Décès de Claudine Auger, la première James Bond girl française

Publié le par La Croix avec AFP

L’actrice qui avait côtoyé Sean Connery à l’écran est morte mercredi 18 décembre, à 78 ans.

Sean Connery (James Bond) et Claudine Auger, le 19 février 1965 à Paris. AFP/Archives

Sean Connery (James Bond) et Claudine Auger, le 19 février 1965 à Paris. AFP/Archives

Claudine Auger s’est éteinte à Paris à la suite d’une longue maladie à 78 ans. L’actrice qui accéda à une notoriété internationale en devenant la première James Bond girl française dans Opération tonnerre en 1965, aux côtés de Sean Connery, est décédée mercredi 18 décembre.

Bien avant Léa Seydoux, Eva Green et Carole Bouquet, les autres James Bond girl françaises, Claudine Auger a été Domino, qui aide l’agent 007, à mettre à mal l’organisation criminelle dirigée par son ancien amant.

Née en avril 1941, Claudine Auger avait commencé sa carrière dans le mannequinat, devenant miss Cinémonde 1957, puis représentant la France au concours de miss Monde. Elle décroche le titre de première dauphine en 1958.

La reine de beauté se fait connaître sur les planches en 1962 dans Le masque de fer avec Jean Marais. En parallèle, elle fait ses premiers pas au cinéma aux côtés de Romy Schneider et Alain Delon (Christine de Pierre Gaspard-Huit - 1958), puis chez Cocteau (Le testament d’Orphée). Mais c’est son rôle dans la franchise James Bond qui va révéler l’actrice.

James Bond girl

En 1965, elle est choisie pour interpréter Domino dans le film de Terence Young, un rôle qui va lancer sa carrière. La jeune actrice, au grain de beauté sous la lèvre, avait remporté le casting devant notamment Raquel Welch, Faye Dunaway et Julie Christie. Pour elle, face à Sean Connery, le personnage de Domino, initialement italien, était devenu français. Ses apparitions en maillot de bain blanc et noir et en combishort blanc, aux côtés de l’agent 007, entrent dans la légende.

Elle continuera sa carrière principalement en Italie même si on la retrouva par la suite dans de petits rôles dans des films de Jacques Deray comme L’homme de Marrakech 1965), Un peu de soleil dans l’eau froide (1971), Flic story (1975) et Un papillon sur l’épaule (1977).

Pour elle, jouer au cinéma dans les aventures de 007 ou « jouer du Molière dirigé par Jean Vilar au TNP » (Théâtre national populaire), c’était « un jeu, la même chose », confiait l’actrice, interrogée à la télévision en 1965.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article