Goldmann Nahum

Publié le par Mémoires de Guerre

Nahum Goldmann (1895-1982) est un homme politique et dirigeant sioniste natif de Vishnyeva, en Biélorussie actuelle. 

Goldmann Nahum

Jeunnes Années

À cinq ans, il s’établit avec sa famille en Allemagne où il étudie la philosophie et le droit dans les universités de Marbourg, Heidelberg et Berlin. À 15 ans, il publie des articles sur le problème sioniste. Lors de la Première Guerre mondiale, il travaille au département juif du ministère des Affaires étrangères allemand. Après la guerre, il publie avec Jacob Klatzkin une encyclopédie juive en langue allemande ; sa publication est arrêtée après la montée au pouvoir d’Adolf Hitler.

Nahum Goldmann est secrétaire général de la commission politique du 17e Congrès sioniste (1931) et empêche le renouvellement de l’élection de Haim Weizmann à la présidence de la Confédération sioniste. Entre 1935 et 1939, il est délégué de l’Agence juive en même temps que membre des nations à Genève. Stephan S. Weiss et lui-même fondent le Congrès juif mondial. En 1937, il soutient le programme de répartition, et à la conférence de Biltmore soutient David Ben Gourion.

Seconde Guerre Mondiale

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il s’établit aux États-Unis et participe activement aux négociations en faveur de la création de l’État d’Israël. En 1948, il est l’un des leaders de la Confédération sioniste et à partir de 1956, son président ; il est également ensuite président du Congrès juif mondial. L’un des initiateurs de l’accord de réparations avec l’Allemagne. Il prend part à la réalisation du programme de Jérusalem et prend la tête des négociations avec le gouvernement d’Israël sur la place de la Confédération sioniste mondiale.

Après Guerre

En 1962, il devint citoyen israélien bien qu’il passe la plupart de son temps en Europe. En 1968, il devient citoyen suisse. Au cours de sa vie, il fut titulaire de huit passeports différents. En 1968, il ne présente pas à nouveau sa candidature à la tête de la Confédération sioniste, et en 1977, il renonce à la fonction de président du Congrès juif mondial. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article