Les démocrates accusent la CIA et la NSA de retenir des documents sur l'Ukraine

Publié le par ICI.Radio-Canada

Adam Schiff a accusé la CIA de retenir des documents importants pour le procès de destitution contre Donald Trump.  Photo : Getty Images

Adam Schiff a accusé la CIA de retenir des documents importants pour le procès de destitution contre Donald Trump. Photo : Getty Images

Le président du comité du renseignement de la Chambre des représentants, Adam Schiff, accuse des agences de renseignement américaines de retenir des documents sur l’Ukraine qui pourraient être utile lors du procès pour la destitution du président Donald Trump.

"Il semblerait qu’elles plient sous la pression de l’administration", a déclaré M. Schiff, dimanche, à l’émission This Week du réseau ABC.

Adam Schiff a été nommé par la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, pour diriger l’équipe de procureurs dans le procès contre Donald Trump devant le Sénat.

M. Schiff prétend que l’Agence de sécurité nationale (NSA) "retient des documents potentiellement utiles pour assurer la surveillance sur l’Ukraine, mais aussi des documents potentiellement utiles et que les sénateurs voudraient voir pendant le procès. C’est très troublant."

L'élu démocrate Adam Schiff est le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants.  Photo : Getty Images / Olivier Douliery

L'élu démocrate Adam Schiff est le président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants. Photo : Getty Images / Olivier Douliery

Il a aussi déclaré qu’"il y a des signes que l’Agence de renseignement central (CIA) serait dans la même position tragique."

La NSA et la CIA n’ont pas répondu aux demandes d’entrevue de l’Associated Press pour le moment.

Le procès pour la destitution de Donald Trump doit reprendre mardi.

Trump et le renseignement à couteaux tirés

Les démocrates ont aussi critiqué par le passé le Département d’État pour avoir retenu des documents utiles pour l’enquête sur la destitution.

Dans les semaines suivant la présentation par la Chambre des représentants d'articles de mise en accusation pour la destitution du président Trump, les démocrates ont tenté de concentrer de nouveaux éléments de preuve sur les efforts de Donald Trump pour faire pression sur l’Ukraine afin qu’elle enquête sur ses rivaux politiques. Ils ont aussi pressé le Sénat de prendre en considération de nouveaux documents et de nouveaux témoignages comme celui de l’ancien conseiller à la sécurité nationale, John Bolton.

Lors de son entrevue avec ABC, Adam Schiff s’est fait questionner sur un rapport de Politico qui indique que des responsables du renseignement ont pressé les comités du renseignement de la Chambre des représentants et du Sénat d’abandonner des portions publiques d’un compte-rendu sur la sécurité mondiale après que Donald Trump eut vivement critiqué des évaluations des services de renseignement sur la Corée du Nord, l’Iran et le groupe armé État islamique.

Ces demandes auraient été faites pour éviter que les responsables du renseignement affichent à nouveau publiquement des désaccords avec le président américain.

"Peut-être que le renseignement devrait retourner à l’école", avait écrit sur Twitter le président américain après une rencontre l’an dernier. Il avait rapidement changé son fusil d’épaule en écrivant par la suite qu’il était "sur la même longueur d'onde" que les agences du renseignement.

Adam Schiff a décrit dimanche les informations de Politico de « très exactes ».

"Les agences de renseignement sont réticentes à avoir des audiences publiques, ce qu’elles ont toujours fait avant l’arrivée en poste de l’administration Trump, parce qu’elles ont peur de contrarier le président", a-t-il expliqué.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article