Décès de George Wood, dernier survivant du réseau Sibiril

Publié le par Le Télégramme

Il était le dernier survivant du réseau carantécois Sibiril. L’Anglais George Wood vient de s’éteindre à l’âge de 98 ans.

En décembre 2015, à Carantec, George Wood avait reçu la Légion d'honneur. (Archives Le Télégramme)

En décembre 2015, à Carantec, George Wood avait reçu la Légion d'honneur. (Archives Le Télégramme)

Le 23 septembre 1943, l’avion de George Wood avait été abattu alors que celui-ci survolait la baie de Morlaix en vue de bombarder le terrain d’aviation allemand de Ploujean. Le pilote avait réussi à s’extraire de l’avion en flammes et à sauter en parachute avant d’être recueilli par une famille morlaisienne. Grâce au réseau de résistance carantécois Sibiril, George Wood avait ensuite regagné l’Angleterre à bord du Requin, ce canot actuellement exposé au musée maritime de Carantec (29).

George Wood était ainsi le dernier survivant des 160 résistants et alliés qui, durant la Seconde Guerre, ont, depuis Carantec (29), traversé la Manche avec l’aide du réseau Sibiril. Le pilote, qui était pasteur à Wimbledon, avait reçu la Légion d'honneur, en décembre 2015, à Carantec. Actuellement directrice du Wimbledon Club, la fille de George Wood, Clare, fut 77e joueuse mondiale de tennis en 1994 et numéro 1 anglaise, à l’époque. C’est ainsi qu’elle avait souhaité créer un jumelage avec le Tennis-Club de Carantec en créant le Trophée George Wood, dont la deuxième édition a eu lieu, l’an passé, sur les gazons de Wimbledon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article