Hérault. Spoliation d’héritage : un châtelain avait commandité le vol de ses 400 000€ d’oeuvres d’art !

Publié le par Actu avec Metropolitain par Jean-Marc Aubert

Rebondissement dans une enquête menée par les gendarmes de l'Hérault, après un important cambriolage dans un château, près d'Agde : le propriétaire était dans le coup !

Le butin a été intégralement récupéré (Gendarmerie Hérault )

Le butin a été intégralement récupéré (Gendarmerie Hérault )

Le groupement de gendarmerie de l’Hérault révèle l’affaire sur sa page Facebook, ce lundi : un ancien château situé près d’Agde a fait l’objet d’un cambriolage au cours du mois de décembre 2018. De très nombreuses œuvres d’arts de grande valeur ont été dérobées, parmi lesquelles 50 tableaux, dont 23 de maîtres du XVIIIe, 5 Pendules d’orfèvres, une encyclopédie historique de 35 volumes (valeur 100 000 €), 5 Bronzes, dont 2 célèbres, ainsi que de la miroiterie, argenterie, verreries, armes et objets de collection. Le préjudice était estimé à 400 000€.

L’enquête a été confiée aux gendarmes de la compagnie de Pézenas, qui s’aperçoivent, grâce à de nouvelles informations, que d’autres pièces de valeurs, non signalées volées, ont également disparu.

De l’Ariège en Irlande 

Les investigations menées, par les gendarmes de la communauté de brigades de Marseillan, avec le concours de la cellule OVNAAB (Objets Volés de Nature Artistique d’Antiquité ou de Brocante) du Service central de renseignement criminel de la gendarmerie nationale de Pontoise, en région parisienne, permettent de retrouver certains tableaux volés en vente chez des antiquaires dans l’Hérault, en région parisienne chez un galeriste, chez des particuliers en Irlande.

Une piste a également été exploitée dans l’Ariège avec l’interpellation d’un antiquaire brocanteur.

Trahi à l’hôtel des ventes à Paris

Les receleurs des tableaux sont interpellés. L’un d’entre eux va reconnaître le cambriolage. Plusieurs mois après les faits, l’affaire prend un nouveau tournant. L’encyclopédie historique volée est retrouvée vendue dans un hôtel des ventes à Paris.

Coup de théâtre : le vendeur n’est autre que le propriétaire victime du cambriolage ! 

Les enquêteurs procèdent alors à des perquisitions dans divers lieux lui appartenant, notamment dans le Biterrois. Ils y découvrent plusieurs œuvres d’art et objets provenant du château qu’il n’avait pas encore réussi à vendre.

La quasi totalité des tableaux et objets d‘art, stockée en lieu sûr,  a été restituée à un autre membre de la famille également propriétaire des biens, qui a failli être victime de spoliation d’héritage.

Le propriétaire du château, commanditaire présumé du casse », les complices receleurs et cambrioleurs récemment interpellés et remis en liberté sous contrôle judiciaire seront jugés l’année prochaine devant le tribunal correctionnel de Béziers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article