Mort de Venantino Venantini, second rôle des "Tontons flingueurs" et du "Corniaud"

C'est l'un derniers visages des Tontons flingueurs qui vient de disparaître. L'acteur italien Enrico Venantino Venantini, dit Venantino Venantini, vient de mourir à l'âge de 88 ans rapporte l'agence de presse italienne ANSA. Le comédien est apparu dans plus de 150 films, dont des monuments du cinéma.

Sa carrière a très bien commencé puisqu'il a été figurant dans l'un des blockbusters des années 50 : Ben-Hur de William Wyler. Il campe un palefrenier de la course de char. Celui qui se destinait à une carrière dans la peinture choisira finalement le septième art après des rencontres fortes.

Le réalisateur français Georges Lautner, en 1963, lui offre un rôle secondaire dans un film désormais culte : Les Tontons flingueurs. Il y joue Pascal. Il partage ensuite des scènes avec Mireille Darc, Louis de Funès ou Jean-Paul Belmondo. Le réalisateur devient un ami et lui réserve une place de choix dans Galia, La Grande Sauterelle ou encore Il était une fois un flic.

Il retrouve Louis de Funès dans le très populaire film de Gérard Oury, Le Corniaud où il joue Mickey, un bègue. Venantino Venantini, sera au côté du génie de la comédie dans Le Grand Restaurant et La Folie des grandeurs, où il tient, une fois de plus, des rôles secondaires.

S'il tourne moins avec les années, jamais il n'arrêta d’apparaître dans des films, n'hésitant jamais à traverser tous les genres, du film érotique au western. En 2017, il est apparu dans Vive la crise, Smitten ! ou encore Maryline de Guillaume Gallienne. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article