Pétain, "grand soldat" ? Au Maroc, la polémique ravive le souvenir de la guerre du Rif

Publié le par Céline Lussato

Pétain, "grand soldat" ? Au Maroc, la polémique ravive le souvenir de la guerre du Rif

MAGHREB CAFE. Entre la Première et la Seconde Guerre mondiale, c'est un autre épisode historique que les Marocains rappellent à notre mémoire : la répression sanglante de l'insurrection du Rif en 1925-1926.

Philippe Pétain, vers 1916-1917 (Leemage)

Philippe Pétain, vers 1916-1917 (Leemage)

"L'Obs" lance "Maghreb café", un format hebdomadaire de suivi de l'actualité de la rive sud de la Méditerranée. Nous avons décidé de donner une place à tout ce qui suscite le débat, agite les réseaux, soulève l'enthousiasme ou l'indignation. Du tragique au drôle, du politique qui agace au people qui scandalise, du mouvement social au spectacle qui heurte ou provoque la polémique, "Maghreb café" s'en empare. 

"Le maréchal Pétain a été aussi [...] un grand soldat". Ces quelques mots prononcés par Emmanuel Macron afin de justifier un hommage rendu aux maréchaux de la Première Guerre mondiale, dont Philippe Pétain, ont enflammé les esprits, y compris au sud de la Méditerranée où Marocains et connaisseurs de l'histoire du Rif ont réagi avec vigueur.

En France, l'hommage choque : beaucoup rappellent la condamnation à l'indignité nationale de Philippe Pétain au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour avoir accepté au nom du régime de Vichy de collaborer avec l'Allemagne nazie, y compris dans le cadre de la déportation des juifs et autres prisonniers de France vers les camps de la mort.

"Génocide"

Au Maroc, c'est un autre épisode historique peu connu en France qui refait surface : l'histoire de la décolonisation du pays et en particulier celle de la répression de l'insurrection du Rif. C'est en effet le maréchal Pétain qui, prenant la suite de Lyautey, va écraser l'insurrection dirigée par Abdelkrim et mettre fin en 1926 à l'éphémère République autoproclamée du Rif. Grâce à des forces militaires très largement renforcées, l'emploi de l'aviation mais aussi celui du gaz moutarde, l'armée française commandée par Philippe Pétain provoque de très nombreuses victimes parmi les combattants mais aussi les civils.

Ce que soulignent de nombreuses personnes en colère contre ce nouvel hommage à l'homme qu'ils considèrent comme le responsable du massacre de leurs aïeuls. 

Le récit de l'emploi d'armes chimiques contre l'insurrection rifaine, rappelé de génération en génération à chaque épisode de grogne sociale et encore récemment lors du "Hirak" en 2016-2017, est toujours dans les esprits.

Certains se souviennent encore, comme le rappelle le journaliste du "Desk" Louis Witter, que Pétain ne souhaitait même pas mener de négociations de paix avec les insurgés :

Beaucoup insistent toujours sur les suspicions des conséquences de l'emploi du gaz moutarde sur la santé des populations, encore jusqu'à aujourd'hui. La région est en effet l'une du Maroc où le nombre de cas de certains cancers est particulièrement élevé :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article