11 novembre 2018 : pourquoi les commémorations du centenaire de 14-18 font débat

Publié le par Yves Calvi et Cécile De Sèze

11 novembre 2018 : pourquoi les commémorations du centenaire de 14-18 font débat

INVITÉS RTL - Michel Goya, ancien colonel des troupes de marines et docteur en Histoire, et Nicolas Offenstadt, historien spécialiste de la Première Guerre Mondiale, reviennent sur le programme de commémorations de l'Armistice prévu par l'Élysée.

Michel Goya

Michel Goya

Emmanuel Macron ne veut pas de célébration "trop militaire" pour le centenaire de l'Armistice du 11 novembre. Bruno Roger-Petit, le "conseiller mémoire" du président de la République, a expliqué que l'esprit de ces commémorations ne serait pas "trop militaire". Michel Goya, ancien colonel des troupes de marines et docteur en Histoire, "ne sait pas très bien ce que ça peut représenter". 

Invité à débattre du sujet sur RTL le 25 octobre 2018, avec Nicolas Offenstadt, historien spécialiste de la Première Guerre mondiale, Michel Goya a tout de même "une petite idée" : "On sent dans ses propos une volonté de distinguer les combattants entre ce qu'il appelle les 'civils que l'on a armés' et le reste". 

"Rendre hommage aux combattants, ça me parait la moindre des choses, mais rendre hommage à tous les combattants, du plus jeune des poilus jusqu'aux maréchaux, ils ont participé aux combats et à la victoire", ajoute l'ancien colonel. 

"Il y a une double erreur", réagit Nicolas Offenstadt. "Il était évidemment prévu qu'on rende hommage aux soldats, en particulier aux conscrits, parce que ce sont bien des conscrits, ce n'est pas une armée de métier qui se bat en 1914, on ne va pas cesser de leur rendre hommage (...) Depuis le centenaire, depuis 2014, il y a eu énormément de types de commémorations, puis la semaine qui va précéder le 11 novembre, le président va faire quelque chose de tout à fait inédit : une itinérance sur les champs de bataille", précise l'historien. 

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article