Après la révélation du passé nazi d'Alfred Bauer, son ancien directeur, la Berlinale retire le prix qui porte son nom

Publié le par Mémoires de Guerre

Alfred Bauer, ancien directeur de la Berlinale, avait exercé des responsabilité importantes pour le ministère de Joseph Goebbels

L'ancien directeur de la Berlinale, Alfred Bauer, avec l'actrice Sophia Loren, à Berlin (ULLSTEIN BILD DTL. / ULLSTEIN BILD / GETTY IMAGES)

L'ancien directeur de la Berlinale, Alfred Bauer, avec l'actrice Sophia Loren, à Berlin (ULLSTEIN BILD DTL. / ULLSTEIN BILD / GETTY IMAGES)

Les organisateurs de la Berlinale ont annoncé jeudi qu'ils retiraient une des plus prestigieuses récompenses du festival, le prix Alfred-Bauer, qui porte le nom de son ancien directeur : cette décision a été prise après des révélations fracassantes sur le passé nazi de cet homme.

Une enquête de l'hebdomadaire Die Zeit "jette une nouvelle lumière sur le rôle d'Alfred Bauer, le premier directeur du festival international du film de Berlin, dans la politique du film des nazis", indiquent les organisateurs de la Berlinale sur leur page Facebook. "La Berlinale retire le Prix Alfred-Bauer avec effet immédiat à la lumière de ces nouvelles découvertes", ajoutent-ils alors que le coup d'envoi de la 70e Berlinale doit être donné le 20 février.

Membre du parti nazi et "fervent SA"

Selon Die Zeit qui s'appuie sur des recherches minutieuses notamment dans les archives nationales, Alfred Bauer (1911-1986), qui fut directeur de la Berlinale pendant un quart de siècle (1951-1976), a été un haut responsable de l'organisme cinématographique de propagande mis en place par le ministre d'Adolf Hitler Joseph Goebbels.

Membre du parti nazi NSDAP, il fut aussi "un fervent SA", (membre de l'organisation paramilitaire du régime), selon des documents rédigés par les nazis eux-mêmes. Alfred Bauer a aussi joué un rôle de premier plan dans la surveillance des acteurs, des réalisateurs et d'autres membres de l'industrie du film entièrement sous le contrôle de Goebbels sous le Troisième Reich.

Alfred Bauer avait voulu effacer son passé

Mais à la fin de la Seconde Guerre mondiale, il s'est employé à effacer toutes les traces de son passé nazi, selon Die Zeit, cherchant même à faire croire qu'il avait été un opposant au nazisme.

Alfred Bauer avait été nommé en 1951 à la tête de la Berlinale lors du lancement de ce festival devenu l'un des trois plus importants dans le monde avec Cannes et Venise.

Le prix Alfred-Bauer, remis par le jury de la compétition internationale présidé cette année par l'acteur britannique Jeremy Irons, récompense un film qui ouvre de nouvelles perspectives dans l'art cinématographique. Par le passé, il a notamment été attribué au film d'Alain Resnais Aimer, boire et chanter (2014) et à Hero de Zhang Yimou (2003).

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article