Quand l’ancien patron des services secrets se « fait piquer son porte-feuille par un clodo »

Publié le par Le Parisien par Céline Carez

PHOTOPQR/OUEST FRANCE/DANIEL FOURAY. PARIS LE 04/10/2007. AMIRAL PIERRE LACOSTE. ANCIEN PATRON DES SERVICES SECRETS . DGSE. AU MOMENT DE L'AFFAIRE DU RAINBOW WARRIOR.  PHOTOPQR/OUEST FRANCE

PHOTOPQR/OUEST FRANCE/DANIEL FOURAY. PARIS LE 04/10/2007. AMIRAL PIERRE LACOSTE. ANCIEN PATRON DES SERVICES SECRETS . DGSE. AU MOMENT DE L'AFFAIRE DU RAINBOW WARRIOR. PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Il reste philosophe mais n'a pas trop apprécié cette mésaventure. Ce samedi, l'amiral Pierre Lacoste, 92 ans, est allé porter plainte au commissariat du VIe à Paris.

Cet amiral à la retraite, qui fut patron de l'École supérieure de guerre navale, ancien chef du cabinet militaire du Premier ministre français Raymond Barre, mais surtout patron des services secrets avant qu'il ne se fasse limoger dans l'affaire Rainbow Warrior de Greenpeace coulé en Nouvelle Zélande, s'est fait voler son porte-feuille par un SDF en bas de chez lui. « Je ne me suis aperçu de rien ! » lâche-t-il.

Les policiers ont été appelés vendredi soir à 21 heures, à son domicile, un bel immeuble hausmannien du boulevard Raspail, dans le chic quartier de Sèvres-Babylone (VIe).

Pierre Laporte rentrait « d'un rendez-vous chez l'ophtalmo » quand il a vu en bas de chez lui, « devant (sa) porte, un clodo qui pissait ! ». L'amiral lui dit alors : «Non mais ! ça va pas ! C'est dégoutant ! ».

« Il m'a bousculé. Et est parti en grommelant et en me faisant un bras d'honneur ! ». Ce n'est que trois heures plus tard que l'amiral, rentré chez lui, va s'apercevoir de la disparition de son porte-feuille. «Rien de compromettant ni de secret, sourit le retraité, mais deux billets de 20€ et mes papiers, ma carte vitale...».

Au commissariat où une enquête a été ouverte pour vol de porte-feuille, l'ancien chef des services secrets a eu du mal à donner le signalement et l'âge de son voleur.

Publié dans Articles de Presse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article