Jacques Chirac, sapé comme jamais

Publié le par Le Point par Fabrice Léonard

L'ancien président de la République, décédé jeudi 26 septembre à l'âge de 86 ans, était devenu, malgré lui, une icône de style. Décryptage.

Jacques Chirac, le 9 mars 1981, lors de l'émission télévisée « Cartes sur table ». PIERRE GUILLAUD / AFP

Jacques Chirac, le 9 mars 1981, lors de l'émission télévisée « Cartes sur table ». PIERRE GUILLAUD / AFP

Malgré ses nombreux « fashion faux pas » – on se souvient avec effroi de ses pantalons qui remontent jusque sous la poitrine, des revers trop larges de certaines de ses vestes, de la chemisette hawaïenne qu'il arbora un jour d'été à Saint-Tropez ou de celle jaune poussin qu'il portait l'été au fort de Brégançon –, Jacques Chirac avait une allure incroyable. Il est devenu ainsi, malgré lui, une icône de style, voire de mode. Chirac aimait le luxe, mais à la mode ancienne, donc discret et aux antipodes du m'as-tu-vu. Il passait pour un gentleman farmer populaire, aussi à l'aise avec une veste en tweed, un complet confortable ou un cardigan. Lorsqu'on pense à Jacques Chirac, on se souvient de ses costumes impeccables, de ses polos griffés, de ses pulls en V portés sous une veste, de ses mocassins de dandy et de ses espadrilles de vacancier, de sa façon si particulière de tenir sa cigarette entre le pouce et l'index, de son regard plein d'assurance et, surtout, de son caractère de bon vivant.
 

Le Premier ministre Jacques Chirac, coiffé d'un chapeau traditionnel, sourit le 29 août 1986, lors de son arrivée à Nouméa. REMY MOYEN / AFP

Le Premier ministre Jacques Chirac, coiffé d'un chapeau traditionnel, sourit le 29 août 1986, lors de son arrivée à Nouméa. REMY MOYEN / AFP

On sait qu'il portait un manteau bleu marine en cachemire signé Charvet, maison située place Vendôme plus connue pour ses chemises sur mesure qui habilla en son temps le général de Gaulle et Winston Churchill. Outre ses costumes deux ou trois pièces dont certains réalisés sur mesure par Cifonelli, un tailleur italien installé rue Marbeuf, il appréciait des vestes plus décontractées dont la fameuse « forestière », confectionnée par Arny's, luxueuse marque de prêt-à-porter aujourd'hui absorbée par Berluti et qui eut comme clients célèbres son ami François Pinault et une grande partie de la classe politique, de François Mitterrand à François Fillon.

Jacques Chirac, président du RPR, s'adresse à la presse lors d'une réunion des candidats du RPR aux élections législatives à l'hôtel Sheraton, à Paris, le 22 janvier 1978.  GEORGES PAVUNIC / AFP

Jacques Chirac, président du RPR, s'adresse à la presse lors d'une réunion des candidats du RPR aux élections législatives à l'hôtel Sheraton, à Paris, le 22 janvier 1978. GEORGES PAVUNIC / AFP

Cravates et lunettes

Le président Chirac cassait la monotonie de ses costumes avec des cravates à motifs ou de couleur. Hermès, Charvet ou Marinella, une marque venue de Naples, furent ses fournisseurs. Côté souliers, sa préférence allait à J.M. Weston, qui imagine des mocassins, derbys ou richelieus d'un luxe discret. La garde-robe de Chirac ne serait pas complète sans parler de son goût affirmé pour les grosses lunettes façonnées dans les ateliers du lunettier Maison Bonnet.

L'authenticité du style Chirac a inspiré la jeunesse, qui s'arrache les tee-shirts et sweat-shirts à son effigie. Big Cartel, Graffitee ou encore T-shirt Corner font partie des quelques marques qui ont su saisir l'opportunité de la « Chirac mania » en proposant des pièces vestimentaires griffées de ses citations ou de photos vintage de l'homme politique. Sans oublier le groupe Facebook Fuck Yeah Jacques Chirac (FYJC), fondé en 2011, qui voue un culte à cette grande figure de la politique française.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article