Adam Juliette

Publié le par Mémoires de Guerre

Juliette Lambert, épouse Adam, née le 4 octobre 1836 à Verberie et morte dans sa centième année, le 23 août 1936 à Callian, est une écrivaine, polémiste, salonnière féministe et républicaine française. 

Adam Juliette
Adam Juliette
Adam Juliette

Jeunesse

Juliette Lambert, fille d’un médecin de province, le docteur Jean-Louis Lambert, épouse à 16 ans l'avocat Alexis La Messine et commence à écrire sous ce nom. Séparée en 1859 puis veuve en 1867, elle signe Juliette Lamber et épouse en 1868, l'avocat Edmond Adam de 20 ans son aîné, député de la gauche républicaine. Elle s’impose dans le Paris du lendemain de la défaite de 1871 qui voit la République s’installer progressivement. Son salon du 23, boulevard Poissonnière, puis, à partir de 1887, du 190, boulevard Malesherbes, dont Léon Gambetta est le grand homme, est un foyer actif d’opposition à Napoléon III et devient l’un des cercles républicains les plus en vue. S’y retrouvent Adolphe Thiers, Émile de Marcère, Charles de Freycinet, Eugène Pelletan, Gabriel Hanotaux, Edmond About, Louis Blanc, Alphonse Daudet, Camille Flammarion, Georges Clemenceau, l'éditeur Jules Hetzel, le poète Sully Prudhomme, Émile de Girardin, Gustave Flaubert, Louis de Ronchaud, Gaston Paris, Victor Hugo, Guy de Maupassant, Ivan Tourguéniev, Aurélien Scholl ou le Grec Dimítrios Vikélas. Lorsque tombe le Second Empire, c’est parmi les familiers de ce cercle que se recrutent les hommes de gouvernement. Femme d’influence, Juliette Adam se veut l’incarnation de « la Grande Française », déterminée à rendre à la France abaissée son rang en Europe, jusqu’au bellicisme et à la xénophobie. Elle sera notamment l’apôtre d’une alliance avec la Russie.

Amie de George Sand, de Julie-Victoire Daubié et de Marie-Anne de Bovet, elle se détache de Gambetta lorsqu’il accède à la présidence de la Chambre et se tourne vers la littérature. En 1879, elle fonde La Nouvelle Revue, qu'elle anime pendant vingt ans, jusqu'en 1899 où elle la revend à Pierre-Barthélemy Gheusi. Elle y publie notamment les premiers romans de Paul Bourget ou Le Calvaire d'Octave Mirbeau. Elle encourage également les débuts littéraires de Pierre Loti, d'Alexandre Dumas fils et de Léon Daudet. Conduite par une santé prétendument chancelante, qui ne l’empêchera pas de vivre presque centenaire, elle découvre Golfe-Juan où elle achète, en 1858, un terrain pour y construire une villa nommée « Les Bruyères », lançant la vogue de cette station balnéaire. Le 5 août 1882, elle achète, à Gif-sur-Yvette, le domaine de l’Abbaye, où elle vit de 1904 jusqu’à sa mort en 1936. Elle fait partie du premier jury du prix Vie Heureuse, l’ancêtre du prix Femina créé, en 1904, par des femmes de lettres comme la comtesse de Noailles, Séverine, Daniel Lesueur, Jean Bertheroy, etc. Elle est la présidente lors de la création en mars 1915 de la Croisade des Femmes françaises, avec Julie Siegfried et Jeanne Loiseau, cette dernière lui succédant à la présidence en 1916 jusqu'à l'Armistice ; le mouvement avait 10 000 adhérentes en 1916. Convertie au catholicisme en 19056, elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise (54e division). 

Engagement féministe

En 1858, lorsque Proudhon publie De la justice dans la Révolution et dans l'Église, Juliette Lambert est scandalisée par les propos misogynes et les attaques directes concernant George Sand et Daniel Stern. Elle décide de répondre dans un ouvrage intitulé Idées anti-proudhoniennes sur l'amour, la femme et le mariage publié la même année sous la signature J. La Messine. Le succès du livre est tel que son mari demande à en récupérer les bénéfices, la loi l'autorisant à le faire en tant qu'époux. Cela amène le couple à se séparer en 1859. Dans les années 1870, elle diffuse les brochures de Julie-Victoire Daubié. 

Dix ans plus tard elle intègre le Suffrage des femmes, mouvement dont Hubertine Auclert est à l'origine. Mais « désenchantée par les médiocres effets du suffrage universel masculin », elle change d'avis et rallie l'antiparlementarisme tout en conservant sa position républicaine. Néanmoins, elle donne son soutient à l'association L'avant-Courrière, gérée par Jeanne Schmahl, dont le but est de « réformer le code civil en faveur de l'autonomie matérielle de l'épouse ». Dans les années 1890, Juliette Adam propose à des féministes modérées de participer à sa Nouvelle Revue et rédige des articles sur la condition des femmes. 

Publications

  • Juliette La Messine, Idées antiproudhoniennes sur l’amour, la femme et le mariage, Paris, A. Taride, 1858
  • Nouvelle édition, par Juliette Lamber, Paris, Michel Lévy frères, 1868.
  • Juliette Lamber (Mme Edmond Adam), Le Siège de Paris : Journal d’une Parisienne, Paris, Michel Lévy, 1873
  • Devenu le tome IV des Souvenirs
  • Juliette Lamber, Laide, Paris, Calmann-Lévy et Librairie Nouvelle, 1878.
  • Juliette Lamber, Grecque, Paris, Calmann-Lévy, 1879, 12° (OCLC 561638498).
  • Juliette Lamber (Mme Adam), Païenne, Paris, P. Ollendorff, 1883, iii, 237 p., in-8° (OCLC 250122327).
  • Juliette Lamber, L'éducation de Laure, Paris : Michel Lévy, 1869, In-18.
  • Juliette Lamber, Chrétienne, Paris : Plon-Nourrit, cop. 1913, 1 vol. (VII-321 p.).
  • Madame Juliette Adam (Juliette Lamber), Mes souvenirs, 7 vol., Paris, A. Lemerre, 1902-1910 :
    • I. Le Roman de mon enfance et de ma jeunesse, 1902 ;
    • II. Mes premières armes littéraires et politiques (1855-1864), 1904 ;
    • III. Mes sentiments et nos idées avant 1870 (1865-1870), 1905 ;
    • IV. Mes illusions et nos souffrances pendant le siège de Paris, 1906 ;
    • V. Mes angoisses et nos luttes (1871-1873), 1907 ;
    • VI. Nos amitiés politiques avant l’abandon de la Revanche (1873-1877), 1908 ;
    • VII. Après l’abandon de la Revanche (1877-1880), 1910.
  • Juliette Adam, Impressions françaises en Russie, Paris, Hachette, 1912, 244 p. (OCLC 9119324).
  • Mme Adam (Juliette Lamber), Chrétienne, Paris, Plon, 1913, 321 p. (OCLC 7221369).
  • Mme Juliette Adam (Juliette Lamber), L’Angleterre en Égypte, Paris, Imprimerie du Centre, 1922, 416 p., in-8° (OCLC 561637018).
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article